Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques
Jerusalem's Lot...Salem...Une petite ville située dans un coin perdu du Maine, loin de toute grande route.
Elle n'a rien de remarquable, sinon, sur la colline, la présence de "Marsten House", grande demeure inhabitée depuis la mort violente de ses propriétaires, vingt ans auparavant.
Lorsque Ben Mears revient à Salem, c'est pour retrouver ses souvenirs d'enfance et tenter d'exorciser ses démons intérieurs.
Cependant, son retour coïncide avec l'arrivée d'un nouvel occupant dans Marsten House, ainsi q'un enchaînement d'évènements sinistres : Le corps d'un chien est retrouvé accroché aux grilles du cimetière, un enfant est enlevé...
Puis les habitants commencent à disparaître, les uns après les autres. A chaque aube nouvelle, la ville est un peu plus silencieuse...
Tandis que Salem sombre dans une nuit inéluctable, se confirme la présence d'un mal ancestral, d'une légende devenue réalité, celle des Vampires...

Salem est la pièce centrale d'un cycle d'histoires construites autour d'un même lieu maléfique, Jerusalem's Lot. Ce cycle comprend "Celui Qui Garde Le Ver" et "Un dernier pour la route", deux nouvelles figurant dans le recueil "Danse macabre".

Lorsque Stephen King conçoit l'histoire de "Salem", il décide de faire en partie de son roman un hommage littéraire. C'est le "Dracula" de Stoker qui lui sert de modèle et il en reprend le mouvement général (découverte du vampirisme dans une première phase, puis lutte contre les vampires dans une seconde).
L'originalité de ce roman est qu'il parvient à insérer une histoire classique (avec ses caractères devenus traditionnels), dans un monde moderne, plus enclin au rationalisme, ce qui change les modalités d'action.
Cela se manifeste dans le scepticisme durable affiché par les personnages, avant d'admettre l'existence des vampires. Pour rendre ces derniers crédibles, l'écrivain gère habilement leurs incursions dans la réalité, avec une progression savamment dosée. A cet égard, le passage dans le cimetière d'Harmony Hill est des plus éprouvant.
Autre originalité : Si la quasi-totalité des auteurs, ayant utilisé des vampires, considèrent les symboles religieux comme des moyens de les contrer, King va plus loin. Ces moyens restent présents, mais sans la Foi de leurs utilisateurs, ils sont inopérants (un crucifix n'est jamais rien de plus qu'un morceau de bois...). Par Foi, il ne faut pas forcément entendre Foi religieuse, mais croyance intime des hommes en leur capacité à combattre des créatures dont l'origine s'avère largement antérieure au christianisme.
Enfin, la modernisation du thème, la force de percussion de la mise en scène et la vivacité des dialogues marquent une rupture efficace avec le texte de Stoker. En effet, ce dernier, bien que faisant preuve de vigueur dans ses descriptions, reste limité dans ses effets, par la morale britannique victorienne.

Pour toutes ces raisons, "Salem" constitue un roman de référence sur le thème du vampire, aux côtés de "Je suis une Légende", par Richard Matheson.

l'avis de Fox
Véritable référence de la littérature fantastique, Salem es un véritable choc pour tout fan de littérature fantastique. Variation sur le thème du vampirisme, pourtant nombre de fois utilisé, il s'avère véritablement rafraîchissant...contrairement à l'adaptation :/
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .