Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

[Article 3]Du renseignement à l'action clandestine
Olivier111

le 06.10.2014
à 18:04

  
(3° partie. Suite de l'article 'Du bon usage des armes dans L'appel de Cthulhu (1) et suite de 'La progression tactique pour les nuls' (2°)

Bonjours Gentlemen. Je suis le lieutenant Jennings. Retaité du SIS

Je suis ici pour vous donner un aperçu des principes et de l’usage du Renseignement et de l’action secrète.

Si j’en crois mon ami le Segent Bradock, vos activités vous amènent à enquêter sur des phénomènes étranges et à prendre en main leur élimination.

J’ai moi-même une certaine expérience de voisins pratiquants des cultes innommables au service d’une puissance étrangère. Maudits Papistes !

Mais ne nous égarons pas.
Par définition, toute action secrète vous fait fleureter avec les limites de la légalité. Heureusement, il y a ce qui est légal, et il y a ce qui est juste.

Avant d’entreprendre de semblable entreprise, vous devriez vous interroger sur votre capacité à agir en dehors de la norme, porté par une forte conviction personnelle.

Le simple fait de vivre dans le secret, de ne plus pouvoir partager son quotidien avec ses contemporains est un poids écrasant que tous ne supportent pas.

Bon, pour un groupe réduis comme la votre, je dirai… Voyons.

- Il faut séparer le plus possible la pratique du renseignement de celle de l’action

Dans les faits, ce seront souvent les mêmes personnes qui y pourvoiront. Biens sûr, rien ne remplace une bonne enquête de terrain, mais si vous avez quasiment toutes les informations nécessaires préalablement, vous pourrez d’autant plus agir que personne sur place ne vous reconnaitra.

Prenons un exemple. Si vous suspecter une cellule anarchiste de s’être installée dans un quartier populaire, vous pouvez faire du porte à porte en vous renseignant sur les gens louches.
Et vous aurez des réponses !

Mais vous serez catalogués flics ou fouineurs. Les anarchistes en question pourraient entendre parler de vous, et si leur cache d’armes explose malencontreusement avec eux à l’intérieur, la police mènera une enquête qui vous désignera comme mêlé à l’affaire.
Olivier111

le 06.10.2014
à 18:10

  
Mais si vous prenez le temps de rassembler assez d’information sur les dits terroristes (journaux, anciens complices, documents…) vous pourriez avoir une assez bonne idée de leurs habitudes, de leurs besoins, de leur façon d’agir… et conclure par une enquête de terrain beaucoup plus rapide et discrète.

Pr exemple, nos anarchistes bulgares ont l’habitude de vivre ensemble, ce qui demande de louer appartement d’une certaine taille. D’après ce qu’on peut voir, ils apprécient de vivre dans des quartiers peuplés d’immigrant d’europe de l’est. Ils transportent leurs machines infernales en voiture, ce qui suppose un garage attenant à leur demeure. Ils prennent toujours des appartements de plein pied car cela offre de meilleures opportunités de fuite en cas de descente de police.

Donc, mettons qu’un de vos agents avec un peu de bagout fasse le VRP, aille voir les différents commerçants des zones en question, fasse quelques achats, propose ses produits… et s’enquiert des possibilités de l’immobilier dans le coin en donnant une description du genre d’appartement qu’il aimerait acheter (rez de chaussé, grand, avec un garage), non seulement il n’est pas louche, mais il fait fonctionner le réseau local à son profit. Il obtiendra sans doute une foule d’anecdote sur les drôles de locataires du quartier. Et il peut aller vérifier sans trop attirer l’attention.

Et même si quelques personnes le remarque, sa couverture de VRP suffira à le couvrir dans 90% des cas. Les gens ne remettent pas en question ce qui leur semble évident.

On peut tirer de cet exemple 3 leçons
- Bien se renseigner fait gagner du temps et évite d’attirer l’attention
- Avoir une couverture solide (dans le métier, on parle de ‘Légende’) permet d’éviter la plupart des problèmes
- Avoir des contacts locaux est essentiel. Ici, les commerçants. Cela pourrait aussi bien être de vrais VRP, des journalistes, des Indics… dans le métier, on les appelle les ‘Sources’.

Plus vous aurez de Sources (et saurez les utiliser), plus vous protégerez la Legende de vos agents et votre propre sécurité.
Prévoyez un budget pour vous occuper de vos sources. Ce sont vos yeux et vos oreilles.

Mais je vois que vous piaffez d'impatience d'entrer dans les spécificités du métiers plutôt que dans son aspect de basse police.

Très bien. la seconde règle du renseignement (à part en avoir à tout prix) est la sécurité.
Olivier111

le 06.10.2014
à 18:12

  
La sécurité est obtenue par le moyen du renseignement (ou quand et comment agir) et par l'usage de la compartimentation

- Tout d'abords de la compartimentation par zones d'actions

Il existe trois genre de zones en action clandestine:

La zone de vie (votre domicile). N’y laissez rien de compromettant. Faite le ‘ménage’ régulièrement.

La zone de liaison. Divers endroits ou vous pouvez discuter action et planquer le nécessaire.

(Il peut y avoir plusieurs zones de liaisons, par exemple une ou on se prépare, et une ou on se débarrasse de son matériel compromettant après la mission)

La zone d’action. Toujours à distance des deux précédentes. Agir dans un endroit ou vous êtes habituellement connu signifie multiplier inutilement les risques. S’il est vraiment nécessaire d’agir à côté de votre résidence, demandez à un ami fiable.

Prendre l’habitude d’utiliser des pseudos dès qu’il s’agit d’action n’est pas qu’un snobisme. C’est une pratique nécessaire qui a fait ses preuves.

Note: Dans votre cas, je dirai même de préparer une 4° zone pas trop loin de votre domicile, une zone de fuite, avec un peu d'argent, une arme, une trousse de soins, des vêtements de rechange et de faux papiers pour voyager vers un pays sans droit d’extradition.

- Ensuite par la compartimentation entre votre vie 'publique' et votre vie 'secrète'

C'est là qu'intervient la notion de 'Légende'. Il n'est pas forcément nécessaire de vivre dans la clandestinité. C'est là un choix difficile et couteux (stress, faux papiers...)

Mais avoir une couverture 'raisonnable', qui explique votre présence sur les lieux et qui n'attire pas une attention malvenue, c'est assez simple.

D'ailleurs, ça doit rester assez simple. Plus votre légende est proche de vous, moins vous aurez à mentir ou à imaginer des choses...et donc de vous contredire.

Quelques Légendes:

- L'homme invisible: Réparateur, électricien, chauffagiste, plombier, agent du téléphone...
Si vous avez quelques aptitudes au bricolage, c'est l'une des Légendes parmi les moins remarquable.
Tout le monde voit le type en salopette avec sa caisse à outils et sa casquette, et personne n'y fait attention.

Le plus incroyable, c'est que ce genre d'individu arrive souvent à entrer dans les endroits les plus sécurisés. (!)

D'autant plus que vous pouvez préalablement créer la panne que vous viendrez réparer...
Olivier111

le 06.10.2014
à 18:13

  
- Le clown: C'est le principe inverse du précédent. Vous êtes TRES voyant, mais personne n'a envie de vous accorder plus d'attention que nécessaire.

Outre les clowns (pendant une parade, une fête foraine...), il y a les chorales pénibles qui hantent les parcs publics, les anciennes confréries étudiantes se retrouvant pour un week-end de débauches non loin de leur ancienne fac, les touristes légèrement éméchés qui errent dans une station balnéaire, une 'starlette' insupportable et sa cour de journalistes sur le lieu d'un futur tournage ..

Un autres aspect intéressant: quand un groupe de clowns met le feu à une grange, les autorités s'arrachent les cheveux pour obtenir une description des coupables.

Ces deux exemples ne sont que les points extrèmes de ce que vosu pouvez utiliser.

En règle générale, vous n'avez besoin que d'un prétexte raisonnable pour vous éloigner de chez vous (ex: séminaire, vacances) une raison sociale acceptable pour vous trouver dans le coin (ex: pour affaire) ou vous mènerez votre action, de la discrétion, d’utiliser des surnoms (pseudos) entre vous, et de ne rien signer (ex:registre d'hôtel) sans mal orthographier votre patronyme...
Olivier111

le 06.10.2014
à 18:13

  
* Le problème délicat des 'Sources':

* Ne confondez jamais vos Ressources et vos Sources.

Votre famille, votre position sociale, vos relations publiques... sont vos Ressources.

Vos devoirs peuvent vous amener à les négliger en apparence, mais vous ne devez jamais les mettre en danger.

Vous pouvez les utiliser, mais jamais de façon directe (sauf cas d’extrême urgence)

Sans vos ressources, vous serez réduit à la clandestinité. Votre marge de manœuvre sera alors beaucoup plus limité... ainsi que votre durée d’activité.

Quelle est la limite ? Difficile à dire. un ami policier peut vous donner un tuyau ou vous tirer d'un mauvais pas... C'est une Ressource.

Mais si vous lui demandez ou se procurer un arsenal, il en sait beaucoup trop sur vos objectifs.

Vous avez intérêt à le 'tenir' fermement' pour éviter toute dissémination de l'information.
Et ça c'est ce qu'on fait avec une 'Source'.

Et vous devez être capable de lâcher, griller, ou faire taire vos sources à tout moment.

* Il y a essentiellement 2 sortes de Sources 'fiables'

- Ceux qui veulent se sentir importants:

Que leur motivation soit idéologique ou personnelle (vengeance), ces personnes frustrées aspirent à avoir une importance qu'elles n'ont pas.

Les approcher avec précaution, flatter leur égo, les écouter, se réclamer d'une cause mythique qu'ils rêvent de joindre (ou d'une coalition d’intérêt qu'ils peuvent comprendre) suffit à en faire des agents très motivés...et souvent très maladroits.

Ils s'imaginent être membre honoraire de votre Groupe, ils ne sont en fait que vos instruments.

Je ne crois pas inexact d'estimer qu'un espion ou groupe paramilitaire sur 3 sert en fait un 'bienfaiteur' très différent du bord auquel il croit appartenir...

Bien sûr, cela ne s'appliquer pas pour vous, Gentlemen.

- Ceux que vous 'tenez':

Tout le monde à des petits secrets. Si vous ne les trouvez pas , vous pouvez même les fabriquer.

Racheter la reconnaissance de dettes de jeu d'un ecclésiastique, photographier une personnalité en vue au lit avec une mineure de couleur, mettre la main sur la comptabilité truquée d'une entrepreneur...

Ces personnes se montreront réticentes mais coopératives... tant qu'elles auront quelque chose à perdre !

Tout est donc une question de doigté. Présentez la chose comme une association, avec quelques avantages pour lui.

Après tout, vous le 'protégez', maintenant. Il est votre investissement, autant qu'il aille le plus loin possible...

Ce qui donne à réfléchir...quand on voit le nombre de politiciens tarés et débiles qui font carrière, on peut se demander s'ils ont pu faire leur chemin en dépit de leurs turpitudes, ou grâce à elles...

Ce sont d'excellents agents, d'une prudence à toute épreuve

Mais si vous les poussez trop fort, elles vous éclateront dans les doigts. Et si vous les ménager trop, elles feront TOUT pour se débarrasser de vous.

A part ça, pas de problèmes.
Olivier111

le 09.10.2014
à 16:40

  
( Encore un espace dédié à un futur article)
Olivier111

le 09.10.2014
à 17:51

  
- les sources non fiables:

Indics, concierges, petits commerçants, agitateurs étudiants etc

Ce n'est pas tant que les informations ou services que peuvent vous rendre ces gens ne soient pas fiables...

... C'est surtout qu'ils répéteront tout à d'autres personnes !

Elles peuvent être très utiles, mais vous ne pouvez compter sur leur discrétion. Sans compter que si vous attirez l'attention d'autres groupes du Renseignements, ce sera probablement ce moyen qu'on utilisera pour vous approcher

Il faut donc particulièrement faire attention à la Légende que vous utiliserez à leur contact.

Si vous ne vous souciez pas qu'une information se répande, ou si vous voulez qu'un quartier, qu'une communauté vous soie d'une certaine façon, vous pouvez les utiliser.

Pour reprendre l'exemple plus haut, vous ne serez pas très crédible en tant que VRP si vous n'allez pas proposer vos produits

Vous pouvez donc utiliser ce type de sources ... pour construire vos Légendes !

D'un autre côté, vous pouvez les utiliser pour faire circuler de fausses informations.

La désinformation est une arme que vous devriez apprendre à parfaitement manier..

(to be continued)
Olivier111

le 13.10.2014
à 05:22

  
Oh, j'allais oublier. Un Gentleman m'a demandé de préciser l'aspect technique des fausses identités, à savoir les faux papiers.

Le problème de l'identité apparente est liée à la classe sociale et à l'appartenance à une communauté et aux comportement acceptables de ceux ci.

Si cous entrez dans le moule, les gens vous poseront dans une catégorie pratique pour eux et vous oublieront au plus tôt.

Si vous détonnez en quoi que ce soit, les gens se méfieront de vous, et ce ne sont pas de faux papiers qui les rassureront.

En bref, si 'on' se renseigne sur vous, le fait que les commerçants du quartiers disent "Oui, je le connais..." plaidera plus en votre faveur que si vous avez pensé à vous inscrire au registre du commerce...

Pour en revenir aux faux papiers, il y en a de 3 types

- Les 'faux' classiques: fausse lettre de recommandation, faux certificat de détective, faux permis de conduire... Cela peut suffire à établir votre identité auprès d'officiels méfiants (SI ils sont d'assez bonne qualité), mais risque de ne pas résister à une vérification en règle (assez rare heureusement)

Ils peuvent vous permettre cependant d’accéder à des documents tout à fait officiels (inscription au registre du commerce, location) qui vous seront plus qu'utiles au quotidien,...et peuvent eux mêmes servi 'd'ID'
Ex: beaucoup d'administration vous demanderont une quittance de loyer- ou un titre de propriété. A défaut de savoir QUI vous êtes, on préfère savoir OU vous trouver

- Les 'vraix faux': Des complices ou des Sources peuvent vous fournir des documents officiels précieux.
Ex: 'sheriff deputy,' , inspecteur au service d'un attornety, passeports etc

Ces documents peuvent en théorie traverser toute vérification. Cependant, une enquête réellement approfondie peut montrer que vous sortez de nulle part.

On risque également de 'contaminer' ses Sources en cas de problèmes graves (et de priver votre réseau de ressource précieuses)

- Les 'Faux-vrais':
Allez dans un cimeterre. Trouvez la tombe d'un enfant né la même année que vous, et possédant un nom et un prénom banal.
Écrivez à la municipalité pour obtenir son certificat de naissance sous un prétexte.

A partir de là, développez votre légende.

Par exemple, Wilson Smith, né en 1887, comme vous (mort en 1901). Bibliothèque. Dans ce même Etat, un Wilson Smith à passé son diplôme en 1910. Écrivez pour en demander un nouvelle copie du diplôme (certificat de naissance" pour prouver votre identité au besoin, ou engager un avocat pour effectuer la démarche)

Vous avez maintenant un certificat de naissance ET un diplôme pour prouver votre identité.

Installez vous dans un autre état et servez vous des 2 éléments précédents pour vous inscrire (registre du commerce, ordre des médecins...) payer vos impôts, louer un local...

Même une vérification approfondie dévoilera difficilement la supercherie . Il faudrait que des agents aillent sur place, épluchent tout.
Yorick

le 13.10.2014
à 09:23

  
Merci pour ces explications mon lieutenant!

Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien.

Vonv

le 14.10.2014
à 15:37

  
Zou: http://www.tentacules.net/index.php?id=1724
Olivier111

le 16.10.2014
à 17:59

  
Que les Dieux Obscurs te bénissent !

Bon autant les deux premiers articles me semblent suffisants, autant le troisième mérite d'être encore un peu retouché et complété.

Merci de m'accorder l'Immortalité Toccième, c'est la Gloire

Maman sera tellement fière ! Je vais lui faire la surprise, mais d’abords je dois la re -remplir d'antigel, car elle recommence à attirer les fourmis.
Vonv

le 18.10.2014
à 18:54

  
Olivier111

le 16.01.2015
à 20:00

  
Le financement de l'action clandestine.

L'argent est le nerf de la guerre. Vous ne pourrez pas continuer très longtemps vos opérations si vous ne disposez pas d'une source fiable de financement pour vos opérations., payez vos sources, vos voyages, vos frais médicaux, acheter votre matériel, graisser la patte aux bonnes personnes....

Le plus simple consiste bien sûr d'avoir un mécène riche et puissant dans le cercle intérieur de vos décideurs.

Sinon, il faudra utiliser vos sources ou vos cibles.. Ce qui pose de gros problèmes.

- Le traffic (alcool, armes, stupéfiants...) est assez facile pour un groupe habitué à l'action secrète. Il suffit d'avoir de bons contacts pour dégager un montant remarquable de cash.

Le problème est qu'il vous transforme en petite maffia, certes pour la bonne cause, mais cela donnera de mauvaises habitudes. Le milieu criminel local sera au courant de vos activités, et voudra peut être sA part ou supprimer la concurrence.

- Le pillage peut être aussi très rentable. Vous vous emparerez des biens de vos cibles et les revendrez pour financer votre croisade.

Au delà de l'aspect moral, c'est une prise de risque supplémentaire. Déplacer des objets précieux prend du temps, et les cibles les plus riches ne sont pas forcément les plus intéressantes. stratégiquement parlant.
Qui plus est, il faudra fréquenter des receleurs pour revendre votre butin, qui sont par essence des informateurs.
C'est une pente glissante. On commence par piller l'ennemi, et on finit par attaquer des banques 'pour la cause'...

- L'impôt de guerre consiste à mette vos 'protégés' à contribution pour vous aider financièrement.

C'est peut être la solution la plus discrète, mais si les sources enthousiastes paieront un moment, les sources rétives...seront encore plus rétives.
Cela va fragiliser encore plus le contrôle (toujours délicat) que vous avez sur vos sources.
Devoir rendre un service de temps en temps, c'est parfois difficile, devoir payer régulièrement...

D'autant que si une de vos sources refuse publiquement, il va falloir lui faire passer le goût du pain, ou perdre (beaucoup) de crédibilité.
Des révolutions ont commencé comme cela...

Sans compter que si vos rentrées d'argent deviennent régulières, il va falloir le 'blanchir', c'est à dire justifier sa provenance de façon légale.

Ou vous aurez tôt ou tard affaire au agents du trésor (fisc, IRS etc)

Quelques moyens de blanchiment:

- Garder un profile bas...et tout en cash sous votre lit.
Pas de signes extérieur de richesses, pas de dépenses suspectes...mais craignez les cambrioleurs ou les épouses trop curieuses...

To be continued
Olivier111

le 16.01.2015
à 20:04

  
- Trouver un emploi fictif:

Par exemple demander à un 'ami' attisant de vous verser un pseudo salaire. Vous pourrez alors justifier de ressources, verser les sommes correspondantes sur un compte bancaire...

Ex. VRP, agent de sécurité, conseiller (juriste, comptable etc)

- Posséder des 'blanchisseries'

Blanchir' son argent provient de la pratique de posséder de petits commerces de blanchisserie au chiffre d'affaire surévalué.
C'est ainsi que naissent dans certains quartier une flopée de petits commerces d'alimentation, de nettoyage, d'antiquité...sans grande clientèle mais déclarant de bons profits...

Bien sûr, les gens travaillant dedans sont dans la confidence, et doivent être fermement 'tenus'.

De plus, plus vous brassez d'argent, plus il devient nécessaire de tenir un livre de compte.

En fait deux: un que vous pourrez monter à l'administration fiscale, et un qui vous permettra de vérifier que personne n'est en train de vous lubrifier le rectum.

Très vite, il vous faudra donc un habile comptable.
Mais tant son témoignage que ses livres deviendront très incriminant pour vous.

C'est ainsi qu'est tombé Al Capone.
L'archiviste

le 20.01.2015
à 23:02

  
La suite, la suite !

http://lagazettedarkham.com

Olivier111

le 14.07.2015
à 15:14

  

Comment démanteler une cellule clandestine ?


(repèrage - signature- organisation - destruction)

(article en construction)

Par définition, les organisation secrètes ou cellules clandestines sont difficiles à repérer.

Le travail de police classique (porte à porte, indics, etc) ne suffit pas en général (encore que l'on puisse avoir de bonnes surprises).

Non pas parce qu'elles sont 'géniales', mais parce que leurs objectifs diffèrent en général de ceux émanent des criminels 'classiques'.

Il est donc particulièrement utile de mettre en usage le vieil adage 'connaissez votre ennemi".

Il est indispensable de comprendre ou du moins connaitre leurs objectifs, leurs idéologies, leurs méthodes, leur passif (réussites, échecs), leur mode d'organisation, leurs anciens leaders...

Pour donner un sens à des indices que personne ne voit (ou ne peut mettre dans la bonne case), vous devez apprendre à les comprendre.

C'est ce qu'on appelle chercher une signature.

Mais qu'est-ce qu'une signature me direz vous. ?

Cela implique principalement deux choses:

- La première est que tout groupe/individu à tendance à refaire ce qu'il 'sait' bien faire, ou une variante de celle-ci.

Par exemple, un braqueur commettra de nouveaux braquages, un gourou cherchera de nouveaux adeptes...Peut être le referont-ils sous de nouveaux noms, sous une nouvelle forme...mais la pomme tombe rarement loin de l'arbre.

- Le second élément sont les besoins intimes, 'psychologiques' lié à la 'culture' du groupe (ou de l'individu).
Ils s'agit des besoins non-essentiels à la réalisation de leurs actes, mais émotionnellement importants

Par exemple, un violeur qui a besoin d'attacher sa victime d'une certaine façon. Cela n'a aucune importance pratique pour l'agression, mais cela est émotionnellement important pour lui.

Ou encore un groupe religieux qui a besoin de se réunir à certaines dates ou de frapper en commémoration de certaines autres.
Cela peut être sans intérêt ou signification pour le reste du monde, mais cela est fondamental pour eux.

Soyons plus précis. Si vous avez accès aux rapports de police, et que vous lisez la fiche de cet individus arrêté pour vagabondage nocturne dans un cimetière, sans rien d'autre d'incriminant... Vous n'avez rien.

Mais si vous cherchez une signature que vous connaissez, vous pourrez remarquer que le rapport mentionne lun rouleau de cordelette banal mais impeccablement roulé... ou qu'il a été arrété à la date anniversaire de la mort d'un leader anarchiste, justement enterré dans ce cimetière... et LA, vous aurez une piste !

To be continued
Olivier111

le 14.09.2015
à 18:59

  

(doublon)
Olivier111

le 27.12.2015
à 19:42

  

Donc, vous avez un suspect. Vous pouvez bien sûr l’arrêter, l'interroger (peut être à l'aide d'expédients...). Et ?

N'en faites rien, à moins d'être SUR de pouvoir le retourner et le faire travailler pour vous.

En faites, ne faites rien du tout jusqu'à avoir un aperçu complet de ses habitudes et surtout de ses contacts.Laissez le filer. Et surveillez-le.

En langage technique, c'est ce qu'on appelle 'tisser la toile' (de l'araignée).

Cela prend en général la forme d'un tableau avec des photos reliée"s grâces à des cordelles et des épingles.

Une fois que vous avez l’organigramme complet de ses relations, vous avez une assez bonne idée de ce qu'il trafique, quand et avec qui.

Vous pouvez alors décidé d'agir.

Détruire une cellule clandestine

Vous pouvez bien sûr faire un gigantesque coup de filet avec l'aide des autorités, et razzier en une nuit tout le réseau, ou plus prosaïquement arranger un accident (incendie) à un meeting important.

Cela peut être nécessaire pour prévenir un attentat, renvoyer l’ascenseur à vos contacts/supérieurs pour des besoins politiques.

Mais dans la vie 'réelle' (celle d'un agent de renseignement) c'est rarement une bonne idée.

Malgré tous vos efforts, vous n'avez probablement pas une vision complète de la situation.

Des membres non fichés - ou simplement non présents- pourraient s'enfuir, et tirer partie des ressources non découvertes pour remonter tôt ou tard un réseau parallèle.

Ou appliquer une structure moins facile à démanteler (par exemple, en montant une myriades de 'filiales' (cellules semi indépendantes dont seul le 'chef' connait l'existence d'une autre, etc)

Non, maintenant que vous tenez un organigramme organisationnel, mieux vaut repérer les membres les plus ''faibles'... et en prendre le contrôle.

Tous les moyens sont bons par y parvenir.
Parmis les classiques: le chantage, la famille, sans oublier la bonne vieille corruption, ou l''appel à la conscience (!) car beaucoup de membres ne sont plus en accord avec les pratiques de leur groupe, mais ne peuvent plus l'exprimer.

L'essentiel est donc de le 'retourner'...et de le laisser en place.

A partir de là, votre source vous fera un portait vraiment précis de l'organisation. Vous pourrez favoriser son ascension avec vos ressources, l'aider à prendre un poste à responsabilité, à introduire de nouveaux éléments à votre solde dans l'organisation, à organiser des purges internes...

Ou encore à les utiliser pour contrer d'autres groupuscules dangereux. Jouer les Trotskystes contre les Communistes, l'IRA contre les syndicalistes, Hindous contre Boudhistes...

Ou simplement de comprendre de quoi il retourne vraiment .
A quoi bon empêcher un attentat si votre objectif est de prévenir un coup d'Etat ?
Olivier111

le 27.12.2015
à 19:44

  
(doublon)
Olivier111

le 28.12.2015
à 11:10

  
Comme disait le vieux Sunzi," l'art supérieur de la Guerre est de gagner sans combattre"

Faites donc se battre vos ennemis entre eux. Faites d'eux vos supplétifs. Dans notre jargon, c'est ce que nous appelons le 'Grand Jeu'.

J'ai une question pour vous Gentlemen: quelle place tenez-vous dans le Grand Jeu ?

Si vous n'êtes pas un Roi sur votre échiquier, vous êtes probablement le Pion de quelqu'un d'autre. Ou sur le point de le devenir...

Mais revenons à la première partie: l'information:

Comment obtenir les informations sur un groupe qui vous intéresse ?

Quelque part, quelqu'un sait quelque chose. Mais peut être ne sait-il pas qu'il sait. Ou peut être qu'il ne le dira pas à vous.

Vous ne pouvez pas être compétent partout. Si vous tentez cela, vous risquez surtout de n'être vraiment bon nulle part.

Voici quelques solutions simples qui vous économiserons du temps, du travail personnel, et qui garderont vos forces intactes;

- Vous avez une bibliothèque bien achalandée dans votre ville ? Possédant un abonnement aux grands quotidiens du pays ? Parfait.

Engagez un étudiant, si possible un documentaliste pour faire les recherches sur les sujets qui vous intéresse, en précisant la grille de lecture adaptée.

Vous lui éviterez de faire la plonge pour gagner son argent de poche, cela ne vous coutera pas très cher, et vous aurez un contact privilégié avec la vie universitaire locale.

- Vous voulez avoir accès à des documents officiels ? Vous voulez une façade légale ? Vous voulez effectuer des démarches sans que votre nom apparaisse ?

Engagez un jeune avocat qui sort de l'école de droit. (Peut être un collègue du documentaliste ?) La confidentialité client-conseillé est pratiquement inviolable, et les 'lawyers' débutants ont généralement la plus grande difficulté à vivre de leur métier.

Même s'il n'est pas compétent sur un sujet (la Loi est vaste) il connaitra une personne qui l'est (un pénaliste par exemple).

Qui plus est, les juristes parlent entre eux, et vous seriez effrayé de savoir le nombre d'horreur qu'ils connaissent sur les personnes les plus en vues de votre communauté.

Un bon avocat vaut cher, mais il est généralement possible de payer une somme forfaitaire pour l'année de travail de ceux qui se lancent. Un bon investissement.

- Vous manquez de contacts avec le monde de la police et de la pègre ?

Engagez un détective privé. Un irlandais de préférence. La plupart sont d'anciens policiers, avec des amis des deux côtés de la barrière.
S'il a besoin de se mettre dans l'illégalité pour accomplir sa mission, c'est son problème. (Surtout si vous l'engagez par l’intermédiaire d'un avocat).

Là encore, cela à un prix, mais vous n'avez pas besoin de lui en permanence... Il connait les flics qui peuvent vous refiler un dossier, les malfrats à contacter pour pénétrer dans une villa...

To be continued...
Olivier111

le 29.12.2015
à 01:16

  

Si vous devez payer pour avoir accès à des informations ou des services peu légaux, il saura le faire au plus juste prix. Mieux vaut payer grassement une personne que vous connaissez que de vous signaler comme un pigeon aux éléments criminels de la ville.

Qui plus est, il vous servira également de fusible. Si votre privé disparaît, puis que votre avocat connaît une mort atroce, vous aurez d'avantage de temps pour vous préparez que si vous étiez aux premières loges...

- Enfin, vous ne pourrez pas être dans la rue en permanence. Alors faites une bonne action.

Comme Sherlock Holmes, engagez des clochards.
Evitez les épaves chroniquement imbibées, au profit des 'working poors', jeunes travailleurs itinérants qu'un revers de fortune ont condamnés à des conditions de vie misérables.

Personne n'a envie de les voir. Ils sont donc potentiellement invisibles, mais leur condition les rend très attentifs aux rumeurs, et peuvent rester sur le terrain... en permanence.

Ils peuvent faire des surveillance de longue haleine, ne vous couteront pas chers, et si vous les traitez correctement, vous seront très dévoués. Après tout, vous serez peut être le seul à redonner un semblant de sens à leur existence.

Qui plus est, si vous avez besoin de gros bras, ils seront probablement heureux d'en recruter parmi leurs multiples et pittoresques connaissances. Pour un prix modique (qui comprend en général une poignée de billets, et quelques bouteilles d'alcool), vous pourrez disposer d'une force d'appoint.

Certes, les sources présentées plus haut présentent des inconvénients. Vous pouvez tomber sur des escrocs, ou des incompétents. Ou pire encore, sur des bavards.
Vous devriez les tester avant de leur confier une responsabilité quelconque, et protéger autant que peut se faire votre véritable identité.

Mais elles présentent l'avantage d'être simples d'accès, sacrifiables, et certaines pourront être même recrutées si elles s'avèrent prometteuses.

A la guerre (et le Renseignement EST une guerre) vous devriez abandonner l'idée du plan parfait, des conditions parfaites, du personnel parfait... qui vous assureront l'avantage tout en vous protégeant parfaitement.

Vous ne pouvez qu'utiliser ce qui est disponible en vous protégeant de votre mieux.

Ménagez vos forces. Utilisez celles d’autrui. Etudiez les faiblesses de l’adversaire. Utilisez-les. Soyez délicats et discrets dans vos choix, mais impitoyables dans leurs applications.
C'est à ce prix que vous serez victorieux.

Gentlemen, si vous regardez par la fenêtre, vous pourrez remarquer que les 'Hoboes' que j'avais chargé de faire le guet pendant notre réunion viennent de prendre feu.

Il est peut être temps de rejoindre la 'zone de fuite' dont nous avions discuté.

Parfois, la seule victoire disponible est de survivre un jour de plus.

Ce fut un plaisir...
Olivier111

le 10.12.2016
à 13:19

  

Mes amis, j'ai un peu nettoyé cet article pour le rendre plus clair.

Si d'autres sujets vous intéresse, faites le moi savoir !


texte

Poster une réponse
Pseudo 
MotDePasse

(si vous êtes toceur)

Email 
      
Légende :

: signifie que ce message a été édité par son auteur.

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .