Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques
Sources :
Dossier de Le Clark
Verte et Plaisante Contrée (Verte et Plaisante Contrée), auteur Peter Tamlyn, traduction La S.E.C.T.

Bien qu'il ait été membre de l'Aube Dorée (The Hermetic Order of the Golden Dawn), déjà amplement décrite dans Cthulhu by Gaslight, Crowley mérite un traitement spécial pour un certain nombre de raisons. Tout d'abord, il est, sans aucun doute, le sorcier le plus célèbre des temps modernes. Ensuite, ses pouvoirs semblent avoir été phénoménaux. On lui attribue des exploits magiques comme le meurtre du sorcier réputé qui dirigeait l'Aube Dorée, MacGregor Mathers, ainsi que l'extraordinaire exploit d'avoir transformé un de ses disciples, le poète Victor Neuberg, en âne. Enfin, et c'est le plus important, il était vivant et en activité durant toutes les grandes années du Mythe de Cthulhu, de 1890 à 1930.

La Bête

Edward Alexander (Aleister) Crowley est né le 12 octobre 1875 à Leamington dans le Warwickshire (en Angleterre, près de Birmingham), peu avant la mort du célèbre sorcier français Eliphas Levi, dont il est généralement considéré comme la réincarnation. Ses parents étaient prospères et appartenaient à une secte chrétienne fondamentaliste. Il se rebella rapidement contre cet environnement de fanatiques religieux et se détourna de la foi chrétienne à la mort de son père, alors qu'il était âgé de onze ans. Il commença à se surnommer "le Faux Prophète, la Bête de l'Apocalypse dont le Chiffre est 666." Quelques années plus tard, il confia que sa mère fut la première à le surnommer "la Bête".

En 1895, après avoir étudié à Malvern et à Tornbridge, il entra au Trinity College de Cambridge qu'il quitta avant d'obtenir ses diplômes. En 1898, on le retrouve à Londres où, déjà fortement influencé par l'occultisme, il prétendait être le comte russe Svareff. C'est en novembre de cette année qu'il rejoignit l'Ordre Hermétique de l'Aube Dorée, adoptant le titre magique de Perdurabo "je subsisterai par delà le temps". La même année il publia anonymement une œ ;uvre pornographique intitulée Blanches souillures.

Au printemps 1900, après son échec dans la prise de contrôle de la loge londonienne, il se querella avec Mathers et fut expulsé de l'Aube Dorée. Il commença à parcourir le monde, expérimenta des drogues, escalada les montagnes de l'Himalaya et du Mexique. En avril 1904, alors qu'il était en voyage de noces au Caire, il reçut des messages surnaturels par l'intermédiaire de son épouse Rose Kelly. Un "Chef secret", ou esprit gardien, du nom d'Awaiss, lui fit faire des séances d'écritures automatiques réparties sur trois jours, ce qui permit à Crowley de bénéficier d'un enseignement d'un nouvel âge, connu sous le titre de Liber Al vel Legis ou "Livre de la Loi", dans lequel il dit : "Fais ce que tu veux sera l'ensemble de la Loi. L'amour est la loi, aime par devoir."

Au cours de cette même année 1904, il regagna l'Europe et écrivit à Mathers pour l'informer qu'il avait eu ses propres contacts avec les chefs secrets et déclarer que ceux que Mathers avait rencontrés étaient de "simples démons malveillants". C'est ainsi que commença une "guerre magique" entre les deux hommes qui dura jusqu'à la mort de Mathers en 1918 (que son adversaire revendiquait avec fierté).

Parallèlement, Crowley fonda son propre ordre magique l'Astrum Argentium (Etoile d'Argent) et consacra beaucoup de temps à l'écriture, à l'alpinisme et à la publication d'une revue périodique, Equinoxe. En 1912, Theodore Reuss, un dignitaire franc-maçon allemand spécialiste de l'occulte lui rendit une visite inattendue. Après quoi il l'introduisit dans l'Ordre des Templiers d'Orient ou Ordo Templi Orientis. Le nouvel initié prit alors la direction de la branche anglaise de l'ordre sous le nom de Baphomet.

Lorsque la première guerre mondiale éclata, il partit pour l'Amérique où, en 1916, il adopta le grade de Mage. Crowley passa la plupart des années de guerre en exil en Amérique, où son amertume envers l'hésitation du monde anglais à reconnaître son génie littéraire et le refus du gouvernement britannique de l'employer comme espion, le menèrent à l'écriture de propagande pro-allemande.

L'Abbaye Sacrée de Thélème

A la fin de la guerre, il retourna d'abord en Angleterre, puis en 1920, accompagné de ses deux maîtresses, Leah Hirsig, une Américaine, et Ninette Shumway, une bonne d'enfant française, il se rendit à Cefalu en Sicile. Il fonda dans une villa de l'île l'Abbaye Sacrée de Thélème. "Abbaye" est le mot juste, car Crowley destinait son établissement à être un centre de dévotion et d'étude de la magie, comme une abbaye ordinaire l'était pour la piété et l'enseignement chrétien. Beaucoup de disciples potentiels lui ont rendu visite et beaucoup de puissantes magies y ont été effectuées.

En dépit d'une permanente procession de visiteurs, ou plutôt parce que la plupart d'entre eux n'étaient pas assez riches pour couvrir Crowley de dons, l'argent posa quelques problèmes à Thélème. Ses activités d'avant-guerre avec l'Aube Dorée avaient été financées en grande partie par l'héritage de sa mère, mais vers la fin de la guerre il en avait dépensé la quasi-totalité et était de plus en plus dépendant du revenu de ses écrits et des cadeaux de ses disciples. En 1922 Crowley se tourna une fois de plus vers l'écriture, vendant son roman Journal d'un Toxicomaniaque, à Collins. Ce livre raconte l'histoire d'un couple d'aristocrates qui deviennent dépendants de la cocaïne et de l'héroïne, et qui, après une série d'aventures débauchées en Europe, découvrent Thélème (appelé Telepylus dans le livre) où ils reçoivent l'illumination et sont guéris.

Sans rien laisser filtrer sur l'ampleur de sa participation, Crowley indique que "Telepylus" est un endroit réel et offre de mettre quiconque a besoin de son aide, en contact avec le saint établissement. Sans aucun doute espérait-il quelques clients payants. Malheureusement, James Douglas du Sunday Express s'en empara et "l'exhiba" à la façon désormais célèbre des tabloïds. Un autre journal, John Bull d'Horatio Bottomley, a également repris l'histoire. Crowley était à la une de la presse. Il faut préciser qu'ouvertement bisexuel et héroïnomane, Crowley entreprenait des rituels où se mêlaient sexe et occultisme, lesquels scandalisèrent rapidement la population de l'île.

L'Homme le Plus Mauvais du Monde

Les choses empirèrent début 1923 lorsque Raoul Loveday, un visiteur de Thélème, mourut d'une hépatite après avoir bu à un torrent de montagne local. L'épouse de Loveday, Betty May, qui détestait Crowley, se rendit directement auprès de Douglas avec son histoire. De nouveau, la presse britannique fut en pleine Crowleymania. Le sorcier s'en délecta probablement dans une certaine mesure, après tout il s'était lui-même surnommé "La Grande Bête" et était fier de sa réputation de méchanceté, mais la polémique attira l'attention du tout récent chef du gouvernement italien, Mussolini, qui expulsa promptement d'Italie "L'Homme le Plus Mauvais du Monde", comme l'avait surnommé la presse.

Crowley a passé le reste de la décennie à errer en Europe à la recherche de protecteurs et de nouvelles maîtresses, résidant principalement en France et en Allemagne, avant de retourner en Angleterre en 1929. Il s'est alors embarqué dans une tentative plutôt stupide pour obtenir de l'argent par des procès en diffamation contre ceux qui avaient colporté qu'il était mauvais ( !). Les principaux effets furent de le remettre sur le devant de la scène journalistique et de rappeler à divers créanciers qu'il était de retour en Angleterre. Vers la fin des années 30, il est finalement parvenu à se ranger et subvenir à ses besoins grâce à l'écriture. Il mourut à Hastings en 1947, dans un anonymat relatif.

Crowley est l'auteur de nombreux livres savants et d'écrits magiques qui sont devenus des classiques de l'occultisme parmi lesquels 777 (1909), Livre 4 (la pratique du yoga mêlée d'occultisme occidental en deux volumes, 1911 et 1913), Le Livre des Mensonges (1913), Journal d'un toxicomane (1922) et le roman Enfant de la Lune. Deux des six volumes de son "autohagiographie", Les Confessions, furent publiés en 1929 et 1930.

Et le Mythe dans tout ça ?

Comme l'Aube Dorée, les pratiques magiques et les croyances de Crowley ne soutiennent qu'une comparaison superficielle avec l'orthodoxie du Mythe. Comme la devise favorite de la Bête était "Fais ce que tu veux sera l'ensemble de la Loi ", il est inconcevable que, après avoir découvert le Mythe, ce qu'un si grand sorcier aura sûrement fait, il n'ait pas fricoté un peu avec lui.

Comme Mathers avant lui, Crowley prétendait détenir son autorité de "Chefs secrets", dont il se gardait bien de révéler la vraie nature à ses suivants : ceux-ci pourraient en effet bien être des Grands Anciens ou même des Dieux Extérieurs. On a dit que sa connaissance magique provenait de son propre "Ange Gardien", Aiwass, qu'il rencontra en invoquant des divinités égyptiennes. Crowley décrit Aiwass comme un "grand homme sombre sur son trente et un". De toutes les identités vraisemblables, il est plus que susceptible que ce protecteur surnaturel était Nyarlathotep, dont l'une des formes serait un humain basané de type égyptien.

Il faudrait également noter que les passions de Crowley dans la vie – sans compter la magie, les drogues (il essayait toutes celles qu'il pouvait découvrir), les femmes (il essayait aussi toutes celles sur lesquelles il pouvait mettre la main) et la notoriété – incluaient également un enthousiasme inhabituel pour l'alpinisme. En effet, il a participé à quelques prestigieuses ascensions de certaines des montagnes les plus élevées du globe et aurait simplement pu devenir célèbre comme alpiniste. Se pourrait-il qu'il ait été à la recherche des Mi-Go ?
«
Génial
Doc jenkins 16/01/2011
Ahhh top ce petit article, lui je vais en faire un PNJ récurrent, merci TOC.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .