Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Au VIe siècle ap. J.-C., Nestar dit l'Hérétique, un perse auto-proclamé prophète, stigmatise la décadence du clergé officiel zoroastrien et prône un retour à la stricte observance de la règle.



Nestar l'Hérétique

Au VIe siècle ap. J.-C., Nestar dit l'Hérétique, un perse auto-proclamé prophète, stigmatise la décadence du clergé officiel zoroastrien et prône un retour à la stricte observance de la règle. Son fanatisme lui confère un fort soutien populaire mais lui attire également la haine de la classe aristocratique et sacerdotale.
Nestar, tout comme Zoroastre, vénère Ormzud, un être de lumière et de feu (identifiable à Cthugha). Le culte de la divinité est célébrée autour d'étranges autels cubiques appelés Atech-gah (places du feu). Au cours des sept fêtes annuelles, les adeptes sont invités à prouver leur foi en manipulant des Vampires de Feu invoqués depuis ces autels. Cela explique que de nombreux nestariens soient horriblement brûlés.
Nestar, fort de sa popularité, fomente une insurrection qui est matée dans le sang par le pouvoir. La secte est alors persécutée et les survivants, sur le modèle ismaélite, choisissent la voie occulte, la clandestinité. Les continuateurs de Nestar se font appeler Mobed et dispensent aux fidèles un savoir désormais ésotérique.
Du fait des migrations forcées, l'interprétation du message originel de l'Hérétique évolue en fonction du temps et de l'espace, bien que l'essence de sa parole, la vénération des êtres de feu, soit conservée.
Les idées nestariennes profitent des nombreuses hérésies secouant le monde byzantin pour se propager en Occident. On trouve ainsi des Nestariens, au XIIe siècle, aux côtés des Bogomiles dans les Balkans, mais aussi aux côtés des Patarins en Lombardie et des Cathares en Languedoc.

Nestariens et Cathares

Les Cathares pensent que Dieu ne peut être le créateur d'un monde matériel, imparfait par définition. Celui-ci est donc l'œ ;uvre d'un Dieu mauvais, Satan (on voit ici la germe du dualisme sur lequel les Nestariens ont pu se greffer). Satan est un ange déchu, démiurge, qui créa la Terre et la peupla d'anges séduits et trompés. Pour les cathares, Jésus est un ange envoyé par le Dieu bon pour alerter les anges prisonniers de la réalité de leur condition. Selon cette interprétation religieuse, Jésus ne s'est en aucun cas incarné, il n'est pas le fils de Marie et n'a pas souffert sur la croix (que les cathares abjurent comme un signe d'idolâtrie). Le message du Christ est le suivant : les âmes des anges sont souillées par le péché de la chair, ils doivent la purifier avant de pouvoir réintégrer leurs corps célestes. Le Purgatoire n'existant pas, c'est sur Terre que cette purification doit avoir lieu.
Le sacrement purificatoire, conféré par le Saint-Esprit, est appelé consolamentum. Il est indispensable que, jusqu'à sa mort, le fidèle reste pur, c'est pourquoi certains ne le reçoivent qu'à la veille de leur mort. Ceux ne pouvant prétendre au consolamentum doivent se réincarner jusqu'à être suffisamment purs. Les cathares se divisent entre " parfaits " (ceux ayant reçu le consolamentum) et " croyants ".

En 1231, Renaud Pamiers, un commerçant biterrois acquis aux idées cathares, rencontre un marchand grec pratiquant la religion de Nestar. Pamiers est frappé par les similitudes entre les enseignements de l'Hérétique et ceux des Parfaits. Tous deux rejettent en effet le monde matériel, croient en deux principes opposés (Dieu bon/Dieu mauvais, Lumière/Ombre, etc.) et vantent les mérites de l'ascétisme. Pamiers identifie le feu des nestariens comme étant la manifestation des anges purs. Converti aux thèses de Nestar, il tente un syncrétisme de la religion nestarienne et cathare. Bientôt Parfait, il entreprend une carrière de prédicateur mendiant et parvient à s'entourer d'une petite troupe de fidèles. Pourchassé par les autorités catholiques, il trouve refuge au château de Montségur, l'un des derniers bastions cathares. La place forte est assiégée en 1244 et Pamiers, en invoquant un ange de feu, s'immole avec ses compagnons.

Continuations modernes

L'histoire des idées de Nestar en Occident aurait pu prendre fin avec les cendres des derniers cathares de Montségur si un baron montpelliérain, Joachim Outremont, n'avait entrepris, par érudition, de compiler l'ensemble des écrits hérétiques de son époque.
A sa mort, en 1247, les dominicains investissent son château et brûlent ce qu'ils croient être sa bibliothèque. En réalité celui-ci avait pris soin d'envoyer ses livres les plus précieux (dont les Lettres de Nestar) à son ami l'abbé Grégoire de Saint-Hilaire. Ce dernier, par crainte de la répression, fit enterrer les livres hérétiques sous la tombe en marbre blanc de Saint Sernin, dont l'abbaye conservait les reliques.

En 1962, Renaud Chevalier, un historien toulousain spécialisé dans l'histoire de la croisade des albigeois met la main sur un écrit d'un moine bénédictin de l'abbaye de Saint-Hilaire relatant l'enfouissement secret de la bibliothèque d'Outremont. En accord avec les autorités compétentes il entreprend de dégager la pièce cachée sous le tombeau de Saint Sernin. Il y découvre une vaste et complète bibliothèque entièrement consacrée aux hérésies du XIIIe siècle. Son attention est toute particulièrement attirée par deux ouvrages, Les Lettres de Nestar et le Nouveau Testament de Pamiers (écrit en langue vernaculaire, c'est-à-dire ici en langue d'Oc). Ils ont le mérite, aux yeux de Chevalier, d'éclairer certaines zones d'ombres du catharisme et de venir confirmer sa filiation avec le zoroastrisme oriental.
Renaud Chevalier passe les deux années suivantes à étudier en profondeur les écrits qui deviennent son unique raison d'être. En janvier 1965 il manque d'être brûlé vif en étant parvenu à invoquer ce qu'il croit être un Ange Pur. C'est au cours de ces six mois d'hospitalisation qu'il acquiert la certitude d'avoir été investi par le Saint-Esprit dont il porte dorénavant la marque sur son corps. A sa sortie d'hôpital il fonde la Nouvelle Eglise Cathare dont il est le premier évêque et Parfait.
La secte vivote pendant les années 70-80 mais elle connaît un véritable essor à l'approche du nouveau millénaire. Des sanctuaires s'ouvrent dans les grandes villes de France et d'Europe (en Italie et en Suisse notamment).
En 2003 la secte compte un millier de membres dispersés à travers l'Europe et son centre névralgique est le château d'Aumelas (à proximité de Montpellier), restauré par Renaud Chevalier grâce aux dons des croyants. Près de vingt ans d'expériences ont permis à la secte de se structurer et de se hiérarchiser. Ses revenus sont importants et réguliers dans la mesure où il est demandé aux adeptes de se dépouiller de leurs biens matériels pour recevoir le consolamentum.

Toutefois, des années de pratiques du culte hérétique nestarien n'ont pas laissé indemne Chevalier, à la fois physiquement et mentalement. Son corps est aujourd'hui presque entièrement brûlé et son esprit est au bord de la folie la plus complète. Avec l'aide de ses disciples, il invoque sept fois l'an des Vampires de Feu, pris pour des Anges Purs. Ceux-ci sont censés purifier, par leur marque, les nouveaux membres. Chevalier est également intimement convaincu qu'il convient désormais d'administrer par la force le consolamentum aux anges aveuglés par le monde matériel corrupteur. Avec l'aide d'une poignée de fanatiques il pratique des enlèvements ciblés et livre les malheureux aux affres du consolamentum. Paradoxalement, ceux qui ne meurent pas ou ne deviennent pas complètement fous viennent souvent grossir les rangs de la secte. En revanche, ceux qui refusent de participer aux rituels barbares de la Nouvelle Eglise Cathare sont enfermés dans les geôles du château d'Aumelas, afin d'éviter qu'ils ne retombent dans le péché.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .