Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques
Angleterre, Londres, les 80's. Tatcher, le cauchemar des anglais. Et au milieu de cela, un homme, John Constantine. Créé par Alan Moore dans les pages de Swamp Thing, Constantine a commencé à avoir petit à petit de l'influence dans le monde de la magie, dans l'univers DC. Il était normal qu'il ait sa série. Alan Moore étant son créateur, il était normal qu'il l'écrive. Seulement voilà, à cause d'une brouille, c'est le non moins talentueux Delano qui hérite du bébé, et il s'en tire plutôt bien.

Constantine passe ses journées à fumer, éviter de finir tué par divers démons et boire pour oublier que tous ceux qui s'approchent de lui finissent dans un sale état. Ce volume commence d'ailleurs par de gros ennuis pour notre magicien anglais, causés par un de ses amis toxico. Au cours de ce volume contenant les 9 premiers numéros de la série, il devra affronter de nombreux autres dangers et n'en sortira jamais proprement.

Car John est un poissard mais aussi un pourri par moments. Loin de l'archétype du héros classique, Delano nous dépeint un type qui est tantôt attachant, tantôt repoussant. Ajoutez à cela des démons plus pervers et étonnant les uns que les autres et vous comprendrez vite pourquoi Hellblazer est devenu une série culte chez DC, qui survit encore et traverse les époques.

Niveau dessins, les pinceaux changent en cours de volume, mais une certaine continuité existe et l'ensemble se laisse lire très agréablement.

Panini a décidé de sortir l'intégralité de cette série dans une collection luxueuse, en commençant par le début. Une initiative à saluer. Et pour cela, il n'y a qu'un seul moyen : l'acheter!
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .