Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Alors qu'il n'est qu'un enfant, le jeune Howard assiste au meurtre de sa sœur par un zombie créée par Herbert West. Ce dernier est arrêté et jeté en prison. 13 ans plus tard, il découvre un moyen de redonner "l'âme" à ses "patients".



Après avoir produit l'excellent Dagon, Brian Yuzna revient à ses premiers amours : Herbert West. Après avoir produit Re-Animator (1985), il ajoute dans ses fonctions la réalisation avec Re-Animator II (1990). Il revient ici avec la double fonction de producteur/réalisateur, tournant désormais en Espagne.

Incarcéré au pénitencier d'Arkham, Herbert West (toujours joué par l'excellent Jeffrey Combs) continue tant bien que mal ses expériences malgré la présence tyrannique du directeur de la prison (Simón Andreu). Jusqu'au jour où débarque le jeune docteur Howard Philips (Jason Barry, notez au passage la référence), fasciné par les travaux de West depuis la mort de sa sœur, soit nommé médecin du pénitencier. Ce dernier se lie d'amitié avec Laura (Elsa Pataky), une journaliste de l'Arkham Record. Bien évidemment West et Phillips vont très vite de trouver de quoi satisfaire leurs envies de piquouse verte, d'autant plus que West a trouvé le moyen de contrer "l'abrutissement" des victimes : le nanoplasma. Bien évidemment, rien ne se passe comme prévu et très vite une émeute éclate...
La première chose que l'on remarque dans le film est son introduction très "slasher" style Scream et compagnie. Les premières minutes ne ressemblent en rien aux précédents Re-Animator (hormis le fait que la scène se déroule dans une maison proche du Christchurch Cemetery d'Arkham). Yuzna déclare qu'il s'agit de conquérir un public récent n'ayant pas vu les précédents opus, et en effet il ne se débrouille pas trop mal. Le reste est un peu plus long à se mettre en place : on suit donc le Dr Philips rencontrer les autres protagonistes, réanimer un prisonnier... On est bien loin des précédents délires ! Il faut donc attendre la dernière demi-heure et l'émeute pour que tout parte en sucette ! Et là, je dois dire qu'on est servi : un homme coupé en deux particulièrement vindicatif, un toxicomane vivant (Santiago Segura), s'injectant le produit... On retrouve l'humour trash des précédents opus et les effets spéciaux sont dans l'ensemble excellents (ils sont dus à Screaming Mad George qui avait déjà travaillé sur Re-Animator II). On ne s'ennuie donc pas.

Le meilleur passage du film reste le générique : on y voit un rat se battant contre un pénis ré-animé !!! Qui gagne, à vous de le découvrir. ;-)

Au final, on passe un excellent moment devant Beyond Re-Animator, même si il y a quelques longueurs. Les fans devraient y retrouver l'esprit déjanté de la série, et ceux qui ne connaissent pas encore (si ça existe ! ;-) ) devraient céder au charme de Jeffrey Combs toujours aussi froid et cynique. Le seul gros reproche que je ferais (et il est valable à l'ensemble des productions de la Fantastic Factory, la société de Yuzna) est qu'il s'agit d'un Direct-To-Video et qu'il n'a donc pas bénéficié d'une sortie en salle.
«
Doctor West i presume ?
Vonv 29/08/2005
Le retour du Docteur Herbert West et de son liquide vert plus que fluorescent !

Y a pas à dire, quand on veut un bon film gore, fun avec quelques sursauts, on prend Brian Yuzna. Il sait y faire.

Cet opus n'est pas non plus un chef d'œuvre mais ça reste un p'tit caviar du genre ! Tout y est, et ça saigne/machouille et tranche comme il faut.
Pour faire court, le teasing : Herbet W. s'est enfin fait arrêté, il est emprisonné. Mais quelqu'un va se passionner pour ses recherches... et zou on r'met l'couvert !

Du bonheur avant l'repas !
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .