Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

La guerre entre les hommes et les Grands Anciens est perdue. Le monde est maintenant en leur pouvoir. Une poignée de survivants, terrés dans des souterrains, essaye de continuer la lutte.
Après la découverte de mystérieux parchemins, ils comprennent que pour avoir une chance de gagner la guerre, ils doivent découvrir le Nécronomicon.
Une expédition pour les ruines d'Arkham s'organise, mais les forces de l'au-delà ne l'entendent pas de cette oreille et envoient trois de leurs héritiers pour exterminer ce qui reste de la race humaine...



« Inspiré des œuvres de H.P Lovecraft », revendique la jaquette de ce DVD.
Il est vrai que le thème est ambitieux et alléchant, mais disons le tout net : il s'agit là d'une série Z fauchée.
Outre le manque flagrant de moyens, le projet d'Ivan Zuccon souffre de nombreux défauts, dont le moindre n'est pas d'être assez incompréhensible. En effet, on se perd rapidement (comme le réalisateur semble-t-il) dans cette histoire obscure, dépourvue de rythme, de tension, et au climax décevant. Inutile de compter sur les dialogues ou les relations entre les personnages pour éclaircir un peu le propos, là encore la confusion règne.
Si les acteurs (peu nombreux) ne déméritent pas totalement, ils montrent néanmoins un jeu assez limité. Une mention spéciale cependant pour le personnage de Keziah, sorcière morte vivante et comploteuse qui poussera un de ses geôliers à la féconder pour qu'elle puisse mettre au monde un des trois héritiers ; sa présence et son action faisant partie des rares fils ténus permettant de suivre le scénario.

Sur la forme, la narration est lente et le style assez éloigné des autres productions Uncut Movies. Ici, peu d'action et de scènes gores, hormis un arrachage de langue après la naissance du premier héritier. Même si l'héritier en question est juste un grand baraqué avec des lentilles colorées, les effets spéciaux de maquillage sont corrects malgré le coté désespérément fauché de l'œuvre.
Concernant les décors, là encore, c'est un peu la misère : quelques plans extérieurs en rase campagne, quelques scènes de nuit tournées apparemment dans une ancienne carrière et des intérieurs filmés dans des souterrains (assez convaincants).

Quelques points positifs sont toutefois à relever. Tout d'abord, les efforts fait en terme d'éclairages et de cadrages : visiblement, le réalisateur soigne son travail, et l'on retrouve parfois les lumières baroques d'une «l'italian touch» à la Dario Argento ou quelques ressemblances avec la vision finale de «l'au-delà» de Lucio Fulci.
Le manque de moyens nous prive bien entendu de la vision d'un Grand Ancien (heureusement pour notre SAN !) ce qui, paradoxalement, rend leur présence plus crédible et la menace plus diffuse.
On peut donc mettre au crédit d'Ivan Zuccon ce parti-pris esthétisant et surtout le choix de privilégier l'atmosphère, là où avec le même budget un autre réalisateur aurait pondu un petit nanard bien gore.

Pour conclure, il apparaît clairement que le projet est bien trop ambitieux pour de si petits moyens.
Même si l'oreille du fan du maître de Providence se dresse plusieurs fois à l'évocation de noms familiers, le recours au Mythe ressemble parfois à une sorte de saupoudrage destiné à assaisonner une soupe un peu fade.
Malgré tout, la démarche demeure sympathique et l'on se plait à imaginer ce qu'un tel sujet aurait pu donner avec de plus gros moyens.

A voir par curiosité.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .