Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Roderick Fitzgerald et sa sœur Pamela, deux londoniens, s'installent dans une maison isolée sur la côte. Mais, la nuit, des pleurs mystérieux s'y font entendre...



La falaise mystérieuse est la première réalisation de Lewis Allen.Après avoir travaillé à Broadway, ce britannique se voit confier l'adaptation de ce roman de DorothyMacardle par lagrande firme Paramount. Lerôle principal est confié à Ray Milland, une des stars de cette compagnie,qui se voyait alors cantonné dans des comédies romantiques un peumièvres ; il allait pourtant gagner un Oscar en interprétant la déchéance d'unalcoolique dans Le poison (1945) de Billy Wilder ; puis il allait apparaîtredans des thrillers et des films fantastiques importants (Le crime étaitpresque parfait (1954) de Hitchcock, L'enterré vivant (1962) deRoger Corman...). Le vieux commandant Beech est interprété par Donald Crisp,importante personnalité du cinéma muet (il co-réalisa La croisière duNavigator (1924) avec Buster Keaton et dirigea Don Q, fils de Zorro (1926)avec Douglas Fairbanks ; il fût aussi acteur, notamment pourGriffith : Naissance d'une nation (1915), Le lys brisé (1919)...).Allen bénéficie des services du chef-opérateur Charles Lang, un habitué des histoires desfantômes et des maisons mystérieuses (Peter Ibbetson (1935) de HenryHathaway, Le mystère de la maison Norman (1939), Le mystère duchâteau maudit (1940), L'aventure de madame Muir (1947)...).
Au cours d'une expédition sur la côte, Roderick Fitzgerald et sa sœur Pameladécouvrent une superbe bâtisse abandonnée, située tout en haut d'une falaisevertigineuse. Ils se rendent chez le propriétaire, le commandant Beech, qui vitavec sa petite-fille Stella. Il leur apprend que la demeure est à vendrepour un prix dérisoire. Sans hésiter, Roderick et Pamela l'achètent et s'yinstallent. Pourtant, dès la première nuit, leur sommeil est troublé pardes pleurs mystérieux, de provenance inexpliquée. Ils commencent à enquêteret découvrent que l'ancienne propriétaire, fille du commandant Beech et mèrede Stella, serait morte en tombant de la falaise. L'histoire de cettemaison cache encore de nombreux mystères...


La falaise mystérieuse tourne autour d'une maison gothique, danslaquelle s'est déroulé un drame mystérieux qu'il va falloir démêler, et ce dans un ambianceplus ou moins proche du fantastique. Cela n'avait rien de biennouveau. C'était même un exercice classique à Hollywood, avec des films commeLa volonté de mort (1927) de Paul Leni, Une soirée étrange (1932)de James Whale, Le chat noir (1934) d'Edgar G. Ulmer, Londres àminuit (1927) et son remake La marque du vampire (1935), tous deux deTod Browning... La production de ce style d'œuvres ne mollit pas au début desannées 1940, avec Rebecca (1940), production anglaise signée AlfredHitchcock. Ce dernier film a apparemment énormément influencé La falaisemystérieuse, notamment avec la personnalité ambiguë de Rebecca, lescirconstances de sa mort et l'admiration trouble que porte madame Danversà sa maîtresse décédée. Dans la tradition de certaines des oeuvres citéesci-dessus, le film de Lewis Allen prend la forme d'une enquête policière classique, multipliant lesinvestigations et les rebondissements. Bien construit et riches en péripéties,l'intrigue criminelle souffre tout de même d'un recours trop fréquent auxséquences de bavardages, ce qui donne au film un ton assez statique.


Toutefois, les histoires de fantômes à Hollywood étaient alors avant tout descomédies. Cette vague de pochades ectoplasmiques démarre avec le succès de Fantômeà vendre (1935), tourné en Grande-Bretagne par le français René Clair.Hollywood suit cette mode avec Le couple invisible (1937) de Norman Z.McLeod, Le mystère du château maudit, Le fantôme de Canterville(1944) avec Charles Laughton... Le falaise mystérieuse aborde donc sonhistoire de maison mystérieuse en employant assez souvent un ton comique. Pamela et Roderick sontjoviaux, on rencontredes personnages pittoresques destinés à apporter des touches de légèreté(la vieille bonne superstitieuse, le petit chien...)... Virant parfois à lacomédie romantique (la relation entre Roderick et Stella...), tousces passages charmants donnent une certaine désinvolture à l'ensemble, etsoulignent l'aspect ludique de cette oeuvre fantastico-policière.


La falaise mystérieuse est surtout célèbre pour s'inscrire dans latradition des oeuvres fantastiques produites par Val Lewton pour la RKO : Laféline (1942) de Jacques Tourneur, L'île des morts (1944) de MarkRobson... Tournant le dos aux films de monstres assez explicites des années 1930 (Frankenstein(1931) et L'homme invisible (1933) de James Whale entre autres...), cenouveau style suggérait finement la menace en jouant sur les ombres, lesbruitages et des changements d'atmosphère à peine perceptibles. A travers desfilms comme Dr. Jekyll et Mr. Hyde (1942) de Victor Fleming (une productionMGM) ou Le portrait de Dorian Gray (1945) d'Albert Lewin, l'aspecthorrifique et fantaisiste du cinéma fantastique paraît passer au second planderrière la peinture, de plus en plus raffinée, d'un contexte historique ou delapsychologie des personnages. Dans La falaise mystérieuse, lesapparitions des fantômes seront forts rares (mais toujours accompagnéesd'excellent effets optiques). La présence des morts se manifestera surtout parle son de sanglots étouffés, un parfum ou le pourrissementaccéléré d'un bouquet de fleurs.


La falaise mystérieuse s'inscrit donc à la croisée de plusieurs stylestypiques de son époque : épouvante suggestive, comédie fantastique et filmpolicier gothique. Courant plusieurs lièvres, il pourra sembler inégal, peuoriginal, parfois trop lent et souffrant de ruptures de tons.L'ensemble est néanmoins globalement sympathique et constitue un trèsagréable divertissement fantastique, bénéficiant des qualités qu'on peutattendre d'un film sortant d'un grand studio hollywoodien(bonne interprétation, superbes décors, photographie soignée...). Ensuite,Paramount confia à Lewis Allen un autre thriller à l'ambiance fantastique, avec L'invisiblemeurtrier (1947), dont l'argument rappelle le roman Le tour d'écroude Henry James. Progressivement, Allen va s'orienter nettement vers le film noir, qui vadevenir sa spécialité (Enquête à Chicago (1949), Je dois tuer(1954)...). Parson décor et son ambiance de comédie fantastico-romantique, La falaise mystérieuse a vraisemblablementinfluencéle classique dugenre L'aventure de madame Muir, sorti trois ans après.


Bibliographie consultée :

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .