Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Un homme recherche sa femme mystérieusement disparue... Le chef d'une troupe de théâtre traditionnel est hanté par une marionnette maudite... Un homme soupçonne son voisin d'avoir enlever son fils...



3, histoires de l'au-delà est un projet asiatique à l'origine duquel se
trouve le producteur sino-thaïlandais Peter Chan. Après plusieurs
réalisations à Honk Kong au cours des années 1990, il a tenté d'aller
travailler à Hollywood en y tournant la comédie Destinataire inconnu (1999).
Mais c'est un échec, et il retourne en Asie, où il produit le film
thaïlandais The eye (2002) de Oxide Pang Chun et Danny Pang, un film
d'épouvante qui reçoit un accueil international enthousiaste chez les amateurs
du genre. Il a alors l'idée d'une production asiatique, regroupant plusieurs
pays, ce qui permettrait une large diffusion de l'œuvre dans tout ce continent.
On se tourne vers l'idée classique du film à sketch fantastique, d'autant plus
que, depuis le succès international de Ring (1998) de Hideo Nakata, ce
style de produit peut même prétendre à une distribution internationale. Ce
sera donc 3, histoires de l'au-delà, qui regroupe trois moyens-métrages
: un coréen, un thaïlandais et un Honk Kongais.
Le premier récit, Souvenirs, se déroule dans une grande ville moderne
et aseptisée. Un homme est à la recherche de sa femme, mystérieusement
disparue. Il tente de se rappeler les évènements qui ont
entouré ce départ, mais n'y parvient pas. Pendant ce temps-là, son épouse se
réveille dans une rue déserte de la cité. Elle va essayer de retrouver le
domicile conjugal. Mais les passants se comportent bizarrement à son
égard.





Souvenirs est le sketch coréen, réalisé par Kim Jee-Woon, qui a a
auparavant dirigé dans son pays deux comédies à succès. Il s'essaie donc
pour la première fois à l'épouvante, avec ce moyen-métrage dont l'ambiance et
la réalisation raffinée évoque immanquablement les films du japonais Hideo
Nakata. Hélas, le récit est extrêmement maigre, et paraît terriblement
étiré. Si on apprécie une belle photographie, rendant la vacuité et la
propreté oppressante d'une ville nouvelle, ainsi que quelques plans très
élégants, c'est tout de même l'ennui qui finit par l'emporter, de très loin.
Les effets se voulant fantastiques se révèle plus prétentieux qu'autre chose.
Enfin, le dénouement est extrêmement prévisible, et bien trop influencé par
les derniers succès récents et internationaux de certains films de fantômes. Bref, ce
premier segment est à classer parmi les déceptions.





La seconde histoire, La roue, nous vient de Thaïlande. A sa mort, un
maître-marionnettiste prononce une terrible malédiction : ceux qui tenteront de
se servir de ses marionnettes après son décès subiront une malédiction mortelle.
Pourtant, le chef d'une troupe de théâtre les convoite, puis les prend pour
enrichir son spectacle...





Ce sketch est réalisé par Nonzee Nimibutr, qui a connu plusieurs succès dans
son pays en tant que réalisateur. Il tient aussi parfois la place de
producteur, par exemple pour Les larmes du tigre noir (2000), comédie de
Wisit Sasanatieng sortie en France en salles en 2002. La grande force de La
roue
est indéniablement son exotisme. Tourné dans une région rurale,
s'inscrivant dans un contexte culturel typiquement thaïlandais, il provoque
chez le spectateur occidental une très forte impression de dépaysement. On
apprécie aussi sa façon de traiter son sujet horrifique complètement au
premier degré, sans ironie, ni rebondissement alambiqué. Hélas, la
réalisation de ce segment est d'une faiblesse assez démoralisante. Qui plus
est, le récit est prévisible et assez chaotique. C'est finalement l'ennui qui
l'emporte sur l'effroi...





Le troisième épisode, Chez nous, est celui de Honk Kong. Un policier,
célibataire, s'installe avec son petit garçon dans un immeuble sordide. Quand
son fils disparaît mystérieusement, il soupçonne son voisin, un homme qui
vit avec sa fillette et sa femme tétraplégique. Il va découvrir que ce
personnage cache un secret terrible...





C'est le producteur Peter Chan lui-même qui a dirigé ce sketch, pourtant
prévu au départ pour un autre réalisateur qui s'est désisté au dernier
moment. Christopher Doyle, le célèbre chef-opérateur de Wrong KarWai (In
the mood for love
(2000)...), en assure la photographie, tandis que les
amateurs de cinéma asiatique reconnaîtront, dans les rôles principaux, Eric
Tsang (Espion amateur (2000) avec Jackie Chan...) et Leon Lai (Les
anges déchus
(1995) de Wong Kar-Wai...). Ce très beau mélodrame
fantastique est, de loin, le passage le plus réussi de 3, histoires de l'au-delà.
Mêlant habilement histoire de fantôme et passion relevant de l'amour fou,
ménageant habilement ses révélations, porté par une interprétation
brillante de Leon Lai, il s'agit, de loin, du meilleur film de cette anthologie.





En partie décevant (les sketchs coréen et thaïlandais), 3, histoires de l'au-delà
vaut tout de même largement le coup d'œil pour son troisième épisode,
sans doute un des tous meilleurs films horrifiques distribués sur les écrans
français ces derniers mois. Il aurait sans doute mérité une
distribution sans ces programmes de complément...







Bibliographie consultée :



«
Impressions
Ben Smith 02/07/2003
Complètement d'accord avec Manu, avec quand même une petite réserve à propos de "Chez nous".
Je trouve assez arbitraire qu'après 5-10 min où on adopte le point de vue du gamin découvrant l'immeuble et ses mystères (un peu à la manière de Dark Water ou Shining, d'ailleurs), on fasse disparaitre celui-ci pour le reste du sketch, pour laisser place à l'intrigue du père et de ce qu'il découvre à son tour. Dommage pour le rythme de l'histoire.
Mais bon, ça n'empêche pas que ce film est un petit bijou, bien supérieur au premier (où le réalisateur marche sans succès sur les plates-bandes de M. Night Shyamalan) et SURTOUT au second (les mots me manquent pour dire à quel point c'est nul).
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .