Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Un petit garçon, si effrayé par l'obscurité qu'il ne parvient plus à dormir, est placé dans un hôpital. Sa grande sœur fait appel à un ami, qui avait été victime de la même phobie au cours de son enfance, afin de l'aider...



C'est Joseph Harris qui a écrit la première version de l'histoire de Nuitsde terreur, en s'inspirant d'un court-métrage qu'il avaitlui-même réalisé : Tooth fairy (2001). Il envisage au premier abord unfilm à la violence assez graphique, dans le style de Les griffes de la nuit(1985) de Wes Craven ou de L'abominable docteur Phibes (1971) avec VincentPrice. Ce travail de départ est ensuite maintes fois remaniés, jusqu'àcomplètement changer de forme. Jonathan Liebesman, un jeune réalisateursud-africainremarqué grâce à son court-métrage Genesis and catastrophes (2000), est chargé deréaliser ce film. Il envisage alors une oeuvre dans latradition suggestive des classiques de Jacques Tourneur (La féline(1942)...), suivant ainsi la mode lancée par les succès de Sixièmesens (1999) de M. Night Shyamalan, Les autres (2001) d'AlejandroAmenabar... Dans un premier montage, le spectre de Matilda n'apparaissait nettement qu'à la toute findu métrage. Néanmoins, la firme productrice Revolution Studios regrette cechoix, et force Liebesman à revoir sa copie. Le spécialiste des effetsspéciaux Stan Winston (Aliens (1986), Jurassic park (1993)...)est alors recruté. Il crée une nouvelle apparence, bien plus graphique, pourle fantôme, et cette nouvelle version du monstre est incorporée au sein deséquences et de plans en grande partie déjà tournés auparavant. De même lemontage est nettement resserré : prévu initialement pour durer 95 minutes, ilsort en salles dans une version de 85 minutes, génériques inclus. Muni d'unbudget limité, Nuits de terreur, tourné en Australie pour des raisonsd'économie, ne bénéficie pas de star à son casting. Seule Emma Caufield,comédienne récurrente de Buffy, contre les vampires, estrelativement populaire.
Au milieu du XIXème siècle, dans la petite ville côtière de DarknessFalls, une aimable vieille dame appelée Matilda donnait une pièce en orà chaque enfant qui perdait une dent. On la surnomma alors la "Toothfairy" (la fée des dents). Malheureusement, suite à un incendie, ellefût défigurée à tel point qu'elle se cachait le visage derrière un masquede porcelaine. Plus tard, quand deux enfants ont disparu, la population accusa,sans preuve, la vieille femme, et elle fût lynchée sans autre forme de procès. Depuis,une légende veut que le spectre de Matilda hante la région. Lorsqu'un enfantperd sa dernière dent, si il a le malheur de regarder la "toothfairy" lors de son passage, celle-ci va le traquer jusqu'à parvenir à letuer. Il n'y a dès lors qu'un seul moyen  de la repousser temporairement :la chasser avec de la lumière. Kyle, enfant, a été victime de cette malédiction : après qu'ilait vu le fantôme la nuit de la perte de sa dernière dent, ce spectre a tuésa mère. Kyle n'a survécu à cette nuit terrible qu'en se réfugiant dans lasalle de bain, toutes lumières allumées. A Darkness Falls, personne ne l'a cru. Tout le monde est convaincu qu'il a tué sa propre mère. Devenu adulte,il survit entouré de sources de lumières (il habite Las Vegas, la ville qui nedort jamais !) et en se bourrant d'excitants afin de dormir le moins possible.Quand son amie d'enfance Caitlin l'appelle pour venir en aide à son petitfrère, victime comme Kyle de Nyctophobie, il accepte de revenir à DarknessFalls...


A travers la présentation, dans le prologue du film, de la légende de la"Tooth fairy", au moyen d'une voix off commentant des photographiesanciennes, Nuits de terreur évoque déjà clairement les influences d'œuvres populairesdu cinéma fantastique de ces vingt dernières années. On pense bien sûr à Leprojet Blair Witch (1999), pour son spectre de vieille femme persécutantdes enfants. Ou encore, aux aventures de Freddy Krueger (Les griffes de lanuit...), lui aussi lynché parla foule et grand brûlé notoire. Le port d'un masque blanc inquiétant renvoieà des tueurs très célèbres, comme Michael Myers (Halloween (1978) deJohn Carpenter...) ou Jason Voorhees (Vendredi 13 (1980)...). Son mode dedéplacement, entre le saut et le vol, sa force physique et sa brutalité rappellentle monstre de Jeepers creepers (2001)...


Nuits de terreur joue sur une idée vue dans d'autres films récents
la peur des ténèbres. Les zones ombragées de l'espace sont, au vu des
pouvoirs du spectre, de véritables pièges pour les humains. La même astuce a été utilisée ily a peu dans Le peuple des ténèbres (2002) de Robert Harmon et surtoutdans le film de science-fiction Pitch black (1999) de David Twohy, dans lequelseule la lumière permettait aux humains de tenir à distance de très brutauxextra-terrestres. Dans la première partie de Nuits de terreur, cela est traité demanière suggestive, en réduisant au minimum les apparitions, toujoursfurtives, de la "Tooth fairy". On pense à ce titre à l'excellentprologue, et à son plan final (Matilda attendant Kyle, tapie au-dessus de laporte de la salle de bain). Jouant avec habileté sur leformat scope et la photographie en clair-obscur signée Dan Laustsen (Nightwatch(1994), Le pacte des loups (2001)...), certaines séquences de la premièremoitié du métrage sont alors réellement inquiétantes (la caissond'isolation, la bagarre dans la forêt...).


A la manière de Jeepers Creepers, Nuits de terreur prend délibérémentle parti de changer de ton en plein milieu du film. On passe d'une suggestionsubtile et plutôt efficace, à un enchaînement de séquences d'actionse succédant à un rythme soutenu, suite au massacre dans le commissariat.L'apparence du monstre, jusqu'alors plutôt mystérieuse, est de plus en plusclairement exposée, jusqu'au final dans le phare, rappelant par bien desaspects le dénouement spectaculaire de Le phare de l'angoisse (1999).Hélas, plus l'action devient dense et moins le film sembleintéressant. La caractérisation des personnages est abandonnée en cours deroute, tandis que tout le travail effectué sur l'ambiance semble se perdreirrémédiablement, de façon frustrante.


La fin de Nuits de terreur laisse donc sur une impression un peudécevante, qui n'efface pourtant pas les satisfactions apportées au spectateurpar sa première moitié. Certes, il ne s'agit pas d'une oeuvre très originale,mais c'est pourtant un agréable divertissement pour les amateursd'épouvante. Tourné pour un budget très modique (11 millions de dollars), ils'avèrera une affaire assez rentable pour ses producteurs sur le marchéaméricain. En France, il est distribué, sans beaucoup de conviction, unesemaine avant la fête du cinéma et subit un accueil partagé. Si la presse decinéma fantastique est plutôt favorable, les critiques généralistes ledémolissent impitoyablement.



Bibliographie consultée :

«
mauvais
■ .g 18/09/2005
Je viens de voir Darkness Fall et j'ai été déçu. C'est un film qui tourne au slasher (sans la bande d'étudiants)

Je pense que le film aurait pu être intéressant si l'aspect psychologique des personnages avait été vraiment travaillé. De plus pour résoudre une histoire de fantôme, il faut s'attaquer à la source du problème (quand c'est possible). Là, c'est juste du charcutage. Même pas une once d'investigation ou de doute sur la santé mentale du personnage principal...

Par contre pour un scenar ça peut être une bonne base, mais en développant l'aspect psychologique de la peur du noir et en basant l'intrigue sur l'histoire du fantôme.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .