Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Julia, une étudiante en psychologie, assiste au suicide de Billy, son ami d'enfance, qui se disait harcelé par des êtres mystérieux. Elle commence alors à être victime de crises d'angoisse...



Le peuple des ténèbres est un film assez attendu, puisqu'il s'agit du retour aucinéma d'épouvante de Richard Harmon (dont le premier film était le terrifiant Hitcher(1986)). Après son fabuleux coup d'essai, sa carrière a été assez décevante : iltourne Les yeux d'ange (1989), un mélo interprété par John Travolta, puis Cavalesans issue (1992) avec Jean-Claude Van Damme. Ensuite, il ne se consacre plus qu'àla réalisation télévisuelle. Le peuple des ténèbres marque donc son retourau cinéma, bien qu'il s'agisse d'une oeuvre au budget assez modeste (17 millions dedollars) et tournée au Canada pour des raisons d'économie. Le rôle principal estconfié à Laura Regan, jeune actrice qui n'a, à son crédit, que quelques seconds rôles(Incassable (2000) de M. Night Shyamalan, le thriller My little eye(2002)...). On reconnaît à ses côtés Marc Blucas, comédien ayant participérégulièrement à la série Buffy contre les vampires.
Julia, étudiante en psychologie, arrive à la fin de ses études. Équilibrée et biendans sa peau, elle mène, de plus, une vie de couple épanouie avec Paul, un ambulancier.Toutefois, ce bel équilibre va se briser lorsque Billy, un ami d'enfance, va lui donnerun rendez-vous nocturne dans un bar. Après avoir bredouillé des divagationsincompréhensibles à propos de créatures malfaisantes cachées dans les ténèbres, ilse tire une balle dans la tête, sous ses yeux. Julia rencontre ensuite Sam et Terry, deuxamis de Billy. Les trois jeunes gens se rendent compte qu'ils ont tous été victimes deterreurs nocturnes traumatisantes au cours de leur enfance. Plus grave, ces terreurs etces angoisses renaissent en eux alors qu'ils sont maintenant adultes. Sam se met àétudier le journal que tenait Billy. Ce dernier y prétend que des monstres habitent dansles recoins obscurs des habitations, et s'en prennent aux êtres humains : après avoir"marqué" leurs victimes d'une trace qui évoque une petite brulure, ils lesentraînent de force dans leur univers...


Dès son prologue (un enfant confie à sa mère sa peur de dormir dans le noir), Lepeuple des ténèbres présente les thèmes du cinéma d'épouvante qu'il compteaborder. Son récit s'organise autour de la peur universelle que suscite, chez les jeunesenfants, les zones ténébreuses de leurs chambres. Leur imagination peuple alorsfacilement un placard entrouvert de monstres cruels, ou leur fait voir, dans la silhouetteimprécise d'un jouet, une forme menaçante, prête à bondir sur sa proie au moment oùcelle-ci sera le plus vulnérable, c'est-à-dire dans son sommeil. Si les craintesnocturnes, l'angoisse provoquée par l'état d'impuissance du dormeur, avait déjà éténettement abordées dans Les griffes de la nuit (1984) de Wes Craven et sessuites, Le peuple des ténèbres propose une approche légèrement différente.Alors que les adversaires de Freddy étaient des adolescents dont la victoire sur ce tueursymbolisait la défaite des peurs enfantines nécessaire au passage à la maturité, Juliaet ses amis sont de jeunes adultes, pour la plupart assez équilibrés. Leurs angoisses dejeunesse vont refaire surface, car ces troubles psychologiques qu'ils pensaient avoirsurmonter étaient en fait toujours présents dans un recoin de leur inconscient, prêtsà ressurgir à n'importe quel moment de leur vie...


Son sujet permet à Robert Harmon d'employer des méthodes d'épouvante"suggestives", fort à la mode dans le cinéma d'épouvante contemporain suiteaux triomphes publics de Sixième sens (1999) et Les autres (2001). Lepeuple des ténèbres renvoie aussi à ces oeuvres par sa volonté d'approcher lesangoisses de l'enfance. On retrouve, dans les scènes de terreur, les procédés dedécoupage et de travail sur la bande-son mis en place par Jacques Tourneur dans safameuse trilogie produite par RKO : La féline (1942), Vaudou (1943) et L'homme-léopard(1943). Ainsi, la célèbre séquence de la piscine de La féline est reprisepresque plan par plan par Harmon. De même, on oppose des phénomènes surnaturels à unpersonnage les rationalisant (l'architecte dans La féline, l'étudiante enpsychologie dans Le peuple des ténèbres...). Quand aux habitants desténèbres, ils ne nous sont montrés que fugitivement, comme des silhouettes rapidemententrevus dans un recoin ombragé. Ces formes, menaçantes et indéfinies, sont sans douteune des réussites de ce film.


Hélas, Le peuple des ténèbres, malgré ses bonnes intentions, est tout demême un échec. Son défaut le plus flagrant est sans doute un scénario d'une raremaigreur. Répétitif, laissant trop de place à des bavardages interminables, il donnel'impression d'un épisode de série télévisée dans le style de La quatrièmedimension, artificiellement étiré sur la durée d'un long métrage. Laréalisation, bien plate, ne parvient pas à donner une véritable intensité auxséquences non fantastiques. Enfin, les comédiens manquent terriblement deprésence, particulièrement Laura Regan : apparemment recrutée pour sa ressemblancephysique avec Mia Farrow (Rosemary's baby (1968)...), elle n'en a nil'ambiguïté enfantine, ni la légère bizarrerie.


Le peuple des ténèbres s'avère donc, en fin de compte, une déception. Certes,il se base sur des idées intéressantes et propose quelques authentiques plansangoissants (Julie malmenée par les habitants des ténèbres dans le métro ; ledénouement...). Hélas, tout cela est noyé dans de longues plages de banalités, fadeset dénuées de rythme. Sa sortie en salle aux USA se soldera par un échec commercial, etson exploitation en France se fera dans l'indifférence.


Bibliographie consultée :

«
Dans les ténèbres noires obscures et sombres
Vilk 20/09/2006
Wes Craven présente...
un gros navet qui commence à devenir intéressant (bon sang, mais c'est bien sûr!) dans les 5 dernières minutes!
dommage...
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .