Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Un navire de sauvetage, commandé par le capitaine Murphy, retrouve, dérivant dans la mer de Bering, un paquebot de croisière disparu il y a quarante ans...



Le vaisseau de l'angoisse est le troisième film produit par la compagniehollywoodienne Dark Castle, fondée par le réalisateur Robert Zemeckis (Retour versle futur (1985), Forrest Gump (1994)...) et par les producteurs Joe Silveret Gilbert Adler. Destinée à produire régulièrement des œuvres d'épouvante aubudget relativement raisonnable, cette firme a d'abord mis sur le marché deux remakes defilms réalisés par William Castle : La maison de l'horreur (1999) de WilliamMalone (pour La nuit de tous les mystères (1958)) et 13 fantômes (2001)de Steve Beck (pour 13 ghosts (1960)). Convaincu par les infrastructures deproduction cinématographique australiennes après y avoir produit Matrix (1999)des frères Wachowski, Silver décida de tourner le film suivant de Dark Castle dans cepays. Ce sera donc Le vaisseau de l'angoisse, à nouveau réalisé par SteveBeck. Cette fois, le film n'a aucun rapport avec les oeuvres de William Castle. En guisede tête d'affiche, il nous est proposé une vedette du cinéma (Gabriel Byrne : Laforteresse noire (1984) de Michael Mann, Usual suspects (1995), La findes temps (1999)...) et une star de la télévision (Julianna Margulies : la sérieTV Urgences, la mini-série Les brumes d'Avalon (2001) d'après lesécrits de Marion Zimmer Bradley...).
Le capitaine Murphy commande un navire de sauvetage, l'Arctic Warrior, spécialisénotamment dans le remorquage et le renflouage. Il est contacté par Jack Ferrinan, unpilote d'avion canadien qui dit avoir vu un énorme cargo dérivé dans les eaux glacialesde la mer de Bering. Bien décidé à y trouver des trésors abandonnés, l'équipage partet heurte l'énorme épave en pleine nuit. Il s'agit en fait de l'Antonio Graza, unluxueux paquebot italien disparu corps et bien au large du Labrador en 1962. Murphy et seshommes montent à bord du navire. Maureen, la chef d'équipe, semble sensible à laprésence mystérieuse du spectre d'une petite fille, tandis que des indices paraissentindiquer que d'autres sauveteurs sont passés avant eux il y a quelques années.Néanmoins, tout le monde exulte lorsque Jack découvre une spectaculaire réserve delingots d'or. Suite à un mystérieux accident, l'Arctic Warrior est démoli, et lesmarins se retrouvent coincés à bord de l'Antonio Graza...


Somme toute, Le vaisseau de l'angoisse semble reposer sur un principe assezsimilaire à celui de La maison de l'horreur et de 13 fantômes. Ungroupe d'individus se ballade dans le décor clos et inquiétant d'une site hantée, oùdes évènements horrifiques et surprenants sont susceptibles de se produire. On est enfait très proche du principe du train-fantôme, et cette formule un peu creuse appliquéesur plus d'une heure de métrage peut se montrer laborieuse et lassante, comme on l'avaitconstaté avec l'échec de 13 fantômes. La délocalisation de ce principe sur unnavire perdu en pleine mer renvoie à des films plus anciens, comme Le bateau de lamort (1980) d'Alvin Rakoff (des naufragés se réfugient sur un bateau abandonné,qui s'avère avoir été le navire de tortionnaires nazis) ou Event horizon (1997)de Paul W. S. Anderson (qui appliquait l'idée du vaisseau hanté dans un univers descience-fiction et de voyages intergalactiques). Les références, assez nombreuses,renvoient avant tout à Shining (1980) de Kubrick : fillette mystérieuse,piscine se remplissant d'un flot de sang, vision rétro d'un bal élégant...


On trouve certaines idées horrifiques tout à fait réussies, voire atteignant un degréde gore et de cruauté très élevé pour un film hollywoodien : l'étonnant prologue peutdéjà être considéré comme un moment d'anthologie en la matière, mais il ne doit pasfaire oublier d'autres scènes d'une violence fort explicite. Comme toujours, chez DarkCastle, le travail sur les décors et la photographie est soigné (on se rappelle lesinistre asile de La maison de l'horreur ou la demeure translucide de 13fantômes). Toutefois, cela ne suffit pas à compenser l'absence de personnagesvéritablement intéressants, un casting de comédiens quelconques et une progression durécit chaotique, voire si laborieuse qu'elle peine à capter durablement l'attention duspectateur. La réalisation, qui a parfois tendance à sombrer dans une bruyanteconfusion, achève de provoquer une certaine impression de lassitude.


Il faut pourtant reconnaître que le dénouement est relativement étonnant, et bien plussatisfaisant que celui, par exemple, de 13 fantômes. Introduit par un flash-backtrès réussi (mais, hélas, affligée d'une musique totalement déplacée), cetteconclusion nous révèle l'étonnant fin mot de l'histoire, qui semble enfin fairedécoller Le vaisseau de l'angoisse. Hélas, tout cela se fait dans uneprécipitation et dans une confusion d'autant plus regrettable que la première heure dumétrage a longtemps fait du surplace.


Certes, Le vaisseau fantôme n'est pas dénué d'éléments intéressants (idéeshorrifiques efficaces, dénouement...). On peut pourtant trouver que le résultat est tropinégal pour être vraiment convaincant. La narration chaotique se réduit par moment àune fastidieuse succession d'"effets chocs". Finalement, faute d'une structuresuffisamment solide et de personnages attachants, le spectateur n'est jamaisvéritablement concerné par ce qui se déroule à l'écran, ce qui est tout de même unpeu dommage. Le vaisseau fantôme est sorti pour Halloween 2002 aux USA, où il afait des recettes relativement décevantes, le grand succès de la saison en matièred'épouvante ayant été Le cercle (2002) de Gore Verbinski, remake américain dul'histoire de fantômes japonais Ring (1998).de Hideo Nakata.



Bibliographie consultée :

«
J'ai adoré !
Docteur Clarendon 02/08/2003
Je viens de voir ce film et pour ma part voilà longtemps qu'un film récent du même genre ne m'avait pas fait flipper à ce point ! J'ai littéralement plongé dans l'ambiance et baromètre très sûr ma femme est parti ce coucher... de peur de voir la suite !!!! Voilà donc un film qui va enfin vous donner des idées pour agrémenter utilement les traversées transatlantiques de vos investigateurs ! Quel gardien ne s'est pas demandé ce qu'il pourrait bien faire lors de ses séquences de jeu où il faut meubler une traversée de 5 à 7 jours sans qu'il ne se passe grand chose et qui créé souvent un vide au milieu de scénar ou au début.... Pour ma part j'ai trouvé ! Et je vous assure que la prochaine traversée de mes joueurs ne sera pas de tout repos ! Je le conseille à tous et je note 8 sur 10 sans hésitation. Je suis conscient cependant que ce film ne fera pas l'unanimité.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .