Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Zé du cercueil, toujours à la recherche de la femme idéale qui pourra porter son fils, enlève des jeunes filles afin de les soumettre à des épreuves cruelles.



Cette nuit, je m'incarnerai dans ton cadavre est la suite du film d'épouvantebrésilien A minuit je posséderai ton âme (1964). Il est donc à nouveauréalisé et interprété par Jose Mojica Marins, qui reprend le personnage délirant deZé du cercueil. A minuit, je posséderai ton âme avait été tourné avec desmoyens de fortune, mais son tournage a néanmoins laissé Marins fortement endetté. Pourgagner de l'argent, il participe, sans être crédité, à la réalisation de O Diabode Vila Velha (1966) de Ody Fraga et Armando de Miranda. Marinsramène donc à la vie Zé avec Cette nuit, je m'incarnerai dans ton cadavre,en bénéficiant de finances beaucoup plus satisfaisantes que pour le premier film.Il s'entoure toujours d'un casting d'acteurs inconnus et tourne dans le même quartier deSao Paulo que pour A minuit je posséderai ton âme.
Cette nuit, je m'incarnerai dans ton cadavre commence au moment où se terminait Aminuit je posséderai ton âme. Contrairement à ce qu'on aurait pu penser, Zé asurvécu aux horribles blessures qu'il avait subies. Il est envoyé à l'hôpital d'où,après une opération chirurgicale et un peu de repos, il ressort en pleine forme. Saphilosophie si particulière n'a pas évolué d'un iota. Il se veut un homme libre et fort,et il refuse de croire à toutes formes de religion et de superstitions. Il ne croit qu'auprincipe de la vie, qui circule dans le sang des hommes ; par conséquent, pour atteindrel'immortalité, il veut transmettre son sang en ayant des enfants. Pour ce faire, il partà nouveau à la recherche de la femme parfaite : elle devra être forte, courageuse etpartager les mêmes convictions que lui... Qui plus est, Zé doit continuer à affronterles habitants de la ville, peureux et superstitieux, qui sont convaincus qu'il est unassassin (ce qui n'est pas totalement infondé !) et qu'il a pactisé avec le Diable(auquel il ne croit pourtant pas...).


Ainsi donc, Zé du cercueil, le fossoyeur libre-penseur, est à nouveau en quête de lafemme qui pourra porter son fils. Toutefois, son caractère peu commode et sa philosophietrès personnelle ne lui facilitent pas la tache. Cette fois, il s'y prend plusméthodiquement que dans A minuit je posséderai ton âme : il enlève plusieursbelles jeunes filles athées (condition indispensable pour pouvoir être la mère desenfants de Zé !) et les soumet à des épreuves d'une rare cruauté (il lâche desmygales dans leurs lits) afin de vérifier qu'elles sont bien suffisamment fortesd'esprit. En effet, celle qui portera l'enfant de Zé doit être une personneexceptionnelle, capable de donner naissance à un être supérieur, qui, une fois adulte,mènera l'humanité vers un nouvel âge d'or marqué par l'abandon des religions. Unenouvelle race supérieure et libre sera ainsi fondée, qui ne sera dirigée que parl'instinct et l'intelligence. Pourtant, Zé n'est pas satisfait par ses recrues : seuleune d'entre elles s'est montrée à la hauteur face aux épreuves, mais elle a fait montrede faiblesse (elle est tombée amoureuse de Zé et l'amour est une faiblesse corruptrice!). Zé rencontrera pourtant par hasard une jeune femme digne en tout point d'être lamère de son fils. Hélas, elle est la fille du Colonel, un détestable notable local quiva employer la brutalité pour tenter de détruire Zé.


Mais, si Zé veut que son fils soit un être parfait, Cette nuit, je m'incarnerai danston cadavre enrichit son caractère en nous démontrant que lui-même n'est pascomplètement en harmonie avec les exigences de la philosophie qu'il souhaite mettre enoeuvre. C'est là la grande innovation de cette aventure de Zé. Apparemment marqué parune éducation religieuse qu'il tente de surmonter par son intelligence et sa forcemorale, une malédiction lancée par une de ses victimes va réveiller ses frayeursancestrales et superstitieuses, enfouies tout au fond de son subconscient. Celadonne lieu à une séquence de cauchemar étonnante. Zé rêve d'abord qu'un homme en noirle traîne hors de son lit pour le mener dans un cimetière (cette partie du rêve a étéinspirée par un véritable cauchemar que Marins avait fait au début des années 1960 etqui lui avait donné l'idée du personnage de Zé). Des mains surgissent des tombes,saisissent Zé et l'entraînent en Enfer, dans une étonnante séquence en couleurs (laseule du film), à la fois baroque et naïve. Il y voit des pécheurs cruellementtourmentés par des démons dans un Enfer dirigé par un Satan évoquant Jupiter. Zé seréveille et comprend que ce rêve est la manifestation de sa peur du châtiment, inscriten lui à cause de sa "mauvaise" éducation chrétienne. Par contre il est convaincu que sonfils, qu'il élèvera selon les principes de la vérité et de l'intelligence, seradébarrassé de ces entraves morales et atteindra enfin la perfection.


Cette nuit, je m'incarnerai dans ton cadavre est techniquement beaucoup plusabouti que son prédécesseur. Les séquences horrifiques, notamment, sont plusspectaculaires et soignées. Pourtant, ce second volet des aventures de Zé du cercueilsouffre tout de même encore de petits défauts. Si son personnage été bien renouvelé,il n'en reste pas moins que ses discours paraissent parfois un peu redondants. Le filmsouffre aussi de petites chutes de rythmes et paraît peut-être un peu long sur la fin.On relève d'ailleurs une conclusion assez étonnante au cours de laquelle, avant depérir, Zé admet l'existence et la suprématie de Dieu ! Il a parfois été écrit quel'ajout de ces scènes auraient en fait été provoquées par la censure brésilienne (lepays était alors une dictature militaire depuis 1964)...


Quoi qu'il en soit, Cette nuit, je m'incarnerai dans ton cadavre reste encore unfort bon film, porté par son personnage central qui a été ici enrichi sans que cela nenuise à sa cohérence passionnante. On retrouvera aussi les habituelles scènes desadisme et le léger érotisme caractéristiques de cette série. Il est à noter que, dèsle début des années 1960, Marins envisageait de tourner une saga de Zé du cercueil ensix parties consécutives, formant un tout cohérent. Mais le manque d'argent l'enempêcha. Escroqué par ses distributeurs, il ne bénéficia pas vraiment des retombéesfinancières du succès des deux films de Zé du cercueil. Pourtant, ce personnageréapparaîtra dans d'autres de ses films comme O estrundo mundo de Ze de Caixao(1968) ou Exorcismo negro (1974).



Bibliographie consultée :

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .