Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Deux prisonniers évadés rejoignent des yakusas au milieu d'une forêt. Mais leur rencontre dégénère et des gangster sont tués. Sous l'influence maléfique de l'endroit, ces morts reviennent à la vie et un combat homérique entre les forces du mal et du bien va commencer...



Versus, l'ultime guerrier est le premier long métrage de Ryuhei Kitamura, un jeune réalisateur japonais qui s'était auparavant illustré dans la réalisation de courts et de moyens métrages. Le film a été tourné avec un budget modeste, essentiellement en extérieur. Les comédiens sont avant tout des amateurs ou des acteurs peu connus. Projeté au festival du cinéma fantastique de Gerardmer début 2001, il a reçu un accueil enthousiaste, notamment de la part du magazine Mad Movies. Bénéficiant de l'engouement actuel pour le cinéma d'action asiatique, il acquière une excellente réputation. Pourtant, il faudra attendre plus d'un an pour qu'il ait le droit à une modeste sortie en salles en France.
L'ouverture de Versus, l'ultime guerrier séduit d'emblée le spectateur. Après un prologue énigmatique renvoyant aux versions les plus sanglantes du film de samouraïs (Baby Cart, le sabre de la vengeance (1972) de Kenji Misumi et ses suites...), on assiste aux disputes absurdes et violentes de gangsters, apparemment fort influencées par le Resevoir dogs (1992) de Quentin Tarantino. On rentre rapidement dans le vif du sujet lorsque certains yakusas abattus se relèvent, zombifiés par les puissances maléfiques hantant la forêt. S'en suit une homérique bagarre, inspirées aussi bien par les oeuvres des grands noms du cinéma d'horreur (George Romeo (Zombie (1978)...) et Lucio Fulci (L'enfer des zombies (1979) en tête) que par celles des plus célèbres metteurs en scène de films d'action de Honk Kong (surtout Tsui Hark (The blade (1996)...) pour la frénésie du montage et les personnages volant et tournicotant dans les airs...). A cela s'ajoutent des éléments comiques (on pense alors plutôt à Peter Jackson (Braindead (1993)...)) sympathiques et réussis (le personnage du petit yakusa et l'irrésistible gangster à la chemise verte). Pendant la première demi-heure du métrage, l'amateur de films de zombies gore et musclé glousse donc d'aise devant ce spectacle dynamique et entraînant.

L'argument du récit, contrairement à ce qu'on pourrait croire, va s'avérer relativement compliqué. Tel Ash dans L'armée des ténèbres (1993) de Sam Raimi ou Max Rockatansky dans Mad Max, au-delà du dôme du tonnerre (1985), le gangster immoral KSC2-303 va se retrouver, malgré lui, chargé de la défense de l'humanité contre les forces des ténèbres. Il devient alors l'incarnation d'une prophétie très ancienne, et Versus, l'ultime guerrier glisse progressivement vers un récit mythologique et symbolique, évoquant très clairement (notamment dans son duel final) Highlander (1986) de Russell Mulcahy. A travers un cycle de réincarnations infini, le bien et le mal sont voués à s'affronter indéfiniment à travers l'espace et le temps.

Pourtant, la volonté de développer ce récit ambitieux va gravement alourdir la narration du film, qui, au début, se passait très bien d'un scénario. Les personnages se mettent à faire des discours confus et à échanger des bavardages ennuyeux, tandis que les péripéties se compliquent de manière parfois vaine (les histoires tournant autour du personnage de la jeune fille kidnappée...). Fatalement, Versus, l'ultime guerrier souffre d'un grave problème de rythme interne, et, entre deux bagarres mémorables ou deux scènes de comédie hilarantes, il faut subir quelques assommantes discussions, tandis que les dernières confrontations sombrent dans une lourde grandiloquence. Tout cela est d'autant plus regrettable que l'histoire développée se révèle somme toute assez peu intéressante. Regrettons aussi que certains personnages humoristiques (les policiers...) soient cruellement sous-exploités.

La réalisation est plus ou moins habile selon les séquences. Les comédiens ne sont pas toujours crédibles et certains coups sont portés assez maladroitement, tandis que la lisibilité du montage peut poser problème : on est tout de même assez loin de la rigueur et de la clarté d'un John Woo (A toute épreuve (1992)...), d'un Sam Raimi (Evil dead (1982)...) ou d'un Peter Jackson (Braindead...). La réalisation abuse notamment d'effets à la mode (caméra tremblante, accélérés, montage , obturateur rapide pour donner une impression de rythme saccadé...) et d'élans virtuoses un peu gratuits (travellings circulaire à la steadicam, combinaisons zoom/travellling...). Cela se fait au dépend de la lisibilité des séquences et, donc, du plaisir du spectateur. Il faut toutefois se rappeler que les comédiens ne sont guère des champions d'arts martiaux, et que le budget du métrage est modeste : globalement, les scènes d'action finissent toujours par entraîner l'adhésion grâce à leur énergie et leur entrain.

Entre certaines séquences d'action spectaculaires et des passages comiques sympathiques d'une part, et des bavardages soporifiques, une réalisation parfois brouillonne et un rythme d'ensemble chaotique d'autre part, ce film séduit autant qu'il irrite, divertit à certains moment, ennuie à d'autres. Versus, l'ultime guerrier est un film plutôt réussi, mais qui souffre avant tout de son caractère inégal.
Bibliographie consultée
«
Terrrriiiiiible !!
Fab 21/08/2003
Vous avez aimé Bad Taste ?? Alors courez sur sur Versus !! Au programme : de la bonne castagne bien gore, le tout saupoudré d'un humour pour le moins douteux et d'effets spéciaux à la mord-moi-le-noeud, le tout étant largement assumé... Et le fait que le truc soit japonais n'arrange rien... ;-)
Un film....heu particulier
Tovarich
Je suis allé voir ce film au quartier chinois et à mon grand etonnement il n'y avait aucun asiatique dans la salle lol
Les scenes d'action et d'humour de ce film rapellent beaucoup les nombreux mangas qui peuplent les librairies ! Cependant,on se rend vite compte que ces scenes devraient rester sur papier et non sur ecran....
En effet,on ne peut s'empecher d'avoir un sentiment étrange tout au long du film,le sentiment que c bien trop iréel !Et c pour cela que c un film a aller voir absolument,car à mon humble avis,un film comme celui la ne risque pas de sortir souvent ! Courez vite à un cinema qui le joue !!
"Oh, on t'as pris la main"
Steve
... une citation marquant de ce film que je viens d'aller voir... Me passionnant depuis peu pour le cinéma fantastique japonais (depuis que j'ai vu "Ring" de Hideo Tanaka, puis "Kaïro" de Kyoshii Kurosawa) et étant un grand amateur de Zombies au demeurant, je me suis demandait ce que pouvait donner le mélange "Katana + Morts-vivant"... Le résultat est détonnant... l'humour qui vient ponctuer des cènes tout droit issue d'un dessin animé japonais. Le manque de moyen se ressent un certain nombre de fois, transformant certaines chorégraphies en extraits de sentais (Bioman & Co), et les clins d'oeils à Matrix, légion tout au long du film, ne manquent pas de faire sourire.
Bref, j'ai été très enthousiasmé par ce film,et j'attends avec impatience sa sortie en DVD...

Il est aussi vrai que je suis bon public, mais bon.

Yesssssssssssssss !!!
Vonv
De la pouille qui n'arrête pas, des zombies version tomate-ketchup-tripaille, des dialogues aux accents délirants et à l'humour tiré par les cheveux, des effets vus et revus, des personnages super accentués... ce film est un régal !

Si vous aimez les films de zombies bien sanglants, et les ambiances spéciales à la Histoire de Fantômes Chinois, vous allez vous régaler !!! Ca fait pas peur, ça fait plutôt marrer, et ça n'arrête pas d'étriper !

Les plans sur la tronche des personnages sont excellents de cliché !!! Pas d'effets spéciaux, des mains qui sortent de terre d'un coup, des chargeurs de révolver à la contenance cyclopéenne...

Si vous aimez ce style assez particulier, c'est du pur bonheur !!!
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .