Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Jason, enfouie dans Crystal Lake, est réveillé par le courant que lui transmet un câble électrique accidentellement abîmé. Finalement, il se hisse à bord d'un bateau à bord duquel une classe de lycéens se rend à New York...



Juste après Vendredi 13, chapitre 7 : un nouveau défi (1988), la Paramount remet rapidement le couvert avec ce Vendredi 13, l'ultime retour, huitième épisode de cette série, qui sera essentiellementr tourné au Canada. C'est la première réalisation au cinéma de Rob Hedden, qui avait auparavant œuvré sur la série TV Vendredi 13 (qui n'a aucun rapport avec la série cinéma !). Puis, il travaillera sur des téléfilms, avant de retourner au cinéma avec Alien fury (2000), une petite production de SF dans la lignée de la série TV X files, aux frontières du réel. Le rôle principal (Rennie) est tenu par Jensen Dagget, dont c'était le premier film, et qui travaillera ensuite surtout pour la télévision. On reconnaît Peter Mark Richman (Dynastie et de très nombreuses autres séries TV...) dans le rôle de son oncle, et aussi Scott Reeves (la série TV Les feux de l'amour...). C'est à nouveau Kane Hodder (Vendredi 13, chapitre 7 : un nouveau défi, Jason va en enfer (1993)...) qui tient le rôle de Jason.

L'année précédente, Vendredi 13, chapitre 7 : un nouveau défi avait encore connu un certain succès. Mais, surtout, la série des Freddy, avec Freddy 3, les griffes du cauchemar (1987) de Chuck Russel et Le cauchemar de Freddy (1988) de Renny Harlin connaissent des triomphes retentissants, avec des recettes de plus de 40 millions de dollars. Par conséquent, il n'est pas question pour Jason de prendre sa retraite, et la compagnie Paramount comptait bien profiter de cet engouement pour le slasher afin de recueillir encore quelques beaux dollars. On remarque néanmoins que Vendredi 13, chapitre 7 : un nouveau défi marcha tellement mal en France que Vendredi 13, l'ultime retour est sorti directement en vidéo, sans être exploité en salle. Il est à noter qu'un autre serial-killer masqué allait reprendre du service : Michael Myers, qui n'avait pas sévi depuis Halloween II (1981) de Rick Rosenthal, revenait avec Halloween 4 (1988) de Dwight H. Little, non sans un certain succès (rappelons que le tueur Michael Myers n'apparaît pas dans Halloween III, le sang du sorcier (1982) de Tommy Lee Wallace : oui, je sais, tout cela est un peu compliqué).

Contrairement à ce que pourrait laisser espérer le titre américain ("Jason prend Manhattan"), Vendredi 13, l'ultime retour ne se déroule à New York qu'au cours de la toute dernière demi-heure. Le reste du métrage nous restitue le voyage de Jason de Cristal Lake à Manhattan. Il monte donc dans un bateau plein d'adolescents, correspondant aux archétypes habituels de la série (la chipie, le sportif, le romantique, la musicienne, le coincé, les représentants des minorités ethniques...), qu'il va massacrer avec son habituelle conscience professionnelle. Notons au passage que l'action est centrée sur Rennie, une jeune fille qui, comme Tommy Jarvis dans Vendredi 13, chapitre 6 : Jason mort-vivant (1986) et Tina Shepard dans Vendredi 13, chapitre VII : un nouveau défi, a subi un traumatisme lié aux tristes évènements de Crystal Lake : terrorisée par la noyade, elle est hantée par des visions de Jason enfant (ces apparitions oniriques évoquent d'ailleurs plus la série des Freddy que celle des Vendredi 13). Notons au passage que les meurtres sont plutôt bien filmés (gros plans sur les mains de Jason manipulant les armes, ralentis...) et un peu plus gore que dans les deux Vendredi 13 précédents (les lames s'enfoncent dans les chairs, on voit une décapitation...). Hélas, le décor de ce bateau n'est guère spectaculaire, et, la banalité de la psychologie des personnages aidant, l'ensemble paraît tout de même très fastidieux et ennuyeux.

Pourtant, Vendredi 13, l'ultime retour trouve un certain souffle dans sa dernière demi-heure, lorsque les personnages, dont Jason, finissent par atteindre New York, dépeint comme un enfer urbain nocturne assez délirant, peuplé de loubards de cinéma et de junkies invraisemblables, un peu à la manière de Street trash (1987) de James Muro ou Elmer, le remue-méninges (1988) de Frank Henenlotter. Les séquences dans le métro et dans les égouts sont forts réussies. Quand à la ballade de Jason en plein Time Square, au cours de laquelle le serial-killer mort-vivant fout un grand coup de pied dans le ghetto-blaster d'une bande de punks, il s'agit clairement d'une scène d'anthologie ! Kane Hodder se surpasse alors et parvient à donner une présence et une efficacité horrifique au personnage de Jason qui lui faisaient bien défaut au cours des premiers épisodes de la série.

Hélas, la relative réussite de la fin de cet épisode nous fait encore plus regretter toue l'ennuyeuse et longue partie du film se déroulant à bord du bateau. Finalement, c'est encore la déception qui prime, bien que Vendredi 13, l'ultime retour ne soit pas le pire volet de cette série. Ce film sera rentable, mais il est tout de même clair que Jason rapporte de moins en moins. Néanmoins, la compagnie New Line, prétextant son intention de faire se rencontrer dans un même film Jason et Freddy, va racheter les droits liés à la série des Vendredi 13. Jason reviendra alors avec cette firme en 1993 dans Jason va en enfer.

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .