Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Un virus extrêmement dangereux est libéré dans le gigantesque laboratoire sous-terrain d'une firme multinationale concevant des armes chimiques. L'ordinateur chargé de régler la sécurité de ce complexe provoque alors la mort de tous les scientifiques : un commando est envoyé dans le complexe pour l'arrêter...



Resident Evil se veut la transposition au cinéma de la fameuse série de jeux vidéos du même nom publiée par la firme japonaise Capcom à partir de 1996. Mêlant jeu de rôles, action et épouvante, elle connut un énorme succès dès son premier volet, et le producteur Berd Eichinger s'est rapidement porté acquéreur de ses droits d'adaptation cinématographiques. Plusieurs réalisateurs sont contactés, dont George Sluizer (L'homme qui voulait savoir (1988)...) et, surtout, George Romero (La nuit des morts-vivants (1968)...), pape du film de zombies. Ce dernier écrit un script d'une rare noirceur, mais sa candidature est finalement écartée. Finalement, Paul Anderson (qui avait déjà adapté sur grand écran le jeu Mortal Kombat (1995), et dont Event horizon (1997) avait été fort remarqué dans le domaine de l'horreur) est retenu comme réalisateur et scénariste de Resident Evil ; il s'associe à la production avec sa firme Impact Pictures. De même, le producteur français Samuel Hadida (Necronomicon (1994), Le pacte des loups (2001) de Christophe Gans...) participe à la conception de ce film : c'est logiquement sa compagnie Metropolitan Filmexport (bien connue des amateurs de cinéma populaire) qui distribuera Resident Evil en France. Ce film, tourné essentiellement en Allemagne, met en vedette l'actrice/mannequin Milla Jovovich (He got game (1994) de Spike Lee, Jeanne d'Arc (1999) de Luc Besson, The million dollar hotel (2000) de Wim Wenders...) et Michelle Rodriguez (Girlfight (2000) de Karyn Kusama, Fast and furious (2001) de Rob Cohen...). A leurs côtés, on trouve des acteurs moins célèbres, mais néanmoins connus des amateurs de cinéma fantastique : James Purefoy (Le phare de l'angoisse (1999) de Simon Hunter...), Eric Mabius (The Crow 3 : salvation (2000)...).
Les évènements décrits dans Resident Evil se situent en fait avant ceux des jeux vidéos : on assiste à la libération du terrible virus T et à ses premiers ravages dans le laboratoire secret de la firme Umbrella. Il s'agit donc d'un prologue à une invasion zombiesque généralisée et, dans ce sens, Resident Evil évoque L'enfer des zombies (1979) et Frayeurs (1980) de Lucio Fulci, avec leurs fins pessimistes. Pourtant, son déroulement dans un laboratoire souterrain rappelle, de son côté, le classique Le jour des morts-vivants (1985) de George Romero. Par certains aspects, Resident Evil s'éloigne assez du jeu : on ne retrouve pas les personnages (à l'exception des zombies, les chiens morts-vivants ainsi que le monstre se nourrissant d'ADN, étrange compromis entre un chiens de Tindalos et les peintures de Francis Bacon). Mais, Resident Evil renvoie tout de même à l'univers des jeux vidéos : la vision subjective des caméras de contrôle de l'ordinateur, avec tous les voyants explicatifs, l'évolution dans les couloirs, avec divers codes et pièges... Surtout, le réveil d'Alice, amnésique, dans la mystérieuse maison des bois, rappelle de façon intéressante la prise en main d'un tout nouveau jeu vidéo dans lequel on débarque sans aucune information : cette séquence est d'ailleurs d'une poésie étrange et d'une beauté plastique tout à fait saisissantes.

Resident Evil n'était pas seulement attendu avec impatience par les amateurs de jeu vidéo. En effet, il s'agit du premier film de zombies bénéficiant d'un budget correct à être produit pour le cinéma depuis les sorties de Braindead (1993) de Peter Jackson et de Dellamorte Dellamore (1994) de Michele Soavi, alors que ces monstres avaient régné en maîtres sur le cinéma horrifique des années 80 (L'au-delà (1981) de Fulci, Evil dead (1982) de Sam Raimi, Re-animator (1985) de Stuart Gordon...) : certes d'autres ouvres mettant en scène des morts-vivants ont été tournées, mais elles étaient souvent destinées à des circuits de distribution réduits (Les morts haïssent les vivants (1999) de Dave Parker, Le couvent (2000) de Mike Mendez...). 

Resident Evil
se déroule dans le Hive (la Ruche), laboratoire de conception d'un virus destiné à être employé comme une arme chimique : un saboteur brise une ampoule de ce dans le laboratoire de la Umbrella Corporation et Red Queen (la reine rouge), ordinateur chargé de sa sécurité, en ferme toutes les issues et tue, à l'aide d'un gaz empoisonné, les personnes atteintes par ce virus afin qu'elles ne puissent pas contaminer l'extérieur. Ce virus T a la particularité de tuer ses victimes, puis de les ramener à la vie sous forme d'êtres quasiment dénués d'intelligence et se nourrissant de chair humaine : bref elles deviennent morts-vivants fidèles aux canons mis en place par La nuit des morts-vivants. Toutefois, une incohérence dans les script apparaît alors assez criante : pourquoi Red Queen tient-elle tant à tuer tous les habitants du complexe sachant que, de toute façon, ils vont devenir rapidement des zombies ? Cela n'est tout de même pas très logique...

A travers la description sans concession des activités louches de la Umbrella Corporation et de son fonctionnement inquiétant, Anderson présente un futur économiquement cauchemardesque. Cette puissante firme multinationale énigmatique a bâti un énorme laboratoire souterrain dans lequel elle expérimente et conçoit en secret des produits extrêmement dangereux. Les spectres d'une économie mondiale et d'une vie quotidienne dirigée secrètement par des groupes puissants et non contrôlés par des instances élues par les peuples planent donc sur ce récit : cela  ne manque pas d'une certain piquant quand on sait que ce film est une co-production conçue par des compagnies indépendantes, et peut donc s'interpréter comme une mise en garde contre la puissance des multinationales de l'audio-visuel (Time-Warner-AOL, Vivendi-Universal...) ! Pour s'opposer à Umbrella Corporation, plusieurs personnages sont déterminés à lutter contre cette dangereuse firme : cherchant à pousser sa réflexion un plus loin qu'une traditionnelle condamnation du système capitaliste, le scénario oppose plusieurs méthodes de lutte contre le système, qui vont d'une infiltration risquée, afin de réunir des preuves contre Umbrella et les publier, à des actes de terrorisme totalement irresponsables.

S'inscrivant dans la tradition classique des films de zombies tels que Zombie (1978) de Romero ou L'enfer des zombies de Fulci, Resident Evil emploie la vulnérabilité des zombies aux coups de feu en pleine tête comme prétexte pour nous proposer d'énergiques scènes d'action, influencées par l'univers des jeux vidéos et par les fusillades en milieu confiné de l'Aliens (1986) de James Cameron. Mais le film d'Anderson n'oublie pas non plus d'être un film d'épouvante, en nous proposant des zombies aux looks blafards assez réussis. Le recours aux séquences gore, véritable signature du film de zombie depuis les classiques de Romero et Fulci, est ici relativement restreint pour un film de ce genre : pour provoquer l'angoisse, Resident Evil préfère en effet combiner une ambiance fantastique et étrange à un récit cauchemardesque. En effet, la progression de l'histoire est une succession de rebondissements effroyables, de catastrophes, d'échecs, laissant à peine la place à quelques triomphes temporaires et inutiles. La ligne directrice de l'ensemble est donc simple : plus on avance, plus on en apprend, plus la situation devient inextricable et tragique. En ce sens, on retrouve le pessimisme typique des films de zombies de la fin des années 70.

Mais Resident Evil étonne avant tout par son atmosphère étrange, mêlant haute-technicité et poésie, telle la fastueuse demeure néo-classique bâtie au dessus d'un complexe scientifique ultra-moderne. Baignant dans une lumière blanche et saturée, les décors d'une propreté stérile et aseptisée accèdent à une sorte d'abstraction surnaturelle, qui n'est pas sans rappeler les villas modernes du Ténèbres (1982) d'Argento ou les couloirs de l'Overlook dans Shining (1980) de Kubrick. L'irruption des hordes de zombies pourrissants dans cet univers clinique et hyper-harmonieux entraîne toujours un décalage étrange et un fort effet de surprise. On erre donc dans un univers fonctionnel et dépouillée, a priori en totale opposition avec les cimetières et cryptes décrépis d'un Fulci. Toutefois, des signes insolites introduisent une forme d'onirisme macabre et désespérée inattendue : on pense notamment à la course des chiens ou à l'allure féline et surréaliste du Licker, organisme en mutation permanente qui aurait tout à fait pu sortir de l'imagination de Lovecraft.

On apprécie aussi l'excellente partition de rock indus composée à quatre mains par une vedette de ce genre, Marylin Manson, et l'habituellement médiocre Marco Beltrami (Scream (1996), Dracula 2001 (2000)...) : reflétant l'ambiance lourdement technologique et tragique du film, elle accompagne à merveille le descente aux enfers d'Alice. Ce personnage principal du film ne se trouve pas dans les jeux vidéos, mais a été inventé par Paul Anderson, en s'inspirant d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Dans le film Resident Evil, le passage "de l'autre côté du miroir", dans un univers entièrement inconnu, évoqué par le réveil d'Alice après son amnésie, renvoie aussi à la condition du joueur qui se plonge par l'intermédiaire des jeux vidéos dans des univers complètement inconnus et imaginaires, dans lesquels tout devient possible. Alice, personnage fantomatique et perdu, est incarnée par Milla Jovovich, bien plus convaincante ici que dans les films de Besson qui l'ont rendue célèbre (Le cinquième élément (1997) et Jeanne d'Arc). Michelle Rodriguez, dans un rôle totalement opposé et assez fonceur est aussi très attachante.

Toutefois, Resident Evil n'est pas sans défaut. Son prologue, malgré une première séquence assez fascinante, peine à convaincre. L'arrivée du commando dans la Hive n'est pas très réussie, la faute sans doute à quelques comédiens assez médiocres. Pourtant, après la redoutable séquence du couloir, le métrage finit par trouver son rythme : on peut pourtant encore reprocher quelques facilités au scénario (les souvenirs reviennent aux amnésiques à des moments bien commodes pour le déroulement du récit ; certains effets de surprise sont tristement prévisibles, presque puérils...).

Pourtant, ces légers défauts ne parviennent pas à entamer le réel plaisir qu'on prend à voir Resident Evil. Bénéficiant de décors et d'éclairages superbes, réalisé avec élégance, il nous propose de suivre une descente aux enfers convaincante dans un univers cauchemardesque plutôt original. La fin, largement ouverte, semble indiquer la possibilité qu'une suite puisse être tournée.

Bibliographie consultée
«
Le Résident est vil, c'est clair
Clint 13/08/2005
Une purge sans nom. Aucun point de vue de réalisateur, des acteurs figés dans un nombre d'expressions tenant sur les doigts de la main, des sfx foireux (putain les zombies sont moches comme c'est pas possible).
Par contre, le montage tient à peu près la route (malgré quelques faux raccords) et assure au film un rythme soutenu. La scène finale annoncait une suite sympatoche mais RE 2 est encore plus nullissime que son illustre prédécesseur. Un comble.

PS: Hé Vonv, Tomb Raider mieux que RE ? Hu hu :)
par de là le mur de la nullité...
■ Cthulette & GodFather Cthulhu 07/12/2003
Ne le louez pas! Ne le téléchargez pas!!
Ce qui passe dans un jeu vidéo est parfois difficilement adaptable en film. Sauf que dans le jeu, il y a un scénario, ici il est remplacé par la pseudo robe de couturier de Milla (bien pratique pour un soldat qui combat le zombie) et la petite soeur brune de Denise Richards.
La fin présage malheureusement d'une suite... je prie pour l'arrivée rapide de Nyarlathotep sur cette terre pour nous épargner une telle vision d'horreur.


Que Yog Sottoth emporte les réalisateurs de ce navet ignoble..
Que dire après ça !!
bast3x8 25/11/2003
Tout a fait d'accord avec l'ensemble des avis négatifs.
Pourtant, il y avait du potentiel mais malheureusement, on est vite passé de l'ambiance horreur à l'ambiance futuriste. On voit pas beaucoup de monstre et pourtant dans les jeux de Résident Evil, on voit que ça.
Pas de véritable "méchant de fin", on sort juste d'une maison et voilà.
Bref pour un premier opus (des rumeurs parlent d'une suite), c'est pas franchement folichon.
Autant aller voir un vrai film de série Z, au moins, on nous ment pas sur la marchandise.
Le bid !
Docteur Clarendon 02/08/2003
Entièrement d'accord avec les avis de Vonv et de Blob, ce film n'a pas grand intérêt, le rythme est très médiocre, le scénar est pauvre, les héros eux mêmes sont pauvres. C'est une sorte d'alien II pas réussit et avec des zombies. Ils sauvent un peu le film d'ailleurs les fameux morts-vivants mais cela s'arrête là. Tout plat et une mauvaise note de 2 sur 10 et encore !
La chose qui ne doit pas être
blob
Ce film est vraiment ignoble. Scénario nul, interprétation du niveau des films Marc Dorcel et une mise en scène digne d'un singe autiste. Tous les personnages sont des clichés : le black qui crève assez vite, le garçon manqué, la belle (jouée par Milla Jovovich, ne rigolez pas!), le mec qui trahit ses amis à la fin, celui qui se sacrifie pour suaver les autres ...etc. En plus, le film copie débilement des scènes de : cube, aliens, la nuit des morts vivants, Matrix et bien d'autres. Même pas une parodie !
The blob is right !
Vonv
Je rejoins complètement la critique du Blob.

C'est nul, plat, vide, caca...
Autant Tomb Raider m'a beaucoup plus car était plus léché d'un point de vue réalisation, là, même le scénar sent le profond !

Si vous avez trouvé le scénar de Tomb Raider légé... ben ne regardez pas Resident Evil passke là ça sort du spectre !

On a même pas peur...
Vous êtes dur !
Zool
Vous êtes un peu dur les gars !

Moi je suis allé le voir au ciné avec un à priori des plus négatifs (un ami voulait y aller, et je l'ai suivi pour "voir"...); je m'attendais à une grosse daube (genre Ghôst of Mars...), et j'en suis ressorti relativement satisfait.Il est sûr que c'est loin dêtre un chef d'oeuvre, mais c'est une bonne série B: moins bien qu'Event Horizon du même réalisateur, mais bien meilleure que le film de Carpenter précité (et pourtant j'étais fan de Carpenter; j'attends son prochain film pour savoir si c'était une erreur de parcours ou s'il est définitivement perdu...).

Mais bon je ne suis pas très impartial, j'adore les films de zombies (dommage que Romero n'ait pas été retenu, ça aurait pu être "saigant"...), et je suis peut-être aussi "bon public"
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .