Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Dans une école de cinéma, une jeune fille envisage de réaliser un film de fins d'études qui raconterait des meurtres reconstituant des légendes urbaines. A ce moment, des crimes atroces sont commis sur le campus...



Il s'agit du premier film réalisé par John Ottman, auparavant monteur et compositeur, notamment pour Bryan Singers (Usual suspect (1995)...). Les personnages ne sont plus les mêmes que dans le premier épisode, à l'exception de l'agent de sécurité fan de Pam Grier.
La seule petite originalité du premier Urban legend (1998) était de mettre en scène des meurtres inspirés par des légendes urbaines. Ce second volet n'utilise même pas cette ressource, à une exception près. Comme le film se déroule dans une école de cinéma, le meurtrier préfère citer des films. On reconnaît en vrac une décapitation piquée dans le Inferno (1980) de Dario Argento, le tueur filmant son meurtre avec une caméra à ressort comme dans Le voyeur (1960) de Michael Powell, les escaliers de Sueurs froides (1958) d'Alfred Hitchcock, la course dans le forêt de Le projet Blair Witch (1999)... L'intrigue copie de son côté la série des Scream de Wes Craven et surtout Cut (2000), slasher australien qui se déroulait sur un plateau de cinéma. On remarque que John Ottman oublie complètement d'ajouter un seul élément original à cette longue liste de "références" (ou plagiats si vous préférez). On subit par contre une vaste galerie de personnages inintéressants interprétés par des comédiens dénués de charisme et de talent. L'histoire se traîne lamentablement tout le long du métrage. Il n'y a vraiment rien qui ressemble à une enquête dans cette ennuyeuse bouillie de fausses pistes. Les fréquents "clins d'œil" prétentieux à l'histoire du cinéma (The Rocky horror picture show (1975), mais aussi Truffaut ou Godard), achèvent de rendre ce film violemment antipathique. On notera tout de même qu'une séquence de meurtre assez cruelle (pour un néo-slasher) vient un peu réveiller le spectateur. Mais ce n'est certainement pas assez pour sauver ce film antipathique, idiot et très ennuyeux.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .