Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Dans une université américaine, des étudiants suivent le cours du professeur Wexler consacré aux légendes urbains, ces rumeurs qui circulent, que tout le monde croit vraies et qui sont en fait des inventions. Pourtant, sur le campus, des meurtres commencent à être commis: ils ont la particularité de reconstituer ces légendes urbaines...



Urban Legend est le premier film de Jamie Blank, une jeune passionné de John Carpenter. Il surfe sans complexe sur la vague du néo-slasher lancé par Scream de Wes Craven en 1996. Le casting est consacré en grande part de jeunes acteurs issus de la télévision américaine. On note toutefois la présence de Alicia Witt qui joua la petite sœur de Paul Atréides dans Dune (1984) de David Lynch. On a aussi Robert Englund (les Freddy et V, bien sur) en professeur de folklore urbain, Brad Dourif (Vol au dessus d'un nid de coucou (1975), Dune (1984), Blue Velvet (1986), la voix de Chucky, Trauma (1993), ...) en pompiste bègue ou John Neville (excellent dans Le baron de Munchausen (1988) et Sherlock Holmes contre Jack l'éventreur (1965)).

Il ne faut pas s'attendre à des miracles avec ce film. La réalisation est totalement impersonnelle, et, malgré de nombreux mouvements de grue, fait irrésistiblement penser à un téléfilm. Jamie Blank est incapable de créer une quelconque atmosphère. Il semble croire que filmer des scènes dans une nuit d'orage suffit à les rendre angoissantes: ce n'est malheureusement pas le cas ici. Les personnages sont caricaturaux (le portrait de la voisine de chambre goth, dépressive et obsédée sexuelle va très loin dans la bêtise), insipides et antipathiques. En plus l'interprétation est lamentable (le dernier quart d'heure est à ce titre un vrai désastre). Blank cherche à nous faire sursauter en utilisant les effets et les rebondissements les plus éculées du genre (il y a au moins quatre personnes qui ont le même manteau que le tueur dans la fac!). Les meurtres, bien que relativement originaux, sont filmés avec un manque de nervosité consternant. Néanmoins, le film se laisse regarder sans trop d'ennui, et pourra peut-être satisfaire les fans les plus hardcore du genre.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .