Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Maximilien, dernier rejeton d'une haute lignée de vampires, arrive à New-York pour y trouver une de ses cousines avec qui il devra s'accoupler pour éviter que l'espèce ne s'éteigne. Malheureusement, cette jeune fille ignore qu'elle a du sang de vampire...



En 1995, Eddie Murphy souhaite profiter de l'engouement de l'époque pour les films de vampire (Entretien avec un vampire (1994), Dracula (1992)...). Pour mettre toutes les chances de son côté, il fait appel à un réalisateur spécialisé dans le genre: Wes Craven (Les griffes de la nuit (1984), L'emprise des ténèbres (1988), Le sous-sol de la peur (1992), Scream (1996)...) qui venait de réaliser Freddy sort de la nuit (1995). On retrouve d'ailleurs avec plaisir l'acteur Zakes Mokae, redoutable sorcier vaudou dans L'emprise des ténèbres.

Le film cherche à traiter la mythologie des vampires avec un certain sérieux. Ainsi Maximilian est un personnage tragique qui ne prête pas à sourire. Par contre, sa goule de service est un personnage comique dans la plus pure tradition des précédents films d'Eddie Murphy. On remarque de nombreux emprunts aux films de vampire, et même à Nosferatu le vampire (1922) de Murnau: le bateau hanté rentre dans le port de Brooklyn en silence, Maximilian se redresse droit comme une planche après avoir été abattu... Pourtant, grâce à son contexte particulier (les quartiers noirs de Brooklyn), le film reste toujours original. Craven utilise très bien la photogénie des rues nocturnes de New York. Il réussit aussi quelques très belles images cauchemardesques qui évoquent ses meilleurs films (le sang qui dégouline d'une serrure, la jeune fille crucifiée...). 

Malheureusement, l'interprétation d'Eddie Murphy en vampire est bien peu convaincante. On a franchement du mal à croire à ce personnage et à s'intéresser à ses problèmes. En plus, le récit est assez conventionnel. La dernière demi-heure du film est assez ratée: décors minables, maquillages ridicules, fumigènes rudimentaires, dilemme pompé sur Entretien avec un vampire (la nouvelle vampire refuse de boire du sang humain...)... Le summum du tarte est atteint lorsque Maximilian ensorcelle sa cousine en lui faisant danser un slow sur une reprise de "No woman, no cry".

Néanmoins, Un vampire à Brooklyn contient quelques bonnes idées. Certains moments sont assez drôles. Mais l'interprétation discutable d'Eddie Murphy et l'essoufflement final du récit rendent ce film assez indigeste.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .