Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Un flic de San Francisco, spécialisé dans les serial killers, quitte son travail et sa ville suite à un drame personnel. Il s'installe à Chicago. Mais un meurtre est commis dans son immeuble...



The watcher est le premier film de Joe Charbanic, réalisateur de vidéo-clips qui a notamment travaillé avec le groupe de rock de l'acteur Keanu Reeves. Justement l'acteur de Matrix (1999)se livre ici à un emploi inhabituel en jouant un serial-killer. A ses côtés, le flic est joué par James Spader (Sexe mensonges et vidéos (1989), Crash (1996), Stargate (1994)...).
Suite au succès de Le silence des agneaux (1991) de Jonathan Demme et Seven (1995) de David Fincher, les studios américains ont multiplié les films de serial-killer, qui sont au départ des thrillers assez peu onéreux. On a donc ici un de ses multiples films où le serial killer machiavélique manipule le flic de service, et va jusqu'à planifier leur ultime confrontation. Après un démarrage rendu assez pénible par l'abus de bidouillages de l'image (vidéo digitale pour le regard subjectif de l'assassin, 16 mm pour les souvenirs du flic, accélérés, projection saccadée), le film finit par trouver peu à peu son rythme. Le milieu du film (particulièrement les événements autour du meurtre de la SDF) est assez agréable à suivre, comme un bon récit policier avec poursuites en bagnoles, villes nocturnes et coups de feu. Il faut reconnaître que The Watcher n'est pas trop ennuyeux. Malheureusement, la fin du film sent vraiment trop le réchauffé. La confrontation psychologique entre les deux personnages paraît bien banale après une décennie de manipulateurs sadiques au cinéma, et la fin tombe vraiment à l'eau. Spader et Reeves font des efforts pour jouer de façon originale leurs personnages. Malheureusement, l'assassin est un peu inconsistant. Les meurtres sont extrêmement softs. Certaines idées de réalisation paraissent très naïves, voire ridicules (la "danse" de Keanu Reeves...). The watcher aurait pu être un honnête petit thriller. Malheureusement, il est un peu gâché par un rythme inégal, des partis pris de réalisation peu convaincants et une fin décevante. On notera toutefois une musique assez sympathique.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .