Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Jennifer, la fille d'un célèbre acteur arrive dans une école en Suisse. Mais dans cette région, un tueur assassine des jeunes filles. Jennifer se rend compte qu'elle peut communiquer avec les insectes...



Ce film a été réalisé en 1985 par Dario Argento (Suspiria (1977), Le syndrome de Stendhal (1996)...). C'est un mélange de "giallo" (thriller à l'italienne, dont Argento est un des maîtres) et de film fantastique. Il est sorti mutilé dans de nombreux pays (trop long et trop gore pour les distributeurs anglais, américains ou français). Il a été assez mal accueilli par la critique et le public. Certains fans ultra-intégristes d'Argento considèrent que ce film est le le début du déclin de ce réalisateur. Le rôle principal était tenu par la très belle Jennifer Connelly (Il était une fois en Amérique (1984) de Sergio Leone, Dark city (1998) d'Alex Proyas...), qui avait alors treize ans. A ces côtés, on reconnaît de nombreuses vedettes du cinéma d'épouvante, comme Donald Pleasance (Halloween (1978) de John Carpenter, Cul-de-sac (1965) de Roman Polanski...) ou Daria Nicolodi, compagne de Dario Argento à l'époque.

Dans Phenomena, Dario Argento a délibérément tourné le dos à certains des traits caractéristiques de son cinéma. Il n'y a plus de format cinémascope ou de couleurs baroques éclatantes comme dans Suspiria ou Inferno (1980). Il a cherché à obtenir une image aux couleurs passées, bleues et ternes. Ce film semble être éclairé par une lumière lunaire et maladive. C'était une façon de travailler une image proche du noir et blanc, où les contrastes seraient plus importants que les teintes. Phenomena se déroule très souvent en extérieur et dans la campagne, ce qui était aussi une grande nouveauté pour Argento, habitué aux décors de studio et aux ambiances urbaines. Il s'inspire alors des peintres romantiques allemands pour décrire de vastes paysages montagnards qui écrasent les minuscules individus qui s'y perdent. Les arbres sont torturés et agités par un vent mauvais venu des Alpes. On trouve encore de grands lacs éclairés par la pleine lune, typiquement romantiques eux aussi.

Argento installe l'action en Suisse et restitue une ambiance typique de ce coin de l'Europe (et aussi de l'Italie du nord, de la Bavière, ou de l'Autriche). On retrouve cette fascination pour une certaine culture germanique qui était déjà perceptible dans Suspiria censé se passer en Allemagne. Dans Phenomena, il décrit un pays propre, calme, silencieux et conservateur. Mais derrière cette façade et ces petits chalets aux balcons fleuris se cachent une folie et une laideur enchainées, refoulées et cachées dans des caves profondes ou des asiles d'aliénés. C'est l'explosion de ce désordre si soigneusement dissimulé qui va entraîner une succession de meurtres ignobles.

Jennifer, la jeune américaine arrive dans ce monde étrange. Elle est sensible au caractère oppressant de cette région. Ses camarades et les enseignants la rejettent car elle est "différente", donc sans doute folle (Jennifer est somnambule et communique avec les insectes). Mais elle trouve le réconfort auprès d'un vieil entomologiste. Devenu paraplégique à la suite un accident de voiture, il a aussi expérimenté l'hypocrisie et la méfiance des gens "normaux". Jennifer Connelly et Donald Pleasance interprètent à merveille ce couple de personnages touchants et complices.

La nature n'est pas seulement importante pour les paysages montagneux. Elle se manifeste aussi à travers les insectes, amis de Jennifer, et la guenon qui aide le vieux savant. Ces animaux seront le seul recours efficace pour aider Jennifer à traverser les épreuves qui l'attendent. Elle essaie en effet de retrouver le mystérieux assassin qui hante la région, et qui a tué une de ses amies. La narration est, comme souvent chez Argento, étrange, illogique, proche d'un cauchemar ou d'un rêve. Le final est à ce titre un des moments les plus étonnants de sa filmographie.

La musique a été composée par des musiciens très différents. On trouve le groupe Goblin, indissociable des films d'Argento (Suspiria, Les frissons de l'angoisse (1975)...), mais aussi Iron Maiden, Bill Wyman (le bassiste des Rolling Stones), ou Motorhead qui a écrit pour ce film un génial "Locomotive". Cela permet au film d'avoir des ambiances très variées et inattendues.

Phenomena est très original dans la filmographie d'Argento. Il est moins tributaire de l'influence de Mario Bava (Six femmes pour l'assassin (1964)...) que ses oeuvres antérieures. Il mélange une ambiance mélancolique et une violence horrifique très efficace. C'est un des meilleurs films de Dario Argento, même si ce n'est pas sa réalisation la plus facilement abordable.
«
bien mais...
edgar 25/07/2004
Film sympa pouvant servir d'inspi pour une partie de cthulhu mais la bande son a mal vieilli... Enfin c'est mon avis personnel.

De plus le mj peut surpprendre ses pjs en excluant toute explication surnaturelle...

Le film est assez trouble à ce sujet...
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .