Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Un laboratoire utilise des requins pour ses expériences sur la maladie d'Alzenheimer. Malheureusement les requins se révoltent et paraissent agir avec intelligence.



Renny Harlin est un finlandais qui commença par réaliser un thriller dans son pays natal. Puis, il arrive aux États Unis où il dirige Prison (1988), un très bon film d'horreur situé en milieu carcéral. Ensuite, on lui confie la réalisation de Le cauchemar de Freddy (1988) (quatrième épisode de la série des Freddy). Enfin, il réalise 58 minutes pour vivre (1990) avec Bruce Willis (suite de Piège de cristal (1988) de John McTiernan) et Cliffhanger (1993) avec Sylvester Stallone. Le succès de ces deux films d'action lui donneront les moyens de mettre en place des projets plus personnels. Il tente de ressusciter le film de pirates avec L'île aux pirates (1995), qui sera un bide. Puis il réalise encore Au revoir à jamais (1996). Ce Peur bleue est un travail de commande qui tente de synthétiser les deux genres dans lesquels il s'est illustré: l'horreur et l'action. A part Samuel L. Jackson et le rappeur LL Cool J., il n'y a pas vraiment de vedettes à signaler.

Ce film au budget confortable cherche à se placer quelque part entre Les dents de la mer (1975) et des films d'action sous-marins plus baraqués, comme Un cri dans l'océan (1998) de Stephen Sommers (La momie (1999)...). Au départ, Peur bleue semble avoir bien du mal à démarrer. Les premières interventions des requins ne sont pas très impressionnantes. On nous présente longuement des personnages à la psychologie grossière et moyennement interprétés. Il faut encore supporter une bande-son bruyante et une musique hideuse. La réalisation est particulièrement lourde, avec une surabondance de travellings démonstratifs. Mais une fois que le film démarre, il faut bien admettre que Renny Harlin a le sens du travail bien fait et du cinéma spectaculaire.

De nombreuses scènes de Peur bleue sont vraiment impressionnantes, même pour le spectateur blasé de cette fin de siècle. Les scènes d'horreur (inévitables dans un film de requins) sont très bien amenées et surprenantes par leur violence. Certains effets spéciaux sont très réussis (particulièrement les effets mécaniques). Par contre certaines images de synthèse manquent de naturel: les mouvements des requins paraissent improbables et certains effets gore seraient plus à leur place dans un jeu pour Playstation. Il faut aussi avaler un nombre déraisonnable d'invraisemblances. Pourtant, en fin de compte, la nervosité et l'efficacité de la réalisation finissent par rendre ce spectacle très amusant à suivre.

Malgré une absence d'originalité flagrante, Peur bleue offrira un bon moment de cinéma distrayant au spectateur qui aura préalablement pris soin de commuter son cerveau  sur le mode "Au repos".
«
Une histoire de poisson pourrie
MAN BAGARI 01/06/2004
Ahhh..."Peur bleue" et ses gros poissons en images de synthèse, qu'on dirait sorties d'un Amstrad, tellement elles sont bien faites...
Et attention, hein, elles sont pas connes les bestioles : capables d'utiliser un brancard comme bélier, de défoncer des portes blindées, de faire de la marche arrière (si, si...), et de rapper sur du LLcoolJ (là j'exagère un peu, mais un peu seulement : LLcoolJ apparaît dans le film...).
Avec autant d'atouts en sa faveur, seules les mauvaises langues auront l'audace de qualifier ce film de gros navet...
Moins ktich que Les Dents d'Moman :)
Vonv 01/02/2004
Enfin c'est plus récent quand même !
Ben vi, comme a dit Manu, c'est distrayant : vous savez à chaque fois que le poisson rouge va suuuuuurgir hors de l'eau la gueule bééééééante !
Mais d'un point de vue image, c'est franchement bien fort : il y a des scènes qui vous scotchent dans votre fauteuil !

Donc après un resto d'sushis, ben c'est frais.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .