Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Rick et Evie ont maintenant un fils et vivent paisiblement à Londres entre deux expéditions archéologiques. Mais des personnages malfaisants parviennent à retrouver la momie d'Imhotep et le font revenir à la vie...



La momie (1999) a été un énorme succès international, et la compagnie Universal a confié à son réalisateur, Stephen Sommers, un budget très élevé pour en réaliser la séquelle. Il est parvenu à retrouver les mêmes comédiens que dans l'original, même pour des rôles très courts (le pharaon...). Toutefois, de nouveaux acteurs sont venus se joindre au casting, dont Dwayne Johnson, un célèbre catcheur professionnel, dans une courte apparition particulièrement musclée. En à peine deux semaines, Le retour de la momie a déjà été rentabilisé aux USA!

La momie par Sommers avait été un des succès surprises de l'année 1999. Sorti de nulle part, sans autre vedette que le personnage-titre, on l'a beaucoup comparé à la série des Indiana Jones à cause de certaines similitudes évidentes dans son récit et son ambiance. Mais, pour le spectateur qui a été élevé avec l'émission TV La dernière séance diffusée le mardi soir sur FR3 dans les années 80, La momie retrouvait aussi le charme des classiques du cinéma d'aventure de Hollywood, tels que King Kong (1933) de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack , Tarzan l'homme singe (1932) de Woodbridge Strong Van Dyke, Les aventures de Robin des bois (1938) de Michael Curtiz, Jason et les argonautes (1963) de Don Chaffey... Grâce au charisme de ses comédiens, à la fluidité de sa narration, à ses effets spéciaux parfaits et à son équilibre général irréprochable, La momie est devenu un classique instantané du film d'action et d'aventures.

Pourtant, ici, Sommers ne fait plus dans l'équilibre mesuré et dans le savant dosage d'éléments complémentaires. Emporté par son enthousiasme et son amour de l'aventure, il se livre à une stupéfiante surenchère d'énergie, de scène d'action et d'effets spéciaux résolument inédits. Refusant de perdre son temps dans des scènes d'exposition inutilement bavardes, Le retour de la momie nous emporte dès son ouverture dans un prologue dément : des armées de monstres indénombrables et des hordes de barbares combattent aux portes de gigantesques cités antiques. L'histoire part alors pour plus de deux heures dans un sprint absolument dément, grouillant littéralement d'inventions sidérantes, et dont le rythme furieux rappelle les rebondissements ininterrompus de Braindead (1992) de Peter Jackson ou de A toute épreuve (1992) de John Woo. Certes, le spectateur pourra se sentir rapidement largué et certains refuseront de suivre Sommers dans sa frénésie de mouvements et de péripéties. De plus, on ne peut pas nier que quelques (rares) effets spéciaux un peu trop ambitieux ne passent pas très bien, et que certaines séquences (rares aussi) rappelant trop La momie sont un peu embarrassantes. Mais, si on s'accroche et si on apprécie ce genre de spectacle trépidant, Le retour de la momie est du pur jus de bonheur, un véritable concentré d'énergie cinématographique.

On apprécie aussi le charme exotique très hollywoodien de ce Londres nocturne dans lequel on se bagarre à bord d'un bus impérial, ou les magnifiques retranscriptions de monuments tel qu'ils étaient avant d'être engloutis ou modifiés à l'occasion de la création du lac Nasser en 1963 (Abou Simbel et ses colosses à demi-enfouis dans le sable, l'île sacrée de Philae...). Sommers se fait aussi un gros plaisir en nous proposant des splendides séquences de péplum pharaonique, avec notamment un inoubliable duel de princesses égyptiennes. On apprécie encore l'introduction de scènes de jungle extrêmement sympathiques, qui rappellent agréablement Tarzan l'homme singe et King Kong. Le plus impressionnant reste les batailles absolument hallucinantes entre des masses d'hommes-chacals et de guerriers en tout genre: la dernière vague des armées maudites surgissant des dunes est un spectacle incroyable de poésie et de folie, écho étourdissant de la chevauchée furieuse menée par Errol Flynn dans La charge de la brigade légère (1936) de Michael Curtiz.

Enfin, on apprécie Le retour de la momie pour ses comédiens toujours aussi attachants et sympathiques, qu'ils soient bons ou méchants. Les nouveaux venus (le fils, la (formidable!) méchante...) s'insèrent sans difficulté à la troupe des personnages de La momie. La réussite de cette série semble bien due en grande partie à la qualité de son casting homogène, qui refuse de jouer sur la notoriété de comédiens connus. Ici, les vraies stars sont le mythe cinématographique de la momie et les sortilèges de l'Egypte antique.

Sommers réussit donc le pari risqué de donner une suite formidable à un film aussi irréprochable que La momie. Si il est légèrement inégal dans certaines péripéties, son enthousiasme, la splendeur de ses images et son charme font encore de Le retour de la momie une véritable réussite.

Bibliographie consultée
«
Dans la fibre...
Docteur Clarendon 02/08/2003
Dans la lignée du premier film, je n'ai pas été déçu par ce second film tout aussi réussi que le premier. Ce n'est pas sans rappeler Indiana Jones bien sûr, c'est vraiment la grosse cavalerie mais c'est efficace et je l'ai vu avec un grand plaisir. La vision que nous pouvions avoir des momies est ici bien revisitée comme dans le premier et peut donner à tous les gardiens de méchantes idées au grand détriment de leurs investigateurs ! On regrette seulement de ne pas avoir Abdul Al Azred dans les séquences du passé ! D'accord avec la note.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .