Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

En octobre 1994, trois étudiants en cinéma partent enquêter à Burkittesville à propos d'une mystérieuse sorcière. Ils disparaissent. On retrouve leur cassette vidéo un an plus tard: c'est ce film qu'on nous propose de voir ici...



Le projet Blair Witch a été mis en place par des étudiants en cinéma selon des techniques de réalisation très originales, particulièrement pour un film d'horreur: il s'agit en fait d'un faux documentaire. Réalisé avec un budget dérisoire, filmé essentiellement en vidéo numérique (matériel fiable, léger et assez peu coûteux), il fût présenté au Festival du cinéma indépendant de Sundance où il reçut un excellent accueil. S'ensuivit un bouche-à-oreille très favorable, ainsi qu'une promotion astucieuse via Internet, ce qui était alors une grande nouveauté. Les réalisateurs jouèrent sur l'ambiguïté de ce pseudo-document en laissant entendre que ce film était un enregistrement de faits réels: cela n'était cependant pas une nouveauté, puisque le très gore Cannibal holocaust (1979) de Ruggero Deodato (Le dernier monde cannibale (1978)...) avait été lui aussi promu en cultivant le doute quand à sa nature de "snuff movie". De même, un autre faux documentaire d'horreur appelé The last broadcost (1998) de Stefan Avalos et Lance Weiler a été réalisé un peu avant... Toujours est-il que Le projet Blair Witch (1999) connut une intelligente et courageuse sortie en salles: il devint alors LE succès de l'année en matière d'épouvante à travers le monde, aux côtés de Sixième sens (1999) de M. Night Shyamalan.

La technique de tournage de Le projet Blair Witch était extrêmement proche de celle des jeux de rôles "Grandeur Nature". Coupés du reste du monde, les comédiens interprétant l'équipe de documentaristes devaient aller d'un lieu à l'autre, camper dans certains sites et errer dans la forêt, tandis que les réalisateurs (dont le rôle est alors assimilable à celui d'un Maître du Jeu) organisaient des embuscades et des "surprises" désagréables. Les acteurs détenaient le matériel de prise de vue et d'enregistrement du son, et ce sont donc eux qui filmaient les évènements, à l'intérieur même de l'action. L'improvisation et la spontanéité tenaient donc une grande place dans l'éxécution de ce film.

Le projet Blair Witch commence par la présentation de l'équipe qui va réaliser le reportage, puis nous amène à Burkittesville, où des habitants rapportent des légendes sur la sorcière supposée hanter la région et à propos d'un serial killer ayant vécu dans la ville. De manière apparemment anodine et amusante, les réalisateurs nous communiquent les bases de la mythologie "Blair Witch". On est ainsi préparé à suivre l'expédition forestière terrifiante de ces reporters de l'épouvante. Pour faire peur, il est essentiellement fait appel à la suggestion de l'horreur si chère à Jacques Tourneur (La féline (1942)...): plutôt que de provoquer l'effroi avec des scènes sanglantes et démonstratives, on cherche à inquiéter le spectateur à l'aide d'effets très fins (des bruits à peine perceptibles, une atmosphère légèrement changée...) qui vont faire travailler son imagination et le placer face à ses craintes intimes les plus profondes. Paradoxalement, ce qui fait le plus peur serait donc ce qu'on ne voit pas. Bien utilisé, ce procédé assure une efficacité maximale (La maison du diable (1963) de Robert Wise, La féline...). Ainsi certaines séquences parviennent ici à être tout à fait inquiétantes: la fin dans la maison abandonnée, les hurlements de Josh...

Toutefois, il est permis de regretter que les moments authentiquement effrayants soient bien rares. Le projet Blair Witch joue un peu trop souvent la carte de l'horreur minimaliste et n'est pas toujours convaincant. On peut avoir du mal à ressentir la peur panique qui s'empare des jeunes gens à chaque fois qu'ils entendent un craquement de brindille ou qu'ils découvrent un petit tas de cailloux. De même, les fameuses petites branches assemblées de manière à former un personnage ne créent pas forcément un grand sentiment d'angoisse. En fait Le projet Blair Witch ne parvient à devenir vraiment un film d'horreur qu'à partir d'une cinquantaine de minutes. Auparavant, il faut subir de longues disputes peu intéressantes entre des personnages interprétés avec beaucoup de conviction, mais aussi beaucoup d'amateurisme et de naïveté: un spectateur un peu mal embouché pourrait bien trouver ces jeunes comédiens complètement antipathiques.

Si Le projet Blair Witch n'est pas le chef d'œuvre de l'épouvante que certains ont bien voulu y voir, l'originalité de son principe et de son atmosphère, ainsi que quelques moments vraiment réussis, en font une œuvre qui vaut tout de même le coup d'œil.

«
Très lovecraftien
The old Breed 07/11/2006
Les héros de Lovecraft consignaient les derniers moments de leur vie sur un cahier, ici c'est une caméra. Le film ne fout pas les jetons, mais l'intensité des émotions est Impressionnante, d'autant que les acteurs portent les seules caméras du film.
Tocwitch Project
Vonv 06/07/2003
Ca fait peur.
Je viens de le voir et franchement, même si ce n'est pas constant et que comme dit Manu, ça arrive assez tard, ça fout la trouille.

Les périodes de filmage de l'équipe elle-même, de jour, sont un peu longues à force et on se prend à attendre avec impatience la prochaine nuit...

Chaque nuit, la montée de l'angoisse augmente et finalement, la terreur arrive réellement la dernière nuit, c'est le cas de le dire. L'angoisse n'arrive pas à être suggérée au départ lors de l'enquête.

A voir pour ceux qui aiment se foutre la trouille.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .