Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Un chercheur s'enferme avec trois insomniaques dans une inquiétante maison pour faire des expériences sur la peur... 



Le hollandais Jan de Bont a commencé à travailler comme directeur de la photographie dans son pays (La chair et le sang (1985) de Paul Verhoeven par exemple). Puis il est parti aux USA où il travailla notamment pour John Mac Tiernan (avec Piège de cristal (1988) ou A la poursuite d'Octobre Rouge (1990)...). Enfin il se mit à réaliser des films dans la lignée de ce réalisateur américain, avec les très bruyants Speed (1994), Speed 2 (1997) et Twister (1996). Puis Dreamworks, le studio de Steven Spielberg, lui proposa de réaliser Hantise, un remake d'un chef-d'oeuvre de l'épouvante: La maison du diable (1963) de Robert Wise. Faire réaliser un remake d'un film aussi sombre et fin par un réalisateur aussi commercial et peu subtil que De Bont sembla une idée bien curieuse. Le film fût très mal accueilli. On y reconnaît des vedettes comme Catherine Zeta-Jones et Liam Neeson (La menace fantôme (1999), La liste de Schindler (1993)...).

On remarque d'abord que les décors sont absolument magnifiques. On se promène dans les salles immenses d'une improbable demeure néo-gothique revue par les délires mégalomane d'un nabab hollywoodien. De Bont dit s'être inspiré des décors de la fin de Citizen Kane (1941) d'Orson Welles pour concevoir ces pièces démesurées. On retrouve aussi des motifs des maisons de Suspiria (1977) de Dario Argento, de La belle et le bête (1946) de Jean Cocteau et évidemment de La maison du diable. Lorsque la caméra se contente d'errer lentement à travers les détails de cette architecture délirante, le film parvient à créer une ambiance vraiment réussie et étonnante. La musique subtile et majestueuse de Jerry Goldsmith convient à merveille.

Malheureusement, Hantise cherche parfois à refaire les grands moments de La maison du diable, et se plante à chaque fois (la séquence de l'escalier en fer devient un ennuyeux et bruyant spectacle de cascadeur...). Les personnages ne sont pas très intéressants, et l'interprétation est très inégale. On remarque aussi l'utilisation abondante d'effets spéciaux numériques pour les fantômes. Hélas cela ne fonctionne pas très bien. Ces images sont artificielles, laides et ne font pas peur du tout. Pourtant, la vision très graphique du fantôme du maître de la maison est assez surprenante: il rappelle les créatures monstrueuse qu'on aperçoit dans certains films de Walt Disney (les sorcières de Blanche-Neige (1937) ou La belle au bois dormant (1959), le diable de Fantasia (1940)...). Toutefois, la narration fastidieuse et l'inefficacité de nombreuses scènes "chocs" empêchent le spectateur d'apprécier cette histoire. Le final mièvre et grandiloquent semble indiquer que ce film est avant tout destiné à un très jeune public.

Hantise vaut tout de même le coup d'œil pour ses décors extraordinaires. Dommage que l'histoire soit si fastidieuse et que la seconde moitié du film se perde dans des scènes ratées et très peu effrayantes.
«
Chez Casto...
Vonv 13/07/2003
Ben vi, j'ai jamais vu de film où autant de portes se claquent toutes seules ou volontairement. Vous me direz, si je parle des portes en premier c'est que le film fait pas suuuuuper peur :) Ben vi, c'est un peu une daube quelque part... scénar plat, surprise... absente, peur...ben sauf si on oblige à le regarder 10 fois de suite :)

Seuls intérêts de ce film (et encore) : la maison et les effets spéciaux. La maison, en effet, c'est une top maison pour faire une Demeure de l'Epouvante, gothique à souhait... voir parfois trop... allez j'chipote :)

Enfin c'est un peu comme 13 Fantômes...
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .