Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Charles Spading meurt dans un village isolé, victime d'une mystérieuse épidémie appelée la "mort noire". Son frère Harry et son épouse s'installent dans sa demeure. Ils se rendent compte qu'une terrible malédiction pèse sur la région...



Avec L'invasion des morts-vivants (1966), John Gilling (L'impasse aux violences (1959)...) avait commencé à diriger des films d'horreur pour la fameuse compagnie Hammer (Le monstre (1955) de Val Guest, Frankenstein s'est échappé ! (1957) de Terence Fisher...). La femme reptile, réalisé aussitôt après, s'inscrit donc dans la grande tradition de l'épouvante gothique typique de cette maison de production. On y retrouve certains de ces plus éminents employés, comme le directeur artistique Bernard Robinson (Frankenstein s'est échappé !, Le cauchemar de Dracula (1958), Le fantôme de l'opéra (1962), tous de Terence Fisher, par exemple...), le scénariste Anthony Hinds (sous son nom de plume John Elder) (La nuit du loup-garou, L'empreinte de Frankenstein (1964) de Freddie Francis...) ou le directeur de la photographie Arthur Grant (La nuit du loup-garou, Le fantôme de l'opéra, et aussi La tombe de Ligeia (1965) de Roger Corman d'après Poe...). Parmi les acteurs, on reconnaît Jacqueline Pearce (L'invasion des morts-vivants...) et Marne Maitland, abonné aux rôles d'orientaux dans le cinéma anglais (Les étrangleurs de Bombay (1960) de Terence Fisher, L'empreinte du dragon rouge (1961) avec Christopher Lee...).
La femme reptile sera une des rares oeuvres pour laquelle la Hammer créera un monstre complètement nouveau. Depuis 1957, elle se contentait d'exploiter avec brio des grands mythes du cinéma fantastiques, particulièrement ceux qui ont rendu populaire la firme Universal dans les années 1930 (Frankenstein s'est échappé !, Le cauchemar de Dracula (1958), Le fantôme de l'opéra...). Ici, le monstre est une jeune fille qui se transforme malgré elle en un être mi-femme mi-serpent, à cause d'une malédiction liée à une mystérieuse secte orientale. Il me semble que ce récit est une inspi tout à fait intéressante en ce qui concerne le culte de Yig et le peuple des hommes serpents dans L'appel de Cthulhu. Évidemment, la situation tragique de ce personnage fait penser aux films de lycanthropes, dont La nuit du loup-garou est un des plus beaux exemples. Mais la présence d'un monstre féminin rappelle aussi La gorgone (1964), réalisé par Terence Fisher pour la Hammer sur un scénario de John Gilling. Enfin, on pense aussi à La féline (1942), le fameux classique de Jacques Tourneur dans lequel une jeune slave, victime elle-aussi d'une malédiction, se transforme en panthère.

Comme dans les meilleurs films de la Hammer, on admire d'abord l'atmosphère très réussie de La femme reptile. La photographie sombre, toujours dans des teintes reptiliennes brunes et vertes, met en valeur les superbes décors, typiques de cette compagnie, réalisés par Robinson (la maison des Franklyn ornée de nombreux objets exotiques, le marécage, le cimetière...). De son côté, la musique insidieuse et malfaisante accompagne les mouvements de caméra élégants et le montage très maîtrisé de John Gilling. On admire notamment la scène étrange et puissante du concert de cithare donnée par Anna, pendant laquelle une tension croissante s'installe d'une manière particulièrement troublante. Il faut encore saluer la qualité du casting très homogène, notamment la fragile et émouvante Jacqueline Pearce, et Noel Willman, son père pathétique. Enfin, la réalisation et le scénario bénéficient des vertus classiques propres aux meilleures oeuvres de la Hammer : narration solide, mise en scène discrète et rigoureuse, traitement sérieux et adulte des sujets fantastiques...

Toutefois, Le femme reptile a aussi le défaut de ses qualités : à force d'être très classique, il souffre de respecter trop fidèlement certains stéréotypes de l'épouvante gothique. Ainsi, des détails incontournables de ce genre se révèlent surabondants : l'auberge avec ses paysans pittoresques et superstitieux, le final avec son incendie de manoir... Il semble alors que le film, à force de trop coller à ces clichés, laisse de nombreuses pistes passionnantes de son scénario inexploitées (la secte...). En fin de compte, ce léger manque d'originalité rend le récit parfois un peu trop prévisible.

Néanmoins, grâce à sa réalisation élégante, à son ambiance vénéneuse très soignée et à ses interprètes talentueux, La femme reptile reste une des belles réussites de la Hammer.

Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .