Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Carter et Caïn Nix, deux frères jumeaux, enlèvent des enfants pour qu'ils servent de cobayes à des expériences réalisées par leur père, un psychologue norvégien. Mais la femme de Carter se rend compte que le comportement de son mari est étrange...  



Après son très réussi Body double (1984), Brian De Palma a tourné le dos pour un bon moment au thriller, genre qui l'avait rendu populaire. Il réalisa d'abord Maffia salad... (1986), une comédie sur le gangstérisme avec Dany De Vito, qui se planta largement. Mais dès l'année suivante, il obtient un très grand succès public et critique avec l'excellent Les incorruptibles (1987), dans lequel Eliot Ness (Kevin Costner) affrontait Al Capone (Robert De Niro). Outrages (1989), se déroulant pendant la guerre du Vietnam, raconte comment un soldat traîne devant la cour martiale des militaires qui ont violé et tué une jeune fille: mais cette oeuvre ne connaît qu'un succès très modéré. Enfin, Le bûcher des vanités (1990), une comédie sur les travers de la justice américaine avec Tom Hanks et Bruce Willis, se plante aussi malgré ses indiscutables qualités cinématographiques.

Avec L'esprit de Caïn, De Palma réalise, sur un script qu'il écrit entièrement lui-même, un thriller au budget modeste censé renouer avec les œuvres qui ont fait sa gloire (Pulsions (1980), Blow out (1981)...). John Lithgow (Le monde selon Garp (1982)...), qui interprète plusieurs des rôles principaux (les jumeaux entre autres), avait déjà fait des apparitions mémorables dans certains de ses films (Obsession (1976), Blow out (1981) et Body double). Surtout, De Palma retrouve Pino Donaggio, un de ses compositeurs de prédilection (Carrie (1976), Pulsions, Blow out et Body double).

Comme souvent chez ce réalisateur, L'esprit de Caïn grouille de clins d'oeil à l'histoire du cinéma. Ainsi, on se débarrasse des cadavres comme dans Psychose (1960) de Hitchcock. Le tout dernier plan du film cite une scène de Ténèbres (1982) de Dario Argento. Le final dans l'hôtel est aussi un clin d'oeil à la très fameuse séquence de Le cuirassé Potemkine (1925), chef d'oeuvre de Sergei Eisenstein, dans laquelle un landau abandonné dévale les escaliers d'Odessa: mais ici, le landau descend en prenant l'ascenseur, ce qui permet d'ailleurs à De Palma de faire encore une citation d'une scène de son Pulsions (elle-même inspirée par un meurtre de L'oiseau au plumage de cristal (1970) de Dario Argento)! Si on veut aller encore plus loin dans ce jeu compliqué de références, on notera qu'un des coups de force de Les incorruptibles (l'embuscade dans la gare) était déjà une référence à l'escalier de Le cuirassé de Potemkine!

On retrouve aussi dans L'esprit de Caïn des thèmes déjà abordés de nombreuses fois par De Palma: on a ainsi un drame familial (comme dans Furie (1978) par exemple...) dans lequel la sexualité insatisfaite d'une femme mal mariée a un rôle important (ce qui rappelle Carrie, Body double et surtout Pulsions...). On retrouve aussi une fascination pour la schizophrénie (comme Pulsions encore une fois...) poussée ici à l'extrême, ainsi qu'un intérêt pour le thème du double (Obsession...).

On va encore retrouver le goût de De Palma pour la manipulation des apparences, le travestissement des personnages et de la réalité, ce qui lui permet de bâtir des intrigues touffues, bourrées de rebondissements très habiles. Ici, pour encore compliquer les choses, il brouille les pistes en insérant des séquences de rêves ou de délires schizophrènes.

Mais malgré son habileté à construire un récit très riche et à proposer des séquences toujours aussi virtuoses en usant de ralentis et de montages parallèles (le final...), De Palma déçoit un peu. On regrette d'abord que John Lithgow ne soit pas vraiment à la hauteur de la performance exigée par L'esprit de Caïn: si il est convaincant à certains moments, il peut aussi paraître complètement à côté de la plaque à d'autres (l'entretien sous hypnose...). Il faut aussi préciser que le reste du casting (Steven Bauer par exemple) est parfois un peu faible. Quand à la réalisation, même si De Palma nous propose quelques séquences très efficaces qui valent à elles seules le déplacement, certains effets tombent complètement à plat (l'exposition du cadavre découvert dans la voiture...). Le plus grave reste qu'il manque à cette histoire la chaleur humaine qui participe à ses plus belles réussite (Phantom of the Paradise (1974), Obsession...): De Palma ne parvient pas à nous proposer des personnages réellement attachants.

L'esprit de Caïn laisse donc un drôle de goût d'inachevé et une impression d'oeuvre imparfaite et inégale. Pourtant, le récit astucieux se suit sans ennui et certains passages parviennent à être impressionnants. Mais, vu ses défauts trop gênants, on réservera cette oeuvre aux fans hardcore de De Palma et aux amateurs de thrillers tarabiscotés.

«
Du pur De Palma... et c'est un compliment !
Ben Smith 05/01/2005
Intrigue frôlant l'incohérence, pléthore de citations et d'auto-citations plus ou moins subtiles, réalisation virtuose, ... L'Esprit de Cain est un peu le prototype de Femme Fatale, autre bijou mésestimé de De Palma, qui pousse ici sa pratique du cinéma jusqu'à un délectable excès. Personnellement, j'ai trouvé que la scène d'hypnose est un grand moment de la composition de John Lithgow.
Comme pour beaucoup de films de De Palma, il faut plus s'intéresser à la mise en scène qu'au scénario pour apprécier pleinement L'Esprit de Cain qui, plus qu'un thriller savamment réglé, vise (et réussit) à être un bel acte d'amour du cinéma.
Chef d'oeuvre incompris
Mike 28/02/2004
Combien de critiques de cinéma ce sont acharnés sur De Palma pour avoir commis ce film précisément ?
Et pourquoi ?
De Palma est un visionnaire et cela se voit, surtout par le prisme de ce film...seulement c'est un génie cynique, ironique et désabusé. La nature même du film faisait qu'il devait être descendu en flammes: un anti-héros psychotique, des meurtres à répétition pas de sexe... Je ne peux que vous encourager à le voir et le rerevoir !
Comme on dit, les goûts et les couleurs...
A la poubelle...
Docteur clarendon 28/02/2004
Franchement je m'estime être bon public... mais ce film là non vraiment je n'ai pas pu aller à la fin... et c'est plutôt rare ! Inutile pour ma part de perdre son temps à le visionner, à la limite pour allumer un feu ou pour un concours de lancer de Vhs...
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .