Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Une jeune fille survit à un terrible accident de voiture. Elle décide de quitter sa région natale pour aller travailler dans une autre ville. Mais là-bas, elle est persécutée par un homme qu'elle est la seule à apercevoir. Elle se sent attirée par une mystérieuse fête foraine abandonnée...



Le réalisateur Herk Harvey est au départ un enseignant. Carnival of souls est le seul film qu'il ait réalisé. Il disposa d'un budget ultra-réduit. A sa sortie, cette oeuvre n'a eu aucun succès. Mais, avec les années, elle gagna une réputation d'œuvre maudite, et certains voulurent y voir une influence déterminante pour le cinéma d'épouvante américain des années 1970 (c'est une petite production fauchée, morbide et originale, comme La nuit des morts-vivants (1968) de George Romero, qui déclarait avoir été nspiré par cette oeuvre). Récemment, la sortie et le succès de Sixième sens (1999) de M. Night Syhamalan permit à ce film de refaire surface. En effet, on remarqua que Sixième sens a de nombreux points communs avec lui, notamment la pirouette scénaristique finale.
Carnival of souls se distingue avant tout par une ambiance très particulière, à la fois morose et morbide. Les décors sont très bien utilisés, que ce soit le pont de l'accident ou la magnifique ruine de fête foraine au milieu du lac asséché. L'interprétation est dans l'ensemble correcte, surtout si on veut bien se rappeler que ces acteurs ne sont pas vraiment des professionnels. Candace Hilligoss interprète le personnage pathétique d'une jeune fille solitaire et malheureuse, perdue entre deux univers. Herk Harvey n'hésite pas à recourir à des expérimentations assez audacieuses (sons étouffés, échos, ralentis...) pour rendre l'étrangeté de l'univers dans lequel elle évolue.

Malheureusement, la réalisation est parfois franchement naïve (zooms percutants, montage abrupt, post-synchro des dialogues ratée...) et certaines scènes supposées faire peur sont ridicules. Ainsi, les spectres ont des têtes assez risibles. L'utilisation de ralentis et d'accélérés peut donner des résultats décevants (les danseurs évoluant à toute vitesse...). Surtout le récit manque singulièrement de rythme, et certaines scènes bavardes entre Mary et son voisin sont assez ennuyeuses. Le film est original, mais il rappelle tout de même fortement des épisodes de la série télévisée La quatrième dimension.

Mais Carnival of souls contient aussi quelques scènes très poétiques. Il peint de façon touchante le portrait d'une jeune fille terrifiée par la solitude et la mort. Dommage qu'il soit alourdi par des scènes ennuyeuses et ridicules.
«
Un pilier du Fantastique
MAN BAGARI 29/06/2004
S'il est vrai que "Carnival of Souls" revêt un côté amateur, "gênant", lors de quelques scènes, il se dégage tout de même du film une atmosphère unique, la fusion réussie entre l'expressionnisme du cinéma muet et les thèmes plus intimistes du cinéma moderne, tels que ceux explorés par Lynch, par exemple...

Cette fusion a permis l'essort d'un Fantastique dit "intelligent", transformant le vilain monstre de service en symbole d'une Humanité imparfaite, déclinante... A ce titre, "La Nuit des Morts-Vivants" assume pleinement l'héritage laissé par "Carnival...".

Je voudrais finir sur une remarque à propos de la "pirouette scénaristique finale" : Autant dans "Carnival...", la fin donne tout son sens au film, autant dans "Sixième Sens" cette "pirouette" est non seulement prévisible dès le début du film, mais en plus est en totale contradiction avec les différentes manifestations paranormales survenant dans l'histoire.
Pour faire simple (et méchant ): Ne mélangeons pas les Torchons avec les Serviettes....
Carnival... un de mes dix films préférés!
helene 13/06/2004
Permettez moi de ne pas être d'accord avec le commentaire de "tentacules.net" à propos de Carnival.., que je voudrais réhabiliter à l'instant comme un film majeur. Vous avez sans doute oublier la modernité étonnante de ce film (je rappelle que le "Village des damnés" est sorti 2 ans avant, et il est autrement plus daté...), qui rappelle Lynch, bien sûr (merci Pierre 62), et qui propose une bande son géniale, des plans franchement effrayants, une utilisation convainquante du filtre vert, et un photographie magnifique! J'ai placé ce film dans mon panthéon perso depuis la première fois que je l'ai vu (j'ai eu bien plus peur en le visionnant qu'en regardant La Nuit des Morts-Vivants, franchement!!) et les morts-vivants ne sont pour moi pas risibles: ce sont des évocations, le film n'a pas à mon avis l'intention d'être réaliste et totalement crédible. On dirait plutôt une parabole sur la solitude, l'incapacité à communiquer, le sentiment d'étrangeté, la peur des hommes de l'héroïne, etc Bref, merci Harvey pour cet unique et magistral film de genre!!
Par contre, je veux bien qu'on me conseille sur des films du même style ( genre "inquiétante étrangeté", Le Locataire,Frenzy, Nosferatu, La nuit du chasseur, etc), car ce type d'oeuvre passe moins souvent que "Le Père Noël est une ordure", même si g beaucoup de respect pour les ordures... BIzzzzzz LNJ
Un film effrayant
Pierre62 08/07/2003
Carnival of Souls me parait convaincant, il a en tout cas éveillé en moi une certaine frayeur. Je trouve que les morts vivants sont vraiment effrayants et si on peut les trouver risibles,je pense que c'est voulu, celà renvoie à un jeu (une course poursuite), à un cortège carnavalesque (d'où le titre du film) Je pense à des films actuels où un être effrayant semble risible par son comportement car en fait il joue avec sa victime (Voir Shining quand la femme de Jack découvre les esprits dans la chambre, le personnage de Bob dans Twin Peaks de David Lynch ou le clodo de Mullholland Drive)
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .