Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Le vaisseau dans lequel Ripley et ses amis se sont échappés s'écrase sur une planète pénitentiaire. Ripley est la seule survivante. Elle doit attendre qu'un vaisseau de secours vienne la chercher. Elle craint qu'un alien ne l'ait accompagnée. Mais personne ne croit son histoire... 



Après Aliens (1986) de James Cameron, 20th Century Fox décida de donner un nouveau chapitre à la série des Alien. Mais ils ont mis un certain temps à se décider sur le script. Il y eut de nombreux essais et hésitations pour ce scénario, et on envisagea même une invasion de la terre par les aliens. Ils choisirent alors un jeune réalisateur qui avait surtout travaillé pour la publicité, les clips et les effets spéciaux : David Fincher. Il deviendra célèbre plus tard avec Seven (1995). Le film fut tourné aux studios Pinewood à Londres, et le casting est donc essentiellement composé de seconds couteaux britanniques. 

Ce troisième film de la saga chercha à retourner à l'esprit du premier Alien (1979) : il n'y a qu'un seul monstre, mais il est indestructible et ne rate jamais ses coups. D'autre part, Fincher a voulu donner un aspect très "dark" a son film. On a ainsi le droit à une autopsie de fillette particulièrement pas sympa. De même, la colonie pénitentiaire ressemble à une vaste décharge publique. Le film se permet quelques débordements gores assez francs. Il cherche aussi à décrire minutieusement cet univers carcéral de cauchemar. Malheureusement, les nombreux détails fournis sur cette communauté restent peu convaincants, et semblent surtout ralentir le développement de l'intrigue. On sent aussi une forte influence de David Lynch, surtout de Dune, sur l'esthétique du film. Toutefois, les scènes concernant l'évolution de Ripley sont réussies, notamment grâce à l'excellente interprétation de Sigourney Weaver. Sa relation avec le médecin de la prison est aussi bien rendue, mais il s'avère qu'elle ne sert pas à grand chose dans l'histoire.

Le problème majeur de ce film est que l'alien n'est pas assez présent. Il commence à devenir un peu menaçant à partir du milieu du film, la première partie du métrage ayant servi à mettre le décor en place. Et quand l'alien se réveille, il n'est pas très énergique. Les trois premiers quarts du film sont donc surtout des bavardages dans des décors pas terribles, assez mal filmés (merci les contre-plongées...) et mal joués (les prisonniers psychopathes grimaçants...). En plus, les effets spéciaux posent problème. On a du mal à rapprocher l'alien en images de synthèse de l'alien mécanique. Ils semblent même être de tailles différentes. Heureusement, le film se réveille un peu quand les prisonniers cherchent à entraîner l'alien dans un piège. Ces scènes reposent essentiellement sur la vision subjective de l'alien galopant sur les murs. Le final est particulièrement peu convaincant, et les envoyés de la compagnie semblent arriver comme un cheveu dans la soupe (et le look des space marines de service est particulièrement raté...).

Il semble bien que le film souffre essentiellement d'un script mal conçu et mal équilibré. Ce n'est pas très bien filmé, et la médiocrité d'une bonne partie du casting n'aide pas. Surtout, l'alien ne fait pas vraiment peur dans ce film... Il semblerait que des coupes ait été effectuées par les producteurs dans ce film qu'ils jugeaient trop long. Cela pourrait expliquer les problèmes de rythme de ce film. Mais il y a tout de même quelques scènes de poursuite intéressantes et l'interprétation touchante de Sigourney Weaver qui sauvent en partie le film.
«
On s'essouffle !
Docteur Clarendon 31/07/2003
Certes le plus faible des quatres films mais qui méritent cependant mieux que 4. Les mouvements de l'alien et l'alien lui même sont vraiment beaucoup plus soignés que dans les autres opus. je pense que pour un numéro trois c'est plus qu'honorable !
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .