Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques


En juin 1999, dans Un siècle d'écrivains, sur France 3, il y eut une émission spéciale HPL : Toute marche mystérieuse vers un destin : le cas Lovecraft de Pierre Tridivic & Patrick Mario Bertrand. Un chef d'oeuvre d'esthétisme !



FIPA D'OR
décerné à l'unanimité dans la catégorie " Documentaires de créations et Essais "

SILVER SPIRE WINNER

GOLDEN GATE AWARDS SAN FRANCISCO 99
" Arts Documentaires "

PREMIOS ONDAS 99

Le site source

L'intégralité du document

Introduction

Un salaud très conventionnel et un grand artiste.

Peindre une vie, et la raconter, c'est toujours, plus ou moins, avoir affaire au sacré.

Une vie n'est racontable que depuis la mort. C'est lamort qui, en imposant une fin au récit d'une vie, permet, de décider ce qui en fait les épisodes clefs. C'est autour du cercueil que les grandes synthèses se font dans la mémoire des survivants : la collection des anecdotes s'organise en lignes de force, les épisodes décisifs sortent du fatras quotidien, les dernières paroles du mort se gravent dans les mémoires comme des devises ou des prémonitions.

La mort est une grande monteuse virtuelle.
La mort ne fait qu'un avec la révélation. Le plus grand des maux, le plus mystérieux, la mort, se retourne en agent du plus grand bien, le sens. Le mal accouchant du bien : cette ambivalence impossible et concrète est celle du sacré. Le dieu est terrible et bienveillant. La biographie, en tant que telle, est en rapport avec le sacré. L'archétype de la biographie est sans doute à rechercher du côté de la vie des saints. Et les Confessions de saint Augustin ne sont-elles pas la toute première autobiographie ? Mais ce qui est vrai du genre biographique tout entier l'est peut-être plus encore de la biographie d'artiste. Sans doute parce que l'artiste, le créateur, est, dans les sociétés laïques, la dernière figure qui recueille les miroitements du divin, la biographie d'artiste est le lieu où les échos du sacré restent perceptibles le plus nettement. C'est aussi, et dans cettemesure, le genre le plus exposé aux illusions d'optique créées par l'ambivalence du sacré. Comment l'absolu (l'ouvre) peut-il naître du relatif (l'existence), comment l'ordre (le sens) peut-il naître du chaos et de l'obscurité des choses (le monde), comment une seule et même personne peut-elle abriter un grand artiste et un salaud ?
Mais parler d'ambivalence, c'est ne rien dire. C'est nommer sans expliquer. C'est tout au plus désigner un effet d'optique à nos regards fascinés. L'idée de l'ambivalence nous berce dans la contemplation d'un mystère qui nous terrorise et nous assujettit : l'énigme d'une divinité capable du plus grand mal comme du plus grand bien. Pire : d'une divinité, l'artiste, dans laquelle l'aptitude au bien ne fait qu'un avec son aptitude au mal.
On entend dire, cela se dit, que des grands auteurs sont tous réactionnaires. Ce qui signifie, là encore, plus et autre chose que la simple juxtaposition du bon et du mauvais. Cela signifie que l'on est le résultat du mauvais.
Que Leni Riefenstahl ait été nazie rajoute, aux yeux de beaucoup, au mystère et au prestige de son ouvre. Et dispense, le plus souvent, de se demander ce que vaut l'ouvre en question. Obscurité, mystères, terreur.
Le scénario de l'ambivalence, sous des apparences d'analyse, entretient la confusion.

L'illusion à combattre, c'est celle qui fait la substance du mystère fascinant, son épaisseur ; la concaténation du bien et du mal.
Lovecraft était conservateur ou même réactionnaire. Et il était un grand artiste. Pas tout de suite. Il l'est devenu. Mais s'il l'est devenu, c'est ailleurs et autrement qu'à travers on ne sait quelle mystérieuse transmutation de ses convictions racistes et anti-démocratiques en beauté et en vérité poétique. Il est devenu un grandartiste lorsque son ouvre s'est révélée capable de contourner les constructions de l'idéologie et de refo-muler, selon ses procédures propres (romanesques, en l'occurrence) la question du monde, pour la réinstaller.

Lovecraft, l'idéologue raciste, détestait le monde dans lequel il vivait. Il croyait, il pensait, il croyait savoir que tout était plus vrai et plus beau autrefois. Et que tout changement nous éloignait de cette beauté et de cette vérité. Il détestait le changement en tant que tel, il le disait. C'est ce que signifie réactionnaire. Mais son ouvre ? Dans ce qui est peut-être son plus beau récit,
L'Affaire Charles Dexter Ward, Lovecraft l'artiste découvre qu'il n'y a pas de pureté du passé ; que le mal était là depuis toujours, dans les profondeurs de la lignée ; et que l'amour du passé ne peut produire que la plus hideuse des violences.

Ce qui fait de Lovecraft un artiste, c'est qu'il existe enlui, à côté de ses convictions (et, le cas échéant, contre elles) un point par lequel la vérité le traverse. Son travail d'artiste a été de maintenir ouvert ce pertuis par lequel une vérité, neuve pour lui et pour ses lecteurs, pouvait entrer.

Une vérité qui était plus et autre chose que la mise en fiction de sa philosophie personnelle, ou d'un savoir constitué ailleurs. La vérité qui est à l'ouvre là est un décrochage, une irruption, un événement. Elle arrive comme une surprise, comme une chose indue, intempestive, que l'ouvre, en la rendant sensible, gagne au savoir du spectateur. En lui donnant de nouvelles clefs pour habiter un monde inhabitable.

Anne-Louise Trividic
Patrick Mario Bernard
Pierre Trividic

Le making of

TOUTE MARCHE MYSTÉRIEUSE VERS UN FILM
diffusé le Mercredi 26 mai 1999 à la suite du film de "un siècle d'écrivains".

Un documentaire de 24'
Une coproduction : l'Institut National de l'Audiovisuel- Taxi Vidéo
Brousse avec la participation de France 3
Réalisé par Cati Couteau
par ordre d'apparition :

Pierre Trividic
Anne-Louise Trividic
Patrick Mario Bernard

Ce documentaire aborde la genèse du portrait biographique et littéraire de Howard Phillips Lovecraft, filmé par Patrick Mario Bernard, Pierre Trividic, écrit par Anne-Louise Trividic.

Les auteurs et réalisateurs analysent leur démarche d'élaboration de ce film au croisement des genres documentaire et fiction : enjeux, stratégies narratives.

A partir de ces entretiens, d'images du tournage, des documents et dessins préparatoires et d'extraits du film, c'est à une réflexion plus générale sur les questions du récit qu'introduit ce making of d'un genre particulier.

Réalisation de Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard

En association avec la Sept-Arte, Carré noir (RTBF, Liège), la participation du CNC, du Ministère de la Culture et de la Communication (Centre national du Livre) et la soutien de la Procirep

Une coproduction : France 3
/ Laurent Mini-Taxi Vidéo Brousse / Cati Couteau-INA

Bibliographie

Classée par ordre de préférence par Michel Houellebecq

OUVRES DE LOVECRAFT

1. Dans l'abîme du temps et La Couleur tombée du ciel (Denoël, " Présence du Futur ", ou J'ai Lu). Les " grands textes ".

2. Dagon (J'ai Lu ou Belfond). Certaines nouvelles du niveau des " grands textes ", d'autres franchement ratées. Prodigieuse variété des décors et des époques. Un recueil éclectique, bizarre, finalement très réussi.

3. Fungi de Yuggoth et autres poèmes fantastiques (N° épuisé). Les poèmes de Lovecraft sont d'une surprenante beauté, mais toute musicalité disparaît à la traduction. Heureusement, l'édition est bilingue.

4. Par-delà le mur du sommeil et Je suis d'ailleurs (Denoël, " Présence du Futur ", ou J'ai Lu). Sélection de nouvelles de qualité.

II. AUTOUR DE HOWARD PHILLIPS LOVECRAFT

1. Le Necronomicon, ouvrage collectif (J'ai Lu ou Belfond). Ce petit livre vise à semer le trouble dans les esprits. et y parvient. HPL était-il vraiment un initié ? Un ouvrage assez à part.

2. H.P. Lovecraft, Lettres 1 (Christian Bourgois). Choix de lettres sur la première partie de la vie de Lovecraft (jusqu'en 1926). Intéressant et émouvant. Belle préface de Francis Lacassin.

3. H.P. Lovecraft, le roman d'une vie, Lyon Sprague de Camp (N° épuisé). L'auteur manque de vraie sympathie pour Lovecraft, mais il fait très bien son travail. Toutes les qualités de la biographie américaine.

Une sélection très complète (ouvres de Lovecraft, continuateurs du mythe de Chtulhu) est disponible dans la collection " Bouquins " (3 tomes) chez Robert Laffont.

Maurice Lévy : Lovecraft (10/18)

Chronologie des contes

DAGON (1917), in Dagon.
LA TOMBE (1917), in Dagon.
POLARIS (1917), in Dagon.
LE BATEAU BLANC (1919), in Dagon.
LA MALÉDICTION DE SARNATH (1919), in Dagon.
PAR-DELÀ LE MUR DU SOMMEIL (1919), in Par-delà le mur du sommeil.
LE TÉMOIGNAGE DE RANDOLPH CARTER (1919), in Démons et Merveilles.
L'ARBRE (1920), in Dagon.
ARTHUR JERMYN (1920), in Je suis d'ailleurs.
LES CHATS D'ULTHAR (I920), in Dagon.
CELEPHAIS (1920), in Dagon.
DE L'AU-DELÀ (1920), in Dagon.
LE TEMPLE (1920), in Dagon.
LES AUTRES DIEUX (1921), in Dagon.
LA CITÉ SANS NOM (1921), in Je suis d'ailleurs.
JE SUIS D'AILLEURS (1921), in Je suis d'ailleurs.
LA MUSIQUE D'ERICH ZANN (1921), in Je suis d'ailleurs.
LA QUÊTE D'IRANON (1921), in Dagon.
LA TOURBIÈRE HANTÉE (1921), in Je suis d'ailleurs.
HERBERT WEST, REANIMATEUR (1922), in Dagon.
HYPNOS (1922), in Dagon.
LE MOLOSSE (1922), in Je suis d'ailleurs.
LA PEUR QUI RODE (1922) in Je suis d'ailleurs.
LE FESTIVAL (1923), in Dagon.
L'INDICIBLE (1923), in Je suis d'ailleurs.
LES RATS DANS LES MURS (1923), in Par delà le mur du sommeil.
LA MAISON MAUDITE (1924), in Je suis d'ailleurs.
HORREUR A RED HOOK (1925), in Dagon.
LUI (1925), in Dagon.
AIR FROID (1926), in Je suis d'ailleurs.
L'APPEL DE CTHULHU (1926), in Dans l'abîme du temps.
LA CLÉ D'ARGENT (1926), in Démons et Merveilles.
L'ÉTRANGE MAISON HAUTE DANS LA BRUME (1926), in Dagon.
LE MODÈLE DE PICKMAN (1926), in Je suis d'ailleurs.
LA COULEUR TOMBÉE DU CIEL (1927), in La couleur tombée du ciel.
L'ABOMINATION DE DUNWICH (1928), in La couleur tombée du ciel.
L'AFFAIRE CHARLES DEXTER WARD (1928), in Par-delà le mur du sommeil.
CELUI QUI CHUCHOTAIT DANS LES TÉNÈBRES (1930), in La couleur tombée du ciel.
LE CAUCHEMAR D'INNSMOUTH (1931), in La couleur tombée du ciel.
LES MONTAGNES HALLUCINÉES (1931), in Dans l'abîme du temps.
A TRAVERS LES PORTES DE LA CLÉ D'ARGENT (1932), in Démons et Merveilles.
LA MAISON DE LA SORCIÈRE (1932), in Dans l'abîme du temps.
LE MONSTRE SUR LE SEUIL (1933), in Par delà le mur du sommeil.
DANS L'ABIME DU TEMPS (1934), in Dans l'abîme du temps.
CELUI QUI HANTAIT LES TENÈBRES (1935), in Par-delà le mur du sommeil.
LE CLERGYMAN MAUDIT (1937), in Dagon.
A LA RECHERCHE DE KADATH (in Démons et Merveilles), vraisemblablement composé au cours des années 20.

Cette liste se veut sélective : on n'y trouvera que les titres des ouvrages les plus importants ou les plus récents sur notre auteur. Pour une bibliographie plus complète, on consultera utilement le travail remarquable de Jacques Van Herp, Pierre Versins et François Truffaud dans le Cahier de l'Herne consacré à Lovecraft paru en 1969, pp. 359-79.

On pourra également consulter :

Joseph Payne Brennan, H. P. Lovecraft : a Bib1iography, Washington (Biblio Press), 1952, 14 p. et George T. Wetzel (éd.), Memoirs, Critiques and Bibliographies, New York (SSR Publications), 1955, 83 p.

I. ANTHOLOGlES AMÉRICAINES

The Outsider and Others, edited by August Derleth and Donald Wandrei, Sauk City (Arkham House), 1939, 553 p.
Beyond the Wall of Sleep, edited by August Derleth and Donald Wandrei, Sauk City (Arkham House), 1943,XXIV, 459 p.

Ces deux premiers recueils, aujourd'hui rarissimes, regroupaient déjà, dans leur quasi- totalité, les contes de Lovecraft. August Derleth les reédita il y a quelques années en redistribuant leur contenu dans plusieurs volumes :

Dreams and Fancies, Sauk City (Arkham House) ; 1962, 174 p.
Collected Poems, Sauk City (Arkham House), 1963, 134 p.
The Dunwich Horror and Others, Sauk City (Arkham House), 1963, xx-421 p.
At the Mountains of Madness, Sauk City (Arkham House), 1964, IX 432 p.
Dagon and Other Macabre Tales, Sauk City (Arkham House), 1965, IX 412 p.

II. TRADUCTIONS FRANÇAISES

Dans I'Abîme du Temps, Paris (Denoël), 1954.
La Couleur Tombée du Ciel, Paris (Denoël), 1954.
Je suis d'Ailleurs, Paris (Denoël), 1956.
Démons et Merveilles, Paris (10/18), 1955.
Dagon, Paris (P. Belfond), 1969.

III. AUTRES ÉCRlTS DE LOVECRAFT

Supernatural Horror in Literature, edited by August Derleth, New York (Ben Abramson), 1945, 106 p.

Édition française :

Épouvante et Surnaturel en Littérature, traduit de l'anglais par Bernard Da Costa, Paris (10/18), I969.
Selected Letters : I (1911-1924), edited by August Derleth and Donald Wandrei, Sauk City (Arkham House), 1965, XVIII 362 p.
Selected Letters : II (1925-1929), edited by August Derleth and Donald Wandrei, Sauk City (Arkham House), 1968, XXIV-359 p.
Selected Letters : III, I V (et V ?), en préparation. La mort récente de Derleth, dont la nouvelle nous parvient au moment de mettre sous presse, va sans doute retarder - si elle ne la compromet pas définitivement - la publication de ces lettres.

IV. ÉTUDES CRITIQUES

Marginalia, collected by August Derleth and Donald Wandrei, Sauk City (Arkham House), 1944, 377 p.
Something about Cats and Other Pieces, collected by August Derleth, Sauk City (Arkham House), 1949, 309 p.

Ces deux volumes contiennent des récits écrits par Lovecraft en collaboration avec certains de ses amis ou correspondants, des essais originaux et des études critiques et souvenirs de la plume de ceux qui l'ont connu. On retrouve certains de ces articles dans :

The Shuttered Room and Other Pieces, edited by August Derleth, Sauk City (Arkham House), 1959, 313 p.
The Dark Brotherhood and Other Pieces, edited by August Derleth, Sauk City (Arkham House), 1966, X 321 p. Il faut aussi mentionner le numéro spécial de la revue Fresco, consacré à Lovecraft :

The Howard Phillips Lorecraft Symposium, edited by Steven Eisner, The University of Detroit Quarterly, Spring 1958 qui comporte divers articles et souvenirs sur l'auteur.

Sur la biographie de Lovecraft, on pourra consulter

August Derleth, H.P.L. : a Memoir, New -York (Ben Abramson), 1945, 122 p.

James Warren Thomas, Howard Phillips Lovecraft a self-portrait, thèse non publiée, Brown University, Providence, 1950, 181 p.

August Derleth, Some Notes on H.P. Lovecraft, Sauk City (Arkham House), 1959, 42 p.

Autobiography : 50me Notes on a Nonentity, edited by August Derleth, Sauk City (Arkham House), 1963, 17 p.

Citons enfin l'analyse très critique des contes de Lovecraft par Edmund Wilson, " Tales of the Marvellous and the Ridiculous ", parue dans The New Yorker du 24 novembre 1945 et reproduite dans Classics and Commercials, New York (Vintage Books), 1962, pp. 286-90.

Du côté français, il faut citer :

Claude Ernout, " Lovecraft, ou le Mythe en Révolution ", Les Lettres Nouvelles, XXI (1954), pp. 664-71.Michel Deutsch, " Lovecraft ou la Mythologie ", Esprit, IX (1957), pp. 256-66.

Jacques Bergier, " Lovecraft, ce grand génie venu d'ailleurs ", planète, T (1961), pp. 43-6.

Enfin, le Cahier de 1'Herne consacré à Lovecraft, Paris (1969), 379 p., rassemble de nombreuses études traduites de l'américain, des articles originaux de François Truchaud, Pierre Versins, Gérard Klein, Claude Ertal, Michel Le Bris, Francis Lacassin, Hubert Juin, Jacques Sadoul, Napoléon Murat, Yves Rivière, François Kienzle, Thomas Owen, George Keller, Jacques Van Herp, Yak Rivais, Marcel Béalu, Michel Caen, ainsi que de nombreux documents très précieux. C'est certainement l'ouvrage français le plus complet et le plus utile sur Lovecraft.

V. ÉTUDES SUR LE FANTASTIQUE

Pierre G. Castex, Le Conte fantastique en France de Nodier à Maupassant, Paris (Corti), 1951, 466 p.
Roger Caillois, " Préface ", Anthologie du Fantastique, Paris (Le Club Français du Livre), 1958, pp. 3-12.
Roger Caillois, " L'Image fantastique ", Images, Images.., Paris (Corti), 1966, pp. 13-59.
Peter Penzoldt, Tke Supernatural in Fiction, New York (Humanities Press), 1965, XII 271 p.
Dorothy Scarborough, The Supernatural in Modern Fiction, New York & London (Putnam's Sons), VII-329 p.
Marcel Schneider, La Littérature fantastique en France, Paris (Fayard), 1964, 425 p.
Tzvetan Todorov, Introduction à la Littérature Fantastique, Paris (Seuil), 1970, 189 p.
Louis Vax, " L'Art de Faire Peur ", Critique, CL, CLI (1959), pp. 915-42 et 1026-48.
Louis Vax, L'Art et la Littérature fantastiques, Paris (P.U.F.), 1960, 125 p.
Louis Vax, La Séduction de l'Étrange, Élude sur la Littérature Fantastique, Paris (P.U.F.), 1965, 313 p.
«
Lovecraftien
Vonv 28/07/2012
Pas grand chose à ajouter à DeMarigny: un superbe reportage-récit original et vraiment imprégné de Lovecraft !
Oui mais où
yogaman 16/03/2006
C'est un film limite culte! Un vrai chef-d'oeuvre de création
Mais, encore faudrait-il savoir où le trouver.
France3 ne semble pas avoir pris la peine de le sortir en DVD...
Quelqu'un a une piste?
Mythique !
demarigny 21/01/2004
La vie de HPL racontée comme une de ses nouvelles, avec une forte ambiance : glauque, prenante, presque étouffante.
C'est une véritable immersion dans la vie de l'auteur, bien que l'oeuvre elle-même ne soit qu'effleurée.

Les fondus et enchaînements mêlent documentaires médicaux, botaniques, vie de tous les jours en noir et blanc : on se retrouve projeté dans l'époque avec une sensation de mystères cachés jamais dévoilés.
On se croirait dans un rêve, ou tout n'est que suggestion et hypnotisme, et on a peine à croire que l'on est resté presque une heure devant son poste tellement on est entraîné dedans.

Je ne peux que vous conseiller de le regarder tellement ce documentaire est bien réalisé !
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .