Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques
Ce dossier présente une collection d'informations destinées à aider un Maître de Jeu dans le cadre d'une partie ayant lieu à Chicago dans les années 20 et où la pègre aurait un rôle à jouer. Elle pourra être utilisée avec profit notamment pour jouer le scénario Peekaboo

Installation des gangs
Depuis le début du siècle et pendant environ une décennie, il serait illusoire de chercher à Chicago les symptômes d'un quelconque « empire du vice ». En fait les entorses aux bonnes moeurs ont encore un charme désuet qui fleure bon le siècle précédent. Les conversations d'alors sont surtout alimentées par l'Everleight Club. Il s'agit d'un « temple d'amour » ouvert par deux soeurs, Minna et Ada Lester au 2131-2133 South Dearbon Street. Inauguré le ler Février 1900, il fonctionnera pendant onze ans et ses fondatrices passeront à la postérité sous le nom d' »Everleight Sisters ».

Les choses vont rapidement changer avec le bouleversement démographique des années 1910-1920, qui verront l'arrivée d'un nombre spectaculaire d'immigrants italiens. En ce qui concerne Chicago, la population noire de la ville augmentera de près de 400%, réserve de suffrages que certains politiciens peu scrupuleux sauront utiliser pour leur plus grand profit.
Ces années verront la création et la croissance d'organisations criminelles telle « l'Unione Siciliana ». A cette époque, le parrain d'une puissante dynastie italienne, Big Jim Colossimo, s'installe dans le milieu du jeu et de la prostitution.
En 1911, l'émergence d'une vague de puritanisme (Blue Noses), va modifier le paysage criminel, provoquant la fermeture de l'Everleight Club et la déchéance de Red Light District, le quartier chaud où Colossimo régnait alors. Celui-ci, en 1914, installera son nouveau quartier général au 2128 South Wabash Avenue, où il ouvrira un luxueux casino qui a la réputation d'être « le plus grandiose établissement de nuit jamais vu à Chicago ». Ce palais s'appelle: « Colossimo's ». Mais Big Jim Colossimo n'est pas seul et il a du mal à accepter la pression de l'Unione Siciliana. Il s'adjoint donc les services d'une nouvelle organisation, le syndicate, créée par Johnny Torrio dit « Little Johnny », lequel amène avec lui son lieutenant, un certain Alphonso Capone.

Le 17 Janvier 1920, l'amendement Volstead est adopté. En déclarant la prohibition, il ouvre une nouvelle perspective au crime organisé. A condition toutefois que certaines mentalités changent. Dans l'après-midi du 11 Mai 1920, quelques coup de revolver mettent un terme à la vie bien remplie de Big Jim Colossimo. L'action se situe devant son quartier général... Big Jim aura droit à des funérailles grandioses, accompagné à sa dernière demeure par des milliers de personnes parmi lesquelles se trouvait peut-être son assassin, un des tueurs à la solde de Torrio...
Au cours des années qui vont suivre, 1922-1923, Torrio va « hériter u des territoires de Colossimo dans le south side, puis va étendre son influence vers le centre où il met en place in important réseau clandestin chargé d'écouler la bière désormais interdite.
Le « Marché » créé, organisé et développé, il devient rapidement évident qu'il faut le partager. Comme les grands de ce monde, les principaux chefs de gang vont se rencontrer et découper la ville comme un gigantesque gâteau. Ce traité d'un genre un peu particulier sera « signé » en 1924. Le partage a lieu au cinquième étage d'une résidence de luxe, le Lexington Hotel. Il se fait dans le calme et avec beaucoup de minutie. Sont présents:
Torrio et Capone qui se réservent La Boucle, le quartier d'affaires du centre. Ils partagent le West Side (où se trouvent leurs distilleries) avec Frankie Lake et Terry Druggan. Ils partagent également le South Side avec les gangs de Danny Santon, Joe Polack, Ralph Sheldum, Franck MacErlane et Saltis.

O'Donnel et Klondike mettent la main sur le North West Side. Dion O'Bannion et Bugs Moran régneront sur le North Side (North Side Gang).
On peut remarquer que déjà certains chefs de gang avaient été tenus à l'écart de cette réunion « historique », leur présence n'étant sans doute pas désirée.
On peut surtout voir l'importance prise par le « syndicate » de Torrio et Capone. A la grandeur de son territoire doit correspondre la capacité de le « défendre ». C'est chose faite avec l'arrivée dans les rangs du syndicate de Jack Mac Gurn, surnommé « Machine Gun Jack », célèbre tireur d'élite qui deviendra le capitaine des hommes de mains du gang (« torpedoes »).
Les troupes sont prêtes et le territoire marqué, maintenant peut venir le temps de la guerre... c'est chose faite dès la même année 1924 ! Les principaux fournisseurs de bière du syndicate, les frères Genna et Aiello, tous membre le l'Unione Siciliana, empiètent quelque peu sur le territoire de O'Bannion dans le North Side. Le « tigre irlandais » répond immédiatement en envoyant ses gun men intercepter les camions d'alcool des Genna.
Le 8 Novembre 1924, Michael Merlo, parrain de l'Unione Siciliana, décède de mort naturelle. Ils seront suffisamment peu nombreux dans ce cas pour que cela mérite d'être signalé. C'est Angelo Genna qui lui succède et hérite de son « fief ». Dès le surlendemain, c'est au tour de O'Bannion de succomber, cette fois sous les balles des frères Genna. Ce « règlement de comptes » passe pour être un épisode d'une rivalité vieille de trois ans entre l'Unione Siciliana et les gangs irlandais (voir plus bas).

Le North Side se partagera entre Bugs Moran et le lieutenant du défunt O'Bannion, Hymie Weiss.
Il y a désormais trois grandes puissances dont l'ombre s'étend sur Chicago: l'Unione Siciliana (Angelo Genna), le North Side Gang (Weiss et Moran) et le Syndicate (Torrio et Capone).
Leurs rapports ne cesseront de tourner à l'aigre, voire à la fusillade. L'initiative revient au N.S.G. qui ne cache ni son jeu ni son ambition en tentant d'abattre Torrio le 24 janvier 1925. Celui-ci, grièvement blessé, échappera à la mort. Et pendant la longue convalescence qu'il passera au Jackson Park Hospital, son fidèle lieutenant, Al Capone, tout en veillant son chef, pourra tout à loisir mettre la main sur l' »héritage ». Quelques mois après l'attentat, Torrio se retire discrètement des affaires et va couler des jours paisibles à New York où il décédera en 1957.
Al Capone change alors ses positions. Il déménage son quartier général sur les rives du lac Michigan au Metropole Hotel (2300 South Michigan Avenue) qu'il transforme en véritable forteresse. Il dispose pour ce faire de 750 torpedoes! et son ascension ne va plus s'arrêter.
Pendant ce temps la guerre continue entre les gangs rivaux.
Le 25 mai 1925, Angelo « bloody » Genna tombe sous les balles de quelque envieux. Ses grandioses funérailles en annoncent d'autres et notamment celles de deux de ses frères, « Devil Mike » et « Dandy Tony ». Les trois derniers frères Genna préféreront eux se retirer discrètement de la scène... qui les en blâmerait?

Après la mort d'Angelo Genna, le grand conseil de l'Unione Siciliana place un de ses lieutenant, Sam Samoots Amatuna, à la tête de son empire. C'est encore un trop grand rival pour Al Capone et il finit ses jours en Novembre 1925 sous les balles de tueurs demeurés « inconnus ». Son règne n'aura duré qu'un peu plus de cinq mois!
Pour lui succéder à la tête de l'U.S. un certain Antonio Lombardo sera désigné à l'unanimité. « Tony », comme on l'appelle, a pour lui une qualité et une assurance, c'est un ami d'Al Capone. Il occupera donc son poste pendant trois ans malgré toutes les convoitises que cela suppose. Toujours est-il que pendant ce laps de temps, Al Capone n'aura plus personne en face de lui pour l'empêcher de devenir « le roi de la pègre ».
Le maître de jeu pourra donc s'inspirer de ces quelques « événements » et lieux pour donner un caractère plus réaliste à son décor. Il aura à coeur également de faire ressortir les us et coutumes de l'époque et du milieu.
Il est par exemple intéressant de bien sentir la relation étroite qui peut exister entre la pègre et les milieux politiciens.
Ces liens sont la plupart du temps des relations « classiques »:
- Big Jim Colossimo s'était allié à deux politiciens, Michel Hinky et John Coughlin, pour veiller sur son fief et éviter de trop nombreuses descentes de police.
- Johnny Torrio, lui, contribua de façon importante à la campagne de Hale Thompson ce qui lui procura un appui massif de la municipalité.
Mais la connexion crime-politique est parfois plus fondamentale et directement fructueuse.
- Entre 1910 et 1920, la population noire de Chicago avait fortement augmenté, ce qui avait placé le « défenseur de ses droits », Hale Thompson, en bonne position. Cela ne lui suffisait pas. Après une campagne intensive de propagande dans la presse de W. Hearst, Thompson est élu maire de Chicago en 1915. Il déclare alors que Chicago est devenue « ville ouverte aux joueurs de tout poil ».

L'année suivante, un certain James Pugh met en place un réseau de machines à sous, sous couvert d'un groupe appelé Sportsmen's Club. James Pugh avait été l'année précédente directeur de la campagne électorale de Hale Thompson...
Les « contacts » entre les deux sphères d'activité ont parfois des conséquences à long terme, voire définitives.
Par exemple, en 1921, Anthony Andréa, le président de l'Unione Siciliana décide de s'attaquer à Powers, un vieux boss irlandais du 19ème arrondissement. Le jour des élections voit la victoire du candidat soutenu par Powers. Trois mois plus tard, Andréa est liquidé...
Ceci dit, même à Chicago, les meilleures choses ont une fin et le 3 avril 1923 Thompson cède la mairie à William Devers. C'est la fin du règne du « maire le plus corrompu de toute l'histoire des U.S.A. ».
Dès lors, rien ne va plus pour les gangsters qui perdent effectivement toute influence sur la municipalité, et donc sur la police. Ce qui n'est pas rien quand on sait que les frères Genna par exemple ont eu à leurs ordres 400 policiers et 5 de leurs capitaines, le tout il est vrai pour la modique somme de 350 000 $ par mois environ...
Un autre aspect à souligner est la mise en place des règlements de comptes et autres exécutions. Ces scènes hautes en couleurs de la vie et de la mort de nos semblables se passent généralement dans les lieux habituels de la vie quotidienne plus que dans des repaires ou cachettes diverses. Le Modus Operandi est souvent spectaculaire et de nature à inspirer l'industrie alors naissante du cinéma. Ainsi Jim Colossimo est abattu devant le palace qui porte son nom. Devil Mike Genna, le frère d'Angelo, trouve une triste fin en pleine rue après une fusillade nourrie contre les irlandais du North Side Gang. Le troisième frère Genna sera descendu alors qu'il faisait les boutiques de Grant Avenue. Sam Amatuna, pour sa part, rencontrera son destin chez son coiffeur...

Mais surtout on peut s'inspirer de la scène suivante, chef d'oeuvre d'imagination perverse et d'humour noir:
Le 8 novembre 1924, nous l'avons vu, Mike Merlo décède « naturellement ». Angelo Genna lui succédera. Le lendemain, un des frères Genna téléphone à O'Bannion, leur principal adversaire, pour lui commander une couronne de fleurs à l'intention du défunt. On imagine sans peine le plaisir avec lequel O'Bannion a dû s'acquitter de cette commande.
Le 10 novembre, alors que les funérailles de Merlo se préparent, une grosse limousine
bleue s'arrête devant l'atelier d'O'Bannion (la boutique de fleurs servait en effet de façade à son quartier général) et trois hommes y font irruption. Six coups de feu claquent et O'Bannion s'effondre au milieu de sa splendide composition florale. Les frères Genna n'ont plus qu'à quitter les lieux...

Il est possible que des personnages-joueurs soient amenés à rencontrer un des personnages tout à fait réels ceux-là dont il a été question plus haut. Dans ce cas n'oubliez pas qu'ils restent avant tout des hommes qui ne craignent pas les contacts personnels et qui n'ont pas grand chose à voir avec le « méchant » du cinéma.
Par exemple, John Torrio dit « Little Johnny » mesurait 1m65 pour 63 kg. Il s'habillait de manière classique avec des vêtements de coupe impeccable, gris la plupart du temps. Il était toujours soigneusement boutonné et cravaté et ses chaussures brillaient paraît-il comme un miroir. Il ressemblait certainement plus à un petit comptable qu'à la vision terrible que l'on pourrait avoir du créateur et maître du puissant syndicate. D'ailleurs il menait au dire de sa femme une vie familiale exemplaire, logeant dans un simple appartement, se régalant de cuisine italienne et de musique d'opéra.

Alphonso Capone lui, est un patriote de poids: 1m80 pour 86 kg. Son style est pour le moins ostentatoire et son feutre blanc à large bord est devenu célèbre. Il porte des costumes à 200 $ et des chemises en soie de couleurs flamboyantes, accompagnées de cravates plus criardes encore. Il affectionne les chaussures à deux tons, fabriquées sur mesures et accompagnées de chaussettes violettes. Il est très soigneux de sa personne, toujours impeccablement coiffé, brillantiné et rasé de près, sauf en période de funérailles bien entendu! Il dissimule ses cicatrices sous des fards et des poudres, porte souvent un oeillet à la boutonnière et se parfume parfois, toujours au muguet.. Pour parachever sa description, précisons encore qu'il porte entre autres bagues un diamant de 12 carats et fume d'énormes cigares.
Pour le reste, c'est un homme calme et courtois, qui ne s'emporte ni ne jure jamais et qui aime à raconter des histoires drôles. C'est par ailleurs incontestablement le citoyen le plus populaire de Chicago grâce aux oeuvres de charité, soupes populaires et autres qu'il dote généreusement. Son sens de l'hospitalité est connu de tous, c'est également un grand cuisinier. Terminons pour être complet en mentionnant sa passion pour les femmes et les jeux.
Sam Samoots Amatuna est un tueur professionnel. Très soigné de sa personne, c'est un conservateur très attaché aux valeurs traditionnelles. Il présente la particularité de n'utiliser que des balles Dum-Dum ou explosives qu'il frotte avec de l'ail pour « empoisonner le corps de ses victimes »!!!

Quant à Machine Gun Jack Mac Gurn, il est le fils d'un pauvre immigré italien et l'aîné d'une famille de six enfants. Il s'adonne très jeune à la boxe où après quelques victoires un bel avenir lui semble promis. Son père, petit épicier, s'était spécialisé dans la fourniture du sucre nécessaire à la fabrication de l'alcool. C'était un gros fournisseur des frères Genna. Il fut assassiné dans sa boutique en janvier 1923. Jack, âgé de 19 ans à l'époque, abandonne les gants de boxe pour la mitraillette afin de le venger et de sauvegarder « l'honneur de la famille ». Il commence alors sa carrière de tueur. C'est un homme d'un sang froid absolu, cynique, provocateur et peu loquace. En 1924 il entre au service du syndicate où il devient vite le « chef mitrailleur » avec sous ses ordres pas moins de 750 « torpedoes ».


Mini-campagne à développer: La Fin du Clan Genna


Angelo


Nous sommes le 25 mai 1925.
Ces derniers temps, Angelo Genna voit sa place de président de l'Unione Siciliana convoitée par Al Capone et sa personne menacée par Hymie Weiss, le successeur de O'Bannion.
Traqué, il se retranche dans une de ses installations clandestines il embauche des hommes de main inconnus des gangs pour venir en aide à son ami. Les joueurs, c'est d'eux qu'il s'agit, vont pouvoir grâce à leur anonymat pénétrer sans encombre dans le repaire de Genna et, de là, l'escorter vers l'extérieur puis vers une autre de ses planques.

Mais...
Un des tueurs de Capone (Fred) va suivre Genna en voiture pour le liquider dans un endroit moins fréquenté. Pour parer à toute éventualité, Fred est accompagné de 4 gun-men.
Dans le même temps, un tueur à la solde de Weiss (Kansky) doit écarter ou éliminer Fred et ses accompagnateurs. Il dispose pour ce faire de trois hommes de main. Après quoi, une voiture de police à sa solde ira « vérifier l'identité » des gardes du corps de Genna. Il ne restera plus à Kansky qu'à enlever celui-ci.
Malheureusement pour Weiss, il a sous-estimé les forces de Capone.

et...
Les joueurs dégustent un alcool à la terrasse (le café du parc est un speakeasy/distillerie clandestine qui appartient aux frères Genna) quand la fusillade éclate. Elle est d'une confusion absolue. Les hommes de Kansky ouvrent le feu sur ceux de Fred, qui croient à une sortie et tirent, entre autres, en direction du café.
Les personnages joueurs, de l'intérieur du café où ils se seront sans aucun doute réfugiés, ne pourront faire autrement que croire à un assaut et riposter en conséquence. Ils seront en cela aidés par Angelo Genna et le barman, un certain Sam.
Kansky pour sa part, sera surpris par la résistance du groupe Fred... et s'énervera au point de tirer sur tout ce qui bouge, oubliant le plan initial.
Après quelques instants de fusillade, arrive une voiture de patrouille de la police. La police ne tire exclusivement que sur une bande (celle de Capone).

Finalement...
Il y a peu de solutions pour quitter cet enfer. Il faut tenter une sortie, ce que demandera Angelo. Si un groupe de personnages joueurs arrive à quitter le café et à prendre une voiture, une poursuite s'engagera alors. Ils seront pourchassés par les gangs (ou ce qu'il en reste) et par la voiture de police qui appellera des renforts. Il ne reste plus au chauffeur qu'à montrer son talent.
Nota: Le 25 mai 1925, Angelo Genna tombe sous les balles de ses agresseurs pendant la fusillade de Webester Park.

à moins que...
Si les joueurs ne parviennent pas à quitter l'établissement, ils finiront par se rendre compte que les différents protagonistes quittent le terrain. Finalement, ils restent seuls face à... la police. Si celle-ci a subi des pertes pendant la bagarre, les explications vont être houleuses.
Les joueurs et Sam seront emmenés dans une voiture de police. Il n'est pas besoin de connaître bien la géographie pour savoir que le commissariat central du Sunway où on les emmène est situé à la frontière du territoire tenu par le North Side gang, donc par Weiss.

Hélas...
Ce commissariat est dirigé par un certain Lunderwolf, qui se révèle apparenté au bras droit de Hymie Weiss.
Les personnages subiront un interrogatoire musclé. Puis un avocat viendra payer leur caution en se réclamant de « qui vous savez ». Si les joueurs n'ont pas trouvé d'autre solution entre temps, il les emmènera dans sa voiture... vers un coin tranquille où les attendent quelques tueurs. Les possibilités de sortir du traquenard, là encore, ne sont pas nombreuses. Il faut avoir fait venir un avocat avant celui de Weiss (mais comment l'appeler?) ou réussir à s'échapper pendant le transfert en voiture en sautant par la portière par exemple... mais croyez-vous que se soit si simple...?

L'ensemble doit avoir pour effet de faire vivre un baptême du feu à des personnages ayant eu une raison de s'introduire dans un gang. Les survivants peuvent maintenant se demander si c'était une bonne raison, les autres alimentent la rubrique nécrologique du lendemain.

Mike


Prologue
26 mai 1925: Les événements de la veille font la « une » de la presse locale.
27 mai: Funérailles d'Angelo Genna. Le jeune frère d'Angelo rumine sa vengeance et le déclare ouvertement à la radio.
Jusqu'au l0 juin, Mike Genna cherchera à regrouper les troupes de feu son frère. Certains prétendent qu'il aurait l'appui d'Amatuna...
Smith & Wesson est une entreprise spécialisée dans le domaine de l'armement (fabrication-commercialisation) dont le siège se situe à Chicago (Illinois). Elle appartient à trois particuliers: Brian Smouth, Karl Pazeotti, Alphonso Capone.
Angelo Genna avait ourdi un plan pour s'assurer la prise en main de Smith & Wesson. Il comptait apporter une aide décisive à une grève avec occupation des ateliers afin de paralyser la production et de mettre l'existence même de l'entreprise en danger. Après quoi, de racheter à bas prix des actions aux propriétaires menacés de faillite.
Après la mort d'Angelo, son frère Mike va reprendre le plan à son compte.

Action
Le 12 juin au soir se tient une réunion dans un hangar du quartier des docks.
Un accord y est conclu.
En échange de la protection physique des hommes de Genna, le Workmen's syndicate s'engage à occuper dès le lendemain les locaux de S&W pour bloquer la production.
Lorsque Genna aura pris possession de l'entreprise après s'être arrangé avec les actionnaires en difficulté, il s'engage à verser 18% des recettes de l'entreprise pendant 5 mois au Workmen's syndicate. Mike ordonnera à certains (joueurs) d'escorter les représentants syndicaux hors de la zone des docks. Il leur donnera consigne de revenir ensuite pour participer aux expéditions qu'il organise cette nuit. Les personnages auront peu de temps pour faire connaissance des 4 syndicalistes.

D'abord...
Les joueurs reviennent avec le gros de la troupe qui se met alors en marche. En voiture, ils vont se lancer dans une série de raids sur différents entrepôts clandestins, speakeasies et autres tripots. Le motif va du refus de se soumettre à la « protection » du gang jusqu'au fait de s'approvisionner chez des concurrents. Le but de ces agressions est de tenir en haleine les troupes de Capone afin de détourner son attention de la grève de Smith & Wesson. L'action est spectaculaire et violente: mise à sac des lieux, bombes incendiaires, mitraillage en règle, etc... Elle n'est pas sans danger: on peut tomber au coin d'une rue sur un policier, une patrouille de police, un barrage de police... ou une limousine de Capone. Les chances de rencontre augmentent à chaque nouvelle action.

Le lendemain...
Au petit jour, alors qu'ils sont rentrés chez eux, les joueurs reçoivent un appel de Mike. Il faut aller voir ce qui se passe du côté de l'hôtel d'un des syndicalistes, ça grouille de policiers par là. A l'hôtel Costering, ils pourront peut-être apprendre comment une des personnes qu'ils ont laissées en bonne santé la veille gît maintenant dans une mare de sang au milieu de sa chambre. A défaut de l'apprendre, ils auront peut-être du mal à répondre à d'éventuelles questions des policiers: « vous êtes donc les derniers à l'avoir vu vivant...? »
Au fait ce sont des policiers du commissariat de Sunway, de vieilles connaissances peut-être?

Puis...
Deux des autres syndicalistes ont compris l'avertissement et ont quitté la ville. Il n'en reste plus qu'un qu'il faut donc protéger à tout prix. Il est vital qu'il arrive vivant pour négocier avec les patrons de S&W à 12h. Pas de problème pour nos joueurs qui l'amènent à l'heure dite. La confrontation avec les patrons est houleuse, au milieu d'une foule de grévistes venus avec leur famille pour occuper l'usine. A 12h 30 les négociations sont rompues, et vers 13h, la police aidée par une milice privée charge l'attroupement à coups de matraques, chiens policiers ... armes à feu!

Donc...
Les ouvriers se retranchent dans les locaux où ils résistent aux « forces de l'ordre ». La situation tourne au siège en règle et les personnages joueurs devront utiliser toutes leurs compétences pour organiser une défense efficace. A moins qu'il, préfèrent s'éclipser, mais Sam Power, le syndicaliste qu'ils doivent protéger, veut rester dans l'usine occupée.

De toutes façons...
Le siège est intenable si des renforts n'arrivent pas. Y a-t-il des volontaires pour aller en chercher? Les personnages devront traverser le quartier où grouillent les policiers, la milice à la solde des patrons, les hommes de Capone, et peut-être même quelques-uns de Weiss qui attendent leur heure. Finalement Mike Genna sera contacté et viendra sur les lieux. Mal lui en prend, sa voiture étant interceptée par les hommes de Weiss et copieusement mitraillée. Les joueurs l'accompagnaient-ils pendant son dernier voyage? Étaient-ils encore retranchés dans l'usine, sur le point d'être arrêtés? Ou bien évaporés dans la nature comme le reste du gang Genna?
«
Lecture sur Capone et Chicago
Surahki 13/08/2013
Un conseil de lecture supplémentaire pour ceux que le cadre de Chicago, de la pègre et de la lutte contre Capone intéresse :
Chicago-Ballade, par Hans Magnus Enzensberger, (Editions Allia)
Untouchables ?
Olivier 09/08/2007
Il existe une version française, sortie aux éditions Fleuve Noir. Celle-ci compile les trois bouquins édités dans les années 60 : "Les incorruptibles", "Quatre contre la pègre" (tous deux signés Ness & Fraley), ainsi que "Le dernier des incorruptibles" de Paul Robsky & Oscar Fraley.

A propos d'Eliot Ness, je conseillerais également la lecture de "Ça sent la rousse" et "La Mafia ne passera pas" de Max Allan Collins (Série Noire-Gallimard), même si le contexte est postérieur à la carrière chicagoan de Ness.

Quant à dire que Ness a minimisé son rôle et édulcoré l'histoire dans son autobiographie, j'aurais tendance à penser le contraire. C'est le colonel Frank Knox, directeur du Daily News de Chicago, qui est à l'origine de sa nomination à la tête du groupe d'agents de la prohibition à Chicago. Le surnom "untouchables" est une invention de journaliste, et Ness n'avait en tête que de faire la Une des journaux, allant jusqu'à convoquer les journalistes lors de pseudo-opérations coup de poing (une technique médiatique qui a fait du chemin depuis...).

Bref, notre "héros" à plus frappé les esprits que les trafiquants... Notons pour finir qu'il n'est pas à l'origine de la chute de Capone dont le mérite revient bêtement aux agents du fisc.

Pour en savoir plus, jetez-vous sur l'excellent "Al Capone" de John Kobler (Robert Laffont).
Eliot Ness
Koudou 18/05/2007
A ce sujet je vous conseille la lecture du livre :

The untouchables écrit par Eliot Ness et Oscar Fraley

J'en ai trouvé une vieille édition (1969) de Bailey bros & Swinfen. Je ne sais pas si c'est sorti en français mais la lecture est passionnante.

C'est à la fois plus réaliste et plus "terre à terre " que ce que l'on en voit au cinéma. C'est même à se demander si Ness n'a pas minimisé son rôle et édulcoré l'histoire.

En tout cas le livre montre bien le jeu du chat et de la souris entre flics et bandits.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .