Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

L'Opus Dei est une conspiration européenne particulièrement active en Espagne et en Italie. Poursuivant la tradition mystique des jésuites, le créateur de l'Opus Dei a souhaité donner vie à un ordre catholique officiel.



L'Opus Dei est une conspiration européenne particulièrement active en Espagne et en Italie. Poursuivant la tradition mystique des jésuites, le créateur de l'Opus Dei a souhaité donner vie à un ordre catholique officiel qui lui permettrait de fanatiser les foules. Il créa ainsi une secte catholique dont la doctrine particulièrement rigoureuse séduit les puissants. Mais le pouvoir temporel n'est pas l'objectif principal de cet ordre religieux. A l'origine, cette conspiration avait pour objectif de faire disparaître les traces de l'existence des Grands Anciens. Jugé dangereux pour la conscience collective comme pour la foi chrétienne, l'Opus Dei entreprenait son oeuvre de destruction des grimoires du mythe. Aujourd'hui, l'Opus Dei a été corrompue par le mal que l'organisation combattait jadis. Si l'ordre religieux cherche toujours à s'accaparer les sources de puissances magiques, on est aujourd'hui bien loin de la mission de salut publique des premiers temps. Dirigé par quatre individus aux motivations douteuses, l'Opus Dei est devenu le jouet de leurs ambitions.

Cette nouvelle conspiration pour Delta Green permet à des joueurs européens d'intégrer dans leur campagne les préoccupations politiques, religieuses et historiques propres au vieux continent. Reprenant les éléments qui font la qualité d'organisations comme la Karotechia ou la Destinée, l'Opus Dei se veut riche en “pistes” directement exploitables par des gardiens des arcanes inventifs.

L'opus Dei

En quelques années l'Opus Dei est devenu un ordre incontournable de l'Eglise catholique. La montée en puissance de la " mafia blanche " comme on a coutume de l'appeler est un phénomène mondial. La " pieuvre " est généralement vue comme un ordre religieux extrémiste s'arrogeant une main mise inquiétante sur le pouvoir temporel. L'humanité aura bientôt à se rendre compte que l'Opus Dei est bien plus qu'une simple conspiration... L'organisation porte en elle le germe de la fin des temps, le retour des Grands Anciens et du chaos.

Histoire

On associe souvent l'histoire de l'Opus Dei à celle de son créateur Josemaria Escriva. En fait, cette organisation intégriste et mystique prend sa source dans un passé plus lointain.

La compagnie de Jésus

C'est sous le soleil de Madrid en 1534 que naît la compagnie de Jésus, ancêtre direct de l'Opus Dei. Ignace de Loyola, fondateur des jésuites met la main dans des circonstances obscures sur un vieux livre écrit en français. On prétendra plus tard qu'il l'obtint d'un arabe se nommant Tawil at'Umr. Ce livre que nous connaîtrons bientôt sous le nom du Livre d'Ivon n'était autre qu'une version parfaite de la traduction du Liber Ivonis par Gaspard du Nord. A la lecture du Livre d'Ivon les convictions religieuses d'Ignace de Loyola furent profondément ébranlées.

Conscient du danger que constituent les preuves de l'existence des Grands Anciens pour l'église catholique, Ignace de Loyola va vouer son existence à la destruction de ces preuves.Ainsi, les Jésuites, ces pauvres moines errants vont parcourir une Europe troublée pour détruire les livres maudits et assassiner les fous qui prêchent ce savoir ancien. On retrouve l'influence directe de la compagnie de Jésus dans les premières mises à l'index en 1557, dans la destruction de la bibliothèque d'Alexandrie, de Pergame, de Byzance...

Pendant prés de deux siècles les jésuites vont détruire ou rassembler d'importantes sources occultes. Conservés en Espagne dans des monastères isolés ces grimoires ont, en de rares occasions, marqués l'histoire. Un des héritages les plus lourd à porter est un exemplaire particulièrement complet de la version grecque du Necronomicon traduit du Al Azif par Theodoras Philetas en 950 AVJC. Arraché à des moines italiens lors de la guerre Franco Espagnole de 1595, ce grimoire va occuper une place particulière dans l'histoire de l'ordre...

A la fin de sa longue vie, au début du XVIème siècle, Ignace de Loyola choisi de lire les lignes interdites du Necronomicon. Ce savoir impie fini de faire basculer le grand maître dans la folie. A la veille de sa mort, Ignace de Loyola, résolument fou, exorta ses troupes à utiliser le mal contre le mal et, à leur tour, les invite à lire les ouvrages maudits du mythe. Les jésuites glissèrent dans le fanatisme, se transformant peu à peu en un ordre de mystiques incontrôlables pervertis par le savoir noir qu'ils devaient détruire. Psychotiques, paranoïaques, des jésuites commencèrent à traquer les grimoires pour accroître leur pouvoir personnel. D'autres se lancèrent dans une folle chasse aux sorcières, voyant en chacun les signes de la perversion des Grands Anciens. Ainsi, la compagnie de Jésus fut directement impliquée dans l'assassinat d'Henry III, d'Henry IV, de Maurice de Nassan, d'Henry XV puis du roi du Portugal en 1758... Ces exactions alliées à la déliquescence de l'ordre pousse bientôt la Bohême, Malte, le Portugal, la France puis l'Espagne à bannir les Jésuites. En 1773 le pape Clément XIV interdit officiellement la compagnie de Jésus avant de disparaître corps et âme dans des circonstances jamais élucidées.

L'ordre va alors vivoter pendant 100 ans, se cachant sous des noms d'emprunts pour éviter les persécutions, s'accrochant désespérément aux grimoires, ces reliefs sombres de leur puissance déchue. Ainsi, l'héritage maudit se trouva disséminé en Europe dans des situations aussi diverses que possible. Le fameux exemplaire du Necronomicon qui conduisit l'ordre à sa perte resta en Espagne. Détenu par quelques Jésuites, il sera aussi l'agent du renouveau.

Le jouet de l'ordre

Josemaria Escriva naît à Barbasta en Aragon le 9 janvier 1902. Rapidement il tombe malade et, après avoir consulté un médecin, ses parents décident de s'en remettre à Dieu. Jose Escriva, le père de Josemaria a entendu parler d'une vieille chapelle romane située dans une vallée envahie par les fougères. De nombreuses rumeurs courent au sujet des quelques moines qui y résident. On dit que ces derniers connaissent le secret des enfers, on dit qu'ils communiquent avec les morts, on prétend que leur chapelle s'étend loin sous terre, on dit encore qu'ils peuvent soigner toutes les maladies...C'est pourquoi en 1904 la famille Escriva prend la route jusqu'à l'antique chapelle de Torreciudad.

Les moines habitants les lieux se font appeler les " pères de la foi ". Il s'agit en fait d'un groupe de 6 jésuites qui ont pour difficile mission de veiller sur le Necronomicon. Don Armengol, le plus ancien a, à de maintes reprises, plongé ses yeux dans les pages moisies du vieux livre. Il est allé jusqu'à utiliser un étrange sortilège de divination (contacter Cthulhu) qui lui apprit qu'un enfant sera le porteur du renouveau de son ordre.

En 1904 lorsque Josemaria est présenté aux " pères de la foi " don Armengol reconnaît en cet enfant " l'élu ". Il choisit alors de le soigner en échange de sa destinée.

Escriva va vivre une adolescence en apparence normale mais, dans l'ombre, les jésuites tiennent les rennes de son avenir. Par des rencontres à propos, des discussions badines, des personnages clefs que la destinée semblait avoir mis sur sa route, Escriva suit la voie qui lui était tracée.

Alors étudiant en théologie et en droit canon, Don Armengol, toujours dans l'ombre parvint à faire nommer son protégé au sein de la paroisse rurale de Fombuena. Josemaria a alors 25 ans. Sur place, il se heurte à l'hostilité des habitants qui pratiquent une forme abâtardie de christianisme : Sacrifice d'animaux, animisme et sorcellerie font bon ménage avec les figures traditionnelles de la chrétienté. Le 15 août, lors de la procession de l'Assomption, les villageois sortent une étrange idole cornue à la forme vaguement anthropoïde. Horrifié par de telles pratiques, Josemaria tente de s'opposer mais en vain. Mû par une curiosité malsaine, Josemaria Escriva choisi de suivre la procession. Le voilà bientôt avec le reste du village devant une grotte profonde. Les villageois entonnent une mélopée sourde et placent des offrandes de fruit et de viande devant la grotte. Quelques instants plus tard, une masse noire, gélatineuse et tentaculaire sort de l'ombre. Le reste est trouble pour Josemaria. A t'il participé à la bacchanale décadente qui suivi ? Cette jeune enfant blonde a t'elle vraiment été sacrifiée ?

Marqué à vie par le sceau des démons, tourmenté à l'extrême, Josemaria Escriva quitte Fombuena pour commencer un pèlerinage sur les traces de sa foi...Naturellement, ses pas l'entraînent vers Torreciudad où Don Armengol alors vieux et aveugle l'accueille. Durant une nuit où les deux hommes sont engagés dans une longue discussion, Don Armengol choisit de révéler à Escriva la vérité sur son destin. Il lui parle des Grands Anciens, lui montre le Necronomicon, lui explique la grandeur passée des jésuites et du message d'Ignace de Loyola.Josemaria Escriva voit son existence toute entière basculer dans l'horreur. Dans un état second Josemaria suit Don Armengol dans les profondeurs de sa chapelle. Ensemble, ils se livrent à un rituel ancien et honni. Les vapeurs d'encens, les mots interdits, les flammes dansantes...Bientôt, un songe étrange visite Josemaria. Nous sommes le 2 octobre 1928 et l'Opus Dei vient de naître.

Dans cette vision, Josemaria s'est senti en contact avec un être puissant et mauvais. Une créature marine, une montagne en mouvement qui lui révéla la forme que devrait prendre l'Opus Dei et le rôle central que jouerait cet ordre " jusqu'à la fin des temps ".

L'Opus Dei, les années de combat

Conformément à sa vision, Josemaria Escriva chercha à regrouper autour de sa personne un groupe de laïcs, un réseau de fanatiques religieux obéissant au doigt et à l'œ ;il à ses commandements. Il souhaite donner vie à un ordre catholique officiel qui sera la base de sa conspiration. Cet ordre sera sa tribune, la face visible de son projet occulte. Ce réseau d'intégristes lui permettra de poursuivre le but occulte des jésuites et ainsi rassembler les signes d'existence des Grands Anciens.

Pour donner vie à son projet, Josemaria pose la première pierre à son édifice en 1933. Il fonde une académie enseignant l'architecture. Cette école est pour lui le moyen de rencontrer des étudiants brillants et ainsi, les entraîner doucement dans sa réalité et son combat.

Cependant, la guerre d'Espagne va considérablement freiner les projets d'Escriva. Devant l'attitude violemment anti-cléricale des républicains, Escriva se rapproche du clan Franquiste. Nouant des contacts essentiels dans les milieux de droite et d'extrême droite il développe son réseau dans les sphères politiques. A la fin de la guerre il va ainsi trouver les moyens de s'établir dans de bonnes conditions et de façon durable à Burgos et à Madrid. Il crée alors des écoles et sème les graines de son clan, son réseau.

En 1942, ses amitiés de droite le mettent naturellement en contact avec la Karotechia. La Karotechia s'associe à partir de cette date à l'Opus Dei dans le cadre du projet Sehenturm (tour de garde). Il s'agit d'exploiter les mythes, les légendes, les rumeurs, les histoires locales pour dresser un exemplaire exhaustif de toutes les traces laissées par les Grands Anciens sur notre Terre. Escriva contribue largement à ce projet en fondant la société sacerdotale de la Sainte Croix. Ce réseau de personnes " bien pensantes " se reconnaissant dans les valeurs d'Escriva va être " les yeux et les oreilles du maître ". Avec leur aide et l'appareil hégémonique nazi le projet Sehenturm sera un franc succès. En deux ans le projet aura permis de mettre en évidence l'existence de centaines de lieux maudits liés à l'existence des Grands Anciens et aura localisé un nombre important d'ouvrages du mythe. L'essentiel de ces recherches sera consigné sur des milliers de fiches et autant de cartes géographiques.

En parallèle, l'Opus Dei confirme ses appuis auprès des dirigeants espagnols et italiens tant dans le milieu politique économique ou religieux. La croissance de ces appuis ainsi que le nombre de fidèles se réclamant de l'Opus Dei permettent de structurer le mouvement. Le 25 juin 1944, l'évêque de Madrid, sous la coupe d'Escriva, ordonne les trois premiers prêtres de l'ordre. Ces derniers prennent alors en charge un " axe de travail " sous le contrôle direct d'Escriva. Ainsi, au milieu du XXème siècle, l'Opus Dei a déjà les moyens de son ambition.

Les années de gloire

C'est étrangement la défaite de l'Allemagne en 1945 qui va donner à l'Opus Dei les moyens de s'affirmer. Avec la déroute, les dirigeants de la Karotechia doivent songer à s'échapper. Alors que l'opération Odessa se met en place, on ordonne que les fruits du projet Sehenturm soient transférés au point 103 en Antarctique. Cependant, dans la confusion, les cahiers, les fiches, les enregistrements, les cartes...Tout fut dérobé par les hommes de l'Opus Dei et mis en sécurité à Torreciudad avec l'exemplaire du Necronomicon.

Fort de ces trésors, Escriva demanda une audience au pape Pie XII. Le 16 juillet 1946 Josemaria présente le fruit de ses recherches et, maniant intelligemment la menace, exige d'être nommé " protecteur de la collection Z des livres du Vatican ". Pie XII lui confie cette tache le 2 février 1947.

Dés lors, l'Opus Dei est à la tête d'un patrimoine tout à fait impressionnant : les Unausprechlichen Kulten de Von Juntz, le De Vermiis Mysteriis de Ludwig Prinn, le livre de Dzyan ou encore le Unseen color de lady Giacomelli et bien d'autre recueils maudits. En outre, l'Opus a désormais acquis une influence prépondérante en Italie et en Espagne. Dans ces deux pays le réseau de l'ordre explose, s'implantant dans les universités, les tribunaux, les entreprises...Cette force lui permet d'agir directement ou indirectement dans toutes les sphères de la société.

Escriva va ainsi pouvoir exploiter les ressources du projet Sehenturm et s'approprier une quantité impressionnante d'objets mystiques : un étrange carillon provenant des Andes, une statue de basalte noir trouvée en Antarctique, un sceptre Banthu aux étranges capacités...

En 1960, à la mort de Pie XII le jeune pape Jean XXIII prend la succession. Escriva le rencontre et lui expose le but occulte de l'Opus Dei. Estomaqué, Jean XXIII congédie violemment Josemaria Escriva. Il le traite de fou et va chercher à affaiblir l'Opus Dei. Peine perdue, l'ordre est un cancer qui a déjà corrompu la société italienne et espagnole dans son ensemble. Le concile Vatican II destiné à affaiblir l'Opus sera un coup d'épée dans l'eau. A la mort de Jean XXIII, les papes qui succèderont à la tête de l'église catholique seront directement mis en place par l'Opus Dei.

1975, le tournant

En 1975 Escriva est vieux et se refuse à mourir. Il craint le vide, le néant. Il ne croit plus en Dieu, ce Dieu qui ne peut coexister avec Azathoth, l'aberration cosmique. L'Opus Dei qui, jusqu'ici protégeait la conscience collective en faisant disparaître les horreurs du mythe va alors prendre un nouveau visage. Escriva va en effet utiliser de son propre chef des paroles maudites oubliées depuis des éons dans le but de prolonger sa vie. Dans les pages du Necronomicon Escriva a en effet découvert le sort de transfert d'esprit. En prenant l'âme de son second, Josemaria va ainsi réussir à reculer l'échéance de la mort tout en conservant le pouvoir au sein de l'ordre.

L'expérience terrible a cependant plongé le vieux maître dans la folie. C'est pourquoi, lors d'une réunion demeurée célèbre, Escriva va inciter ses troupes à ne plus se limiter à l'accumulation des grimoires du mythe. Il invite ses hommes à expérimenter directement les vieux objets de pouvoir " La bête s'approche et lorsque le temps de combattre l'hydre viendra, il faudra se tenir prêt ". L'histoire se répète. Tournant de la perversion et de l'extrémisme, l'Opus Dei devient alors une puissance aux motivations malsaines. Véritable bombe à retardement, l'Opus Dei est une concentration de pouvoir démoniaque non contrôlée.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .