Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Le mage moderne est bien souvent entouré d'une belle ribambelle d'instruments plus ou moins exotiques, la plupart du temps tous plus onéreux les uns que les autres (mercantilisme oblige...).



Le mage moderne est bien souvent entouré d'une belle ribambelle d'instruments plus ou moins exotiques, la plupart du temps tous plus onéreux les uns que les autres (mercantilisme oblige...). En fait, la panoplie du bon petit magicien pourrait se résumer à quelques objets. Le Bateleur (1ere Arcane Majeure du Tarot) représente le Mage avec ses différents instruments de travail (instruments qui se retrouvent dans les 4 couleurs des arcanes mineures) : l'épée, le bâton (baguette) , la coupe et le denier (pentacle). Ces instruments sont devenus les symboles majeurs de la magie active.

L'équipement vital d'un bon Bateleur



L'épée

L'épée est censée représenter l'élément de l'air. Généralement, l'épée n'a pas été réalisée pour le combat, seule sa forme et sa poignée sont importantes. En effet, la poignée doit être constituée d'un élément isolant tel que la corne (jamais de métal) et doit former une croix avec la garde et la lame. La tradition veux que le praticien forge lui même son épée pendant la nouvelle Lune, le jour et l'heure de Jupiter.
L'épée a un rôle de " solvant " lors des cérémonies magiques, en annulant et repoussant les énergies invoquées. Elle permet de dissoudre (action de la lame en acier) les effets de la baguette.

La baguette (ou poignard)

La baguette symbolise l'élément du feu. Elle doit être droite et de la longueur de l'avant bras. Trois jours après la nouvelle Lune (à minuit) de juin ou juillet, le mage coupe d'un seul coup une branche de saule, de sureau, d'amandier ou de noisetier. Un fil de cuivre est introduit dans la branche avant de le laisser sécher pendant une lune, puis le mage y faire glisser une aiguille aimantée.
La baguette permet de concentrer les énergies, centralise les forces. Pour conserver son efficacité, la tradition préconise de la cacher des curieux et de la protéger dans un linge bleu-gris.

La coupe (ou cristal)

La coupe peut symboliser pour certain le Saint Graal. En fait c'est plutôt ce qu'elle contient qui va être utilisé dans les rituels. En général, elle contient de l'eau, ou du sang (quelques gouttes du mage). La coupe peut être en bois, en argile, en verre ou en cristal.. L'eau doit être la plus pure possible, et provenir d'un lieu le plus naturel possible.
L'eau a pour rôle d'absorber les énergies négatives qui pourraient perturber le mage avant ou pendant la pratique.

Le pentacle (ou sel)

Le pentacle symbolise l'élément terre et doit servir dans un premier lieu de support et de catalyseur. Le pentacle est aussi être utilisé comme instrument de protection contre les énergies et entités que le mage pourrait " réveiller ". Sa fabrication est généralement longue et ardue. A l'aide d'une aiguille, en respectant la configuration astrale, le mage grave sur une plaque de métal ou sur un parchemin les différentes formes et symboles qui constituent le pentacle.
Le pentacle le plus " célèbre " est certainement le pentalpha (pentagramme). Cette étoile à cinq branches représente l'Homme. Mais mise à l'envers, elle est devenue le symbole du mal et du satanisme.

Le Grimoire

La magie introduit un cinquième élément dans notre réalité... Celui-ci est représenté dans la forme du chapeau du Bateleur... Les Celtes l'appelaient " Nyu ", qui pourrait très incorrectement se traduire par Esprit, ou vibration. La vibration est en quelque sorte le lien vers l'immatériel. A chaque chose correspond un nom, et dans la tradition juive, c'est par ce nom que Dieu l'a créée. Donc le mot, et sa vibration, possèdent une force magique importante.
La tradition veut que le mage retranscrive les noms des esprits ainsi que les différentes formules permettant de les invoquer/congédier. En fait ces grimoires sont, pour la très grosse majorité, apparus relativement récemment (Moyen Age), et la transmission du savoir, et donc de la puissance, s'effectuait oralement à travers des incantations (ou prières) apprises par cœ ;ur (le chant ou la plasmodie jouent un rôle aussi bien mnémonique que vibratoire).

Et pour finir le trousseau, les petits plus

Les candélabres (bougies)

Ces lampes symbolisent l'élément feu. Contrairement à la lumière électrique, leur lumière est pure et ne contient pas d'énergie perturbatrice (magnétisme) . Les couleurs des bougies peuvent avoir une forte importance pour l'efficacité des rituels (en particulier dans les traditions Wicca).

Le brûle-parfums

La tradition veut que l'encens chasse les mauvais esprits... mais à l'origine, il était utilisé surtout pour recouvrir l'odeur qui résultait du rassemblement de nombreuses personnes et animaux (pour les sacrifices) dans un lieux clos lors de grandes cérémonies religieuses (Très grande utilisation durant la période de l'Egypte ancienne). Sa forte odeur a souvent aussi été utilisée lors de séances de Mancie (à Delphes par exemple) pour mettre en état de transe le médium. La fumée et les essences symbolisent l'élément air.

La plume

Le mage peut utiliser une plume pour tracer les lettres et symboles du pentacle. Elle provient, d'après la tradition, de l'aile d'un jar et sera consacrée avant son utilisation.

L'aiguille (burin)

L'aiguille, d'après la tradition, doit être achetée le jour et à l'heure de Mercure. Elle servira à graver le métal lors de la fabrication de pentacle.

Le Matérialisme "spirituel", modelage d'une réalité

En magie, les ustensiles sont d'une très grandes importance. Ils sont là pour aider le mage à visualiser les phénomènes, focaliser la puissance de sa pensée, à exciter son inconscient...mais comme tout symbole matériel, ils n'en restent pas moins des objets ne contenant aucun pouvoir propre.

Ceci est encore plus vrai qu'un certain objet pour un mage, lui permettra de réaliser de grandes choses... alors que ce même objet dans les mains d'un autre ne sera qu'un vulgaire morceau de métal, ou un bout de bois...

"Si tu ne crois pas aux fantômes, ils ne pourront pas te faire de mal"... C'est la même chose en magie. La force d'un objet vient de l'importance que lui confère le mage. Voilà pourquoi, dans les différentes traditions ésotériques, le mage doit confectionner lui même ses propres outils, pour qu'il se crée entre lui et ses objets, une sorte d'osmose durant le temps qu'il prend à chercher les matériaux, l'assemblage...

Bien sûr, des objets, des lieux, des personnes ou des pratiques qui sont reconnus par une majorité de personnes comme ayant un pouvoir, deviennent des manifestations de ce pouvoir. Ainsi se " créent " les reliques, les lieux sacrés, ... et dans ces cas, le magicien est la foule, l'inconscient collectif,...(d'ou la nécessité de rassembler du monde lors de cérémonies). Comme quoi tout le monde modèle sa réalité selon ses désirs et ses croyances d'une façon plus ou moins consciente. Les Celtes, justement, ne faisaient pas de différence dans leur vie entre le paranormal et le normal ; pour eux la magie faisait partie de la vie : le travail du fer, les herbes, les saisons, la naissance... car si on ne prend que quelques minutes à réfléchir ce qu'est l'énergie et la matière en général, on découvre que c'est quand même bien pensé... Il nous a fallu un Einstein pour sortir un E=hu (dualité onde-corpuscule, énergie-matière), alors que pour les Celtes, ceci était totalement normal, mais ceci est un autre sujet...

Et l'Appel dans l'affaire...

Dans l'Appel, la Magie n'est pas souvent (et heureusement pour eux) l'affaire des investigateurs mais plutôt des sectateurs ou autres mages en quêtes de puissance et de savoir. Les objets magiques, ou mêmes les rituels ne peuvent être utilisés sans une grande connaissance en occultisme et une réelle foi en leur utilité. Ceci pour dire que si un investigateur remplace le couteau de sacrifice d'un sectateur par un autre identique, et que le sectateur ne s'en aperçoit pas (ainsi que ses disciples), il n'y aura pas de conséquences sur l'issue du rituel. La puissance se trouve dans la foi du praticien. Ainsi, si l'investigateur est choqué par la lecture d'un rituel, même s'il l'apprend par cœ ;ur (juste au cas ou...) s'il n'y croit pas, les résultats seront nuls. Et pour dernier exemple, un prêtre qui s'est discrédité devant ses disciples, si ces derniers se mettent a douter de lui et le prennent pour un homme " normal ", il le redeviendra... C'est en quelques sorte la Loi des Grands Nombres de l'ésotérisme...
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .