Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques
Marc rentre chez lui après un long voyage pour son travail. Il retrouve
sa femme, Anna, qui le quitte pour un autre. Après une période de choc,
il décide d'agir. Il rencontre l'amant qui, lui aussi, s'est fait quitter. Anna
fait de courtes réapparitions durant lesquels elle fait de folles crises
d'hystérie, allant jusqu'à s'automutiler. Marc engage alors un détective
privé pour découvrir où se cache sa femme. Mais le détective disparait
mystérieusement après avoir été le témoin d'une scène d'amour entre
Anna et une chose tentaculaire...

Loin des standards américains des films d'horreur classiques, Possession
part d'une situation banale d'une crise dans un couple. Le décor
oppréssant de ces rues vides et de ses immeubles avec vue sur le mur
surmonté de barbelés et de miradors, et la violence avec laquelles les
personnages vivent les situations (après le départ de sa femme Marc
retombe dans un état primal entre le foetus et l'homme de pierre/ Anna,
quand à elle, éxecute de véritables danse de possédé vaudou ou se
mutile avec un couteau électrique) , installe une telle tension que celle-ci
teinte le quotidien d'une étrangeté malsaine. Zulawski en abusant du
grand-angle et en jouant sur un rythme saccadé amplifie cette
impression de folie. Le climat est tellement lourd que l'arrivée du
monstre est troublante de réalité et s'intègre parfaîtement dans ce
quotidien distendu à l'extrême. Un film aussi fou que ses personnages.

Le film est une parfaite illustration de la descente dans la folie d'un
personnage. Une expérience à vivre et qui nous change des stéréotypes
des fous qui peuplent les habituels films d'horreur, un peu trop convenus
et un peu trop raisonnés.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .