Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques
USS Nebraska (2001)
Le puits des abîmes (2002)
Môth (2004)
Kerk

1945 : le IIIe Reich n'a plus que quelques jours à vivre, tandis que Berlin cède peu à peu à l'étau des forces soviétiques. Pourtant, la résistance s'organise là où elle semble parfaitement inutile, et les commissaires politiques sont étrangement obsédés par un bâtiment loin de la Chancellerie – " ordres personnels de Staline » se justifie t-on… Mais la grogne monte alors que les cadavres s'empilent face aux Allemands – c'est à croire que le Reich a ses petits secrets, bien plus importants que l'or ou que les armes de la dernière chance promises par le Führer…

1957 : au large de la Syrie, navigue un sous-marin soviétique censé de ne pas exister à une profondeur démentielle. L'équipage est au bout du gouffre alors que des maladies d'un temps oublié ressurgissent, et les officiers se rebellent face aux ordres des scientifiques et commissaires de Khrouchtchev embarqués à bord – un dernier geste désespéré : le commandant, le regard fou, se saisit d'une grenade et la dégoupille…

2029 : la tension monte entre les Etats-Unis et la Syrie au sujet du pétrole, les militaires sont sur le pied de guerre. L'USS Nebraska, le fleuron de la flotte sous-marine américaine, équipé pour la guerre, le sabotage et l'exploration, est envoyé en Mer Méditerranée pour " sonder » le terrain. Bientôt la routine s'installe, les nouvelles têtes font connaissance avec les anciens, et la vie suit son cours… jusqu'au jour où les senseurs détectent le signal fatigué d'une balise de détresse, à près de 1200 mètres de fond (une profondeur que seul le Nebraska peut normalement atteindre). Epave ou piège syrien ? Le sous-marin s'enfonce, et pénètre un long goulet avant de déboucher dans une vaste grotte – devant lui, la carcasse d'un sous-marin soviétique, et une porte titanesque, creusée il y a des siècles, des millénaires de cela.

Des plongeurs se lancent à l'intérieur de l'épave – le spectacle est peu ragoûtant : la plupart des cadavres des hommes d'équipage, le corps déformé, sont retrouvés enchaînés à leurs lits et couverts de perfusions, tandis que l'on met la main sur des documents top-secret, des microfilms et des photographies. Ces éléments révèlent que les soviétiques s'étaient lancés à la recherche d'une brillante civilisation oubliée des côtes du Proche-Orient, à partir d'ébauches de savants nazis : les Ougarits, dont on dit qu'ils ont disparu en une nuit, sans laisser la moindre trace derrière eux. Seulement, le Nebraska va lui-même commencer à sombrer dans l'étrange : un homme est retrouvé victime de la peste, sans qu'aucun bacille ne soit présent dans son corps, tandis que le chef machiniste démembre ses assistants à coups de hache et fait sauter le compartiment des moteurs – la situation est critique, la coque prend l'eau, les réacteurs nucléaires sont hors-service et le sous-marin manque de couler corps et âme et de se disloquer… Dernière mauvaise nouvelle : une équipe de scaphandriers, qui s'était lancée à l'exploration de la porte de ce qui vient être baptisé " Sanctuaire » vient de disparaître de l'autre côté – l'épaisseur de la roche empêche les ondes radios de passer.

Le premier tome s'achève alors que le commandant décide de partir à la recherche de ses hommes dans le Sanctuaire, alors que l'on décrypte en même temps l'alphabet des Ougarits et les tablettes trouvées dans l'épave soviétique – les poèmes gravés dessus parlent d'une " cité sous la montagne » bâtie pour une divinité antique, divinité qui est probablement à l'origine de la disparition des Ougarits, divinité qui est probablement réfugiée… dans le Sanctuaire.

Vous parler du second tome serait vous révéler trop de choses, tant les évènements sont nombreux et laissent augurer le pire pour nos sous-mariniers, aussi bien à l'intérieur du Nebraska que du Sanctuaire, alors que chaque homme sombre lentement dans la folie… Aussi, je préfère me taire à ce sujet – juste une chose, il est parfaitement à la hauteur du premier, qui lui-même était particulièrement réussi, vous voyez là où je veux en venir…

Et pour ce qui est de la BD : une réussite, tout simplement… Le scénario est touffu à souhait, le dessin de Bec est très spécifique et colle véritablement à l'intrigue (sans oublier les magnifiques illustrations qui s'étalent soudainement sur une double page !), et les personnages sont suffisamment variés pour avoir chacun une psychologie bien à part. Bref, une BD qui à elle-seule constitue une campagne pour Delta Green, brève (puisque l'action ne tient que sur une journée) mais ô combien palpitante et riche en évènements… Et un dernier point : les clins d'œil. Cette BD en regorge : Das Boot pour le design du sous-marin soviétique et l'allure de ses membres d'équipage, La Neuvième Porte pour le personnage de June (qui ressemble comme deux gouttes d'eau au Johnny Depp du film), Alien pour la galère mi-archéologique et mi-glauque où l'on vient de mettre les pieds, StarGate pour un personnage secondaire du deuxième tome (dont l'apparence est clonée sur le colonel O'Neil), Abyss pour l'idée et le design du bathyscaphe, etc. Autant d'hommages, qui ne font que rendre la BD plus riche encore.

Fox Poulpder

"- Du sumérien ?...Chez les nazis ? c'est insensé ! ! ! Et c'est pour ça que nous nous sommes battus ? !
- C'est pour ça que vous êtes mort Onoref ! "


Sanctuaire est une bd de Dorison et de Bec nous plongeant dans une aventure inoubliable et parfaitement maîtrisée.
En 2029, un sous-marin américain patrouille en méditerranée. Captant un signal provenant du plus profond d'une caverne sous-marine, le commandant de bord décide d'explorer cette grotte plus en avant. La découverte d'un sous marin russe des années 50 échoué aux portes d'un colossal temple aiguise la curiosité du marin. La situation devient encore plus préoccupante lorsque d'étranges incidents se produisent à bord du bâtiment...

Véritable inspiration pour Delta Green, Sanctuaire est servi par un graphisme qui ne laissera indifférent aucun d'entre nous. Une mise en couleur froide, des personnages réalistes (on reconnaîtra nombre d'acteurs pris en modèle) peuvent surprendre mais servent à merveille cette histoire troublante aux mystères à peine dévoilés. En effet, les couleurs sont judicieusement choisies pour parfaire l'ambiance de chaque situation, même si certains esprits chagrins pourront regretter l'utilisation sur certaines planches de l'infographie.
Le scénario de ce premier opus est une véritable mise en bouche rendant le lecteur impatient de connaître la suite, l'intrigue ayant apporté un océan de questions en échange d'une goutte de réponses. Les éléments nécessaires à la réalisation d'une grande histoire ont donc été plantés...

L'adaptation en un scénario pour Delta Green se fera sans difficulté, le sous-marin russe ayant pu abriter des membres du GRU SV8 (organisation similaire à Delta Green présentée dans Countdown). Les membres de l'équipe américaine, destinés à devenir les PJ de vos joueurs, seront des militaires qui découvriront pour la première fois le mythe de Cthulhu. La réussite, comme nombre des scénarios de l'appel de Cthulhu, dépendra donc de votre aptitude à insuffler l'ambiance appropriée !

Sanctuaire : USS Nebraska est donc une bd de grande qualité dont la lecture est quasi indispensable à tout gardien amoureux de Delta Green.

Le second tome quant à lui permet à l'intrigue de s'envoler dans un maelstrom de folie et de violence. Sa fin laisse le lecteur en haleine, déprignant d'impatience, face à ses hypothèses sur la suite de cette intrigue.
«
sanctuaire vaut bien Xoco
Mike 19/10/2004
Ouiap, presque aussi bonne que Xoco tome 1 et 2, c'est dire !
un cri dans l'océan
dyders 17/10/2004
J'ai découvert Sanctuaire il y a peu de temps, 2 mois avant la parution du 3ème tome "Moth" qui clot la série.
J'ai rarement vu des planches aussi belles, des couleurs aussi appropriés (ok c'est très sombre). Les planches en une vignette sont magnifiques, notamment les vues du Sanctuaire et des sous-marins. L'ambiance est oppressante à souhait, en allant crescendo au fur et à mesure des découvertes. La bonne idée pour les persos, est d'avoir utilisé des acteurs connus. Ainsi, dans notre sous-marin, nous croisons Johnny Depp, Bruce Willis, Ice Cube, George Clooney...

Quant au scénario, du tout bon de bout en bout, même si la fin fait est pompée sur un film dont je tairais le nom pour ne pas gâcher vot' plaisir (indice chez vous : on peut y monter et en descendre). En tout cas, très "cult" (il nous avait déjà habitué avec des références directes à Lovecraft dans Prophet) avec folies mentales, civilisations obscures et tuti quanti. ça flippe grave.

C'est une des rares BD de ce genre que j'ai plaisir à relire encore et encore.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .