Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques

Le nom est basque, mais je suis né en 1956 Paris, aux Halles...





Seconde interview : celui qui a commis LE magazine de notre passion à tous Casus Belli, le bien nommé Didier Guiserix. Il nous a accordé un peu de son temps pour répondre à nos questions cyclopéennement passionnantes ;) !

L'homme

Qui êtes-vous ? Age, origine (géographique et culturelle)
Le nom est basque, mais je suis né en 1956 Paris, aux Halles...

Consommez-vous toujours cette fameuse salade d'algues importée de Nouvelle-Angleterre ? Est-il vrai que Tristan Lhomme est un vagabond dimensionnel et Jean Balczesak est un profond ?
Oui, bien sûr...

Comment avez-vous découvert Lovecraft ?
Mhh, je revois un Présence du futur, couv blanche avec les deux taches de couleur, mais quel bouquin était-ce ? C'était l'époque ou je dévorais entre 1 et 3 bouquins par jour, en les achetant et en les revendant au rayon occase des librairies des Halles...

Comment avez-vous découvert le jeu de rôle ?
En 78, à une mini-convention organisée par le zine de Diplomatie Vortigern (que j'illustrais). Un joueur avait recopié les règles à partir d'une photocopie en anglais de la boite de base de D&D qu'il avait eue entre les mains. La vraie découverte a eu lieu peu après au club de l'École Normale, rue d'Ulm.

Comment avez-vous découvert l'Appel de Cthulhu ? (d'abord par lecture puis jdr ou l'inverse)
J'ai découvert Cthulhu d'abord par les bouquins (j'avais déjà 22 ans quand le JdR est arrivé ne France, hé !). Je ne suis tombé sur le jeu de rôle que plus tard, en 82 ou 83.

Jouez-vous encore souvent ? Si oui, qu'avec des "pointures" ?
Souvent... moins que les mordus qui n'ont pas charge de famille, mais chaque fois que je peux. Avec n'importe qui car je fais souvent des démos pour des gens, et Cthulhu est le plus intuitif des jeux pour initier les gens. Même sa dimension fantastique passe bien, mieux que celle de la fantasy.

En quoi a constitué votre premier "job" sur l'AdC ?
Yé zouais oune italiano dans oune grrroupé qui avait pour mission, vous l'aurez déviné, dé faire péter dé la dynamite dans lé sous-sol dé la maison Corbitt (enfin, ça n'était pas EXACTÉMENT ça la missionne, mais ça révénait au même...).

Travaillez-vous seul ?
Ca dépend vraiment. Sur Méga, j'ai toujours travaillé en tandem. Quant à Casus, c'est un travail d'équipe. Mais j'aime bien être face à ma feuille blanche, qu'il s'agisse d'écriture ou de dessin.

Connaissez-vous bien Sandy Petersen ? Avez-vous des contacts avec lui ? Et avec d'autres auteurs américains travaillant sur l'Appel (Keith Herber,...)
J'avais rencontré Sandy Petersen à une GenCon. A l'occasion de son passage à Paris sur un Salon des Jeux, nous avons testé chez moi "Pioneers", le jeu de SF qu'il développait et qui lui a servi pour un des ses jeux micro par la suite. Mais c'est le seul de la bande que je connaissais personnellement.

Votre avis sur les productions françaises ?
Justes lues en diagonales mais pas jouées, donc je n'ai pas d'avis fondé...

Votre avis sur les dernières productions (Delta Green et autres productions de chez Pagan Publishing) ?
Ah ! Voilà du bon matériau. Je dirais même que c'est Delta Green qui a vraiment fait jouer Cthulhu dans le monde moderne, ce que n'avait pas vraiment réussit à faire Cthulhu 90.

Vous seriez un monstre du mythe, lequel ?
Un Grand Ancien ? ;-)

A combien estimez-vous votre SAN ?
Entre 2 et 6 selon les jours...

L'Appel

Quelles sont selon vous les qualités d'un bon scénar Cthulesque ? (Quel est votre préféré ?)
Faire la part belle à l'époque et donner aux personnalités des PJ l'occasion de s'exprimer dans des événements en dehors de l'intrigue : concert à donner pour la chanteuse ou le trompettiste, affaire de famille pour l'avocat italien...
Donner aux Investigateurs le choix de réussir plus ou moins facilement, de prendre plus ou moins de risques, de sauver des PNJ qu'ils auront appris à connaître. Ne pas systématiquement faire apparaître le mythe, ou du moins qu'il n'y ait pas que cela dans l'intrigue, mais aussi de puissantes motivations humaines et d'autres références mythiques.
J'avais beaucoup apprécié le scénario de Tristan [NDLR : Lhomme] qui dans les années 60 faisait intervenir le Nain Jaune.

Quelles sont selon vous les qualités d'un Gardien des arcanes ?
Bien faire vivre le monde normal pour mieux faire ressentir l'étrangeté du fantastique...

Quelles sont selon vous les qualités d'un Investigateur ?
Savoir donner à son perso la sensation qu'il a une vie à côté, et qu'il entend bien y retourner. Et savoir ne pas paraître blasé quand survient l'innommable.

Quelles sont selon vous les qualités d'un bon méchant sectateur ?
Alterner lucidité (il faut un minimum de contrôle de la situation, et aussi un peu de condescendance vis-à-vis des PJ) et pétage de plombs (autant pour la coloration de l'aventure que pour offrir aux PJ des failles qui leur permettent d'agir).

Jouez-vous ou jouiez-vous avec de la musique et des bougies ?
Une fois, dans le sous-sol d'une maison isolée dans le Midi, un soir d'orage. Mais ça n'a rien d'indispensable.

Étiez-vous plutôt joueur ou maître ?
Ah tiens, plutôt joueur (alors que j'étais presque tout le temps MJ sur les autres jeux).

Si vous étiez maître, plutôt conteur, action, tueur, angoissant ?
Plutôt polar bizarre, entre Seven et 6ème Sens...

Et avez-vous fait jouer, comme tout Maître des Arcanes débutant, la Maison Corbitt ?
Un classique ! Qui marche avec tous les publics !

Que pensez-vous de l'Avenir du jdr, surtout en France ?
S'il ne défend pas son identité, il sera dilué dans le jeu on-line. S'il la défend trop, il se réduira à un carré de vieux nostalgiques discrets.
Il faut arriver à en faire une habitude valorisante, en offrant une palette de possibilité ni trop large ni trop étroite, entre jeux à tout faire (Basic, Simulacres), jeux à tout faire mais dans un type d'univers (Donj', Star Wars), et jeux à univers très personnels et donc avec suivis et guides même contraignants (suppléments, romans) : Vampire, Agone.

Comment voyez-vous l'évolution des productions rôlistiques avec Internet ? Ne croyez-vous pas que des gens découvrant le jdr par le Net soient un peu perdu dans toute cette jungle de sites ?
Quand on découvre, on se limite aux sites les plus "rassurants" : bien présentés, rubriques et langages intelligibles et amicaux. Ca ne fait pas tant de sites que ça. Après, on peut chercher plus de précisions, mais c'est qu'on sait ce qu'on cherche, et qu'on a acquis un peu de sens critique sur le sujet...

Quelles ont été selon vous les principales évolutions de l'Appel depuis ses débuts ?
On est surtout allé d'un jeu très Lovecraftien, avec des individus isolés face aux créatures du Mythe, vers un jeu fantastique au sens large, puis vers un jeu d'aventure mystérieuse, incluant ou non du fantastique, et très tourné vers le role-play.

Prêtez-vous beaucoup d'attention aux rêgles et à leurs évolutions ?
En temps que bricoleur de règles, pas trop. J'évite de jouer avec des joueurs à cheval sur les règles, car je les adapte souvent, même si c'est minime...

Pourquoi est ce un jeu qui ne s'essoufle pas ?
C'est le jeu le plus ouvert, le plus polyvalent. Le tout dans un monde dont on peut doser l'exotisme et la liberté d'action (selon qu'on joue en Occident ou ailleurs, dans les années 20 ou aujourd'hui), mais dont on connaît déjà 90% du background avant de jouer. L'outil idéal pour développer ses propres vues de MJ !

Jouez-vous à d'autres jeux ? Lesquels ?
Capitaine Vaudou, Star Wars, Méga, et beaucoup de jeux de plateau (Il était une fois, Vinci, les jeux de Gigamic), et... Everquest en ligne.

Quels sont les points que vous n'aimez pas dans l'Appel ?
Le schéma de base qui conduit trop vite à la folie. Il faut pouvoir sinon y échapper, du moins la tenir à distance le plus longtemps possible.

Votre pire souvenir de partie ?
Pas de mauvais souvenir, désolé :-)

Votre meilleur souvenir de partie ?
J'ai droit à deux ?

Numéro 1
Nous allons interroger le facteur de Salem qui a vu des choses à l'aube dans le cimetière, et depuis, est cloîtré chez lui avec la jaunisse. On sonne au pavillon isolé, une imposante matrone à la Dubout nous ouvre, bouchant aux trois-quarts un couloir où ses culottes qui sèchent au plafond font comme des bannières. L'un de nous a aussitôt l'idée de nous faire passer pour des avocats voulant régler une affaire de succession, et nous voilà entrant dans le couloir bruni par la fumée du poêle, vers un petit homme rabougri dans son fauteuil (Dubout vous dis-je). Rien de fantastique, mais de l'impressionnant !

Numéro 2
A la fin d'un scénario particulièrement sombre, nous ne nous contentons pas d'avoir fait arrêter le grand méchant sectateur, et nous enquêtons sur des éléments que nous avions dû laisser en route... Du fond d'un puits suspect nous sortons un gamin encore en vie, et nous ne regrettons pas d'avoir continué à jouer... Bon c'est sûr, il y a aussi des petits voyages sur des mondes bizarres et les Contrées du Rêve, mais finalement, ça m'a moins marqué...

Votre perso fétiche ?
L'avocat italiano cité plus haut, très familia, très mama, frères et sours, très Vierge Marie et messe le dimanche, quoi qu'il se passe. Très dynamite aussi et très peu correct avec la maréchaussée. Il s'appelait Mario...

Question subsidiaire : un Investigateur fatigué (4 points de vie), un peu troublé (perte de 15 points de SAN depuis le début), trottine tranquillement (sprinte) dans une vaste grotte (une gigantesque caverne) au milieu d'une foule bigarrée (plusieures centaines d'adeptes déments presque nus entrain d'accomplir des rites ignobles) pour aller discuter de l'organisatoin de la soirée avec l'hôte (pour flinguer le grand prêtre avec son calibre 38). Mais trop tard, notre malheureux compère voit arriver Nyarlathotep version Langue Sanglante par un puit sans fond au milieu de la salle... comment décririez-vous la suite ? ;)

Ah ! Je reconnais, c'est un grandeur nature qu'on avait joué avec les gens de Toulon et de la Seynes il y a un sacré bail, de nuit dans une ancienne baraque de marquis abandonnée dans la garrigue, avec grotte aménagée façon parc des Buttes Chaumont... Euh, on se convertit aussi aux rites ignobles, juste pour survivre et obliger le MJ à raconter la fin du monde à quatre heures du matin (après tout c'est lui qui nous a mis dans ce pétrin).

Casus

Qui reste de l'ancienne équipe de Casus ? Que sont devenus les "disparus" ?
Dans l'équipe rédactionnelle, il ne reste que Serge Olivier, même si des pigistes anciens ont repris du service. Les autres sont sur des projets divers : Pierre Rosenthal a bossé sur le site d'une start-up et centralise le travail sur la nouvelle version de Capitaine Vaudou, Jean-Marie Noel prépare un bouquin, sorte de cadavre exquis autour de graphistes connus, je n'ai pas de nouvelles récentes de Tristan, et Agnès cherche toujours un canard dont le thème lui plaise...

Que pensez-vous de l'arrêt d'un nouveau mag comme DXP, de façon si rapide ?
Qu'il faut bien verrouiller les accords commerciaux avant de se lancer dans une coproduction, et les respecter ensuite, sinon ça coince...
Didier
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .