Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques
» Les horaires » (version modifiable)

Les trains de luxe : l'Orient-Express bien sûr, mais aussi la Malle des Indes, le Train bleu, le Deauville Pullman...



1879. La Malle des Indes

Train postal destiné à transporter le courrier de la Grande-Bretagne aux Indes via les bateaux-poste de la P&O (Peninsular & Oriental Steam Navigation & Co.), la Malle des Indes ne comporte que des wagons-poste à sa création en 1848. En 1879, la CIWL incorpore deux voitures-lits sur le parcours Calais - Modane. En 1882, la Malle emprunte l'itinéraire Calais - Modane - Turin - Bologne - Bari - Brindisi, avec une voiture-lit, un fourgon et trois allèges postales pour le courrier à destination des Indes et de l'Australie. En 1890, le train est scindé en deux : un train postal et un express de luxe pour voyageurs. Ce dernier prend le nom de Peninsulaire-Express et effectue le parcours Calais - Paris - Modane - Brindisi. En 1902 la CIWL lance le Bombay-Express sur le trajet Calais - Paris - Marseille, en correspondance avec des navires de la P&O, offrant aux voyageurs le choix entre les deux trains pour se rendre, via Brindisi ou Marseille, en Égypte ou aux Indes. Rebaptisé en 1934 l'Overland-Express, ils sont tous supprimés en 1939 : le courrier prend désormais la voie des airs.

1883. L'Orient-Express

C'est en 1883 que naît le train le plus connu initialement dénommé l'Express d'Orient, il devient l'Orient Express assez vite. Il relie Londres, Paris ou Bruxelles à Constaninople ou Athènes.
Il est délicat de donner toutes les ramifications de ce train de légende, mais en voici quelques-unes :
— Londres à Douvres par train Pullman, puis bateau pour traverser le Pas-de-Calais et ensuite l'Orient-Express de Calais à Paris, puis Milan, Vienne, Budapest... (Fiche horaire ).
— Le Simplon-Orient-Express est composé de trois tranches : Calais - Paris - Milan - Belgrade - Nis - Constantinople, Paris - Milan - Belgrade - Nis - Salonique - Athènes et Paris - Milan - Vincovci - Timisoara - Bucarest. À cela il faut ajouter les tranches Ostende - Bruxelles - Vienne - Budapest - Belgrade - Istanbul et Prague - Galanta - Budapest - Belgrade - Istanbul.
— Une correspondance est assurée à Constantinople pour Bagdad, Jérusalem et Le Caire.

En 1908, les temps de trajet sont de 14h00 pour relier Paris à Munich, 21h35 pour Vienne, 61h00 pour Constantinople et 44h25 pour Bucarest. Les retours sont un petit peu plus longs (de 6 heures environ). En 1920, le trajet Paris - Constantinople s'effectue en 96h00, il faudra attendre 1930 pour arriver à 57h00 !
En 1919, il ne traverse plus l'Allemagne (en raison du mauvais état des voies, du coût du charbon, mais aussi de la politique) et devient le Simplon-Orient-Express. Son trajet est alors : Calais - Paris Nord - Paris Est - Vesoul - Bâle - Zurich - Buchs - Innsbruck - Vienne - Budapest - Bucarest. La traversée des Alpes suisses et des stations du Tyrol lui font gagner une clientèle supplémentaire, à tel point que le jour où l'Orient-Express reprendra son itinéraire normal (par Munich en 1932), le Simplon-Orient-Express persistera pendant de nombreuses années (1939).

Les incidents de parcours de l'Orient-Express :
- 1929 : parti de Paris le 31 janvier, le train reste bloqué par -25° à Tcherkesskeuy, à 130 km d'Istanbul avec plus de 5 m de neige. Les voyageurs et le personnel très dévoué devront attendre les secours 5 jours durant. La raffinerie Alpollou du village voisin apportera son soutien, contrairement aux villageois ( Scénario).
- 21 novembre 1929 : un déréglé mental qui n'aime pas les trains pulvérise la locomotive avec de la dynamite (entre la Bulgarie et la Yougoslavie).

1887. Le Sud-Express

Le Sud-Express, créé par la CIWL en 1887, relie Calais à Paris, Madrid et Lisbonne, en desservant sur son passage les grandes stations de la côte basque. Il assure en outre la correspondance avec les paquebots à destination des ports de l'Amérique du Sud. La différence d'écartement entre les voies françaises et celles des chemins de fer hispano-lusitaniens est résolue grâce à un type de bogies équipés de deux jeux d'essieux, mis au point par Georges Nagelmackers. Interchangeables, ils sont mis en place en quelques minutes à la frontière. A partir de 1900, l'accélération du chemin de fer ne nécessite plus de faire le parcours français de nuit. Il s'effectue de jour en voiture-salon Pullman. La correspondance avec les voitures-lits à destination de Madrid et de Lisbonne s'opère à Irun.

1897. Le Nord-Express

Le projet initial de 1884 est de faire circuler un train entre Saint-Pétersbourg et Lisbonne : 4834 km ! Les gouvernements russe et espagnol voient dans ce projet une sorte de violation de leurs frontières techniques, préservées jusqu'alors par la différence d'écartement de leurs chemins de fer. En 1896, le Nord-Express relie Paris, Calais (Londres) et Ostende à Saint-Pétersbourg et Moscou. Cette liaison est interrompue en 1914. Après la guerre, le Nord-Express prend une nouvelle orientation en desservant d'une part Copenhague (Danemark) et les pays nordiques, et d'autre part Riga (Lettonie) via Königsberg (Prusse orientale) et Kaunas (Lituanie). Le Sud-Express assurera le trajet Paris-Lisbonne.

1919. L'Arlberg-Orient-Express

En 1919, la remise en marche de l'Orient-Express via l'Allemagne obéit à des conditions aléatoires, ce qui incite la CIWL à adopter le parcours Bâle - Bucks - Innsbruck - Salzbourg - Vienne - Budapest par le tunnel de l'Arlberg pour rejoindre le Proche-Orient. Ainsi est créé un nouveau train de luxe international, l'Arlberg-Orient-Express.
Son parcours à travers les Alpes et sa desserte des stations de sports d'hiver du Vorarlberg et du Tyrol suscitent un engouement manifeste. Doté de voitures métalliques de seize places réparties en cabines à un ou deux lits, il est aussi l'un des premiers trains de luxe à offrir des places de 2e classe. ( Scénario)

1922. Le Calais-Méditerrannée-Express (Train Bleu)

Les premières voitures métalliques !
Le Train bleu est nommé ainsi par les voyageurs du Calais-Méditerranée-Express dès son inauguration à Nice, le 10 décembre 1922, en raison de la couleur de ses voitures-lits. Après les séries en bois de teck, ces voitures nouvelles sont les premières que la CIWL fait construire en métal. Seul express de luxe français à ne comporter que des voitures de la CIWL, le Train Bleu inaugure une ère nouvelle du confort en voyage. En 1929, des voitures à dix compartiments avec un cabinet de toilette par voyageur (single), sont adjointes à l'express, désormais quotidien entre Paris et Vintimille.

1926. La Flèche d'Or ou Golden Arrow

Inauguré en septembre 1926, la Flèche d'Or relie chaque jour Paris-Nord à Londres-Victoria en passant par Calais et Douvres. Ce prestigieux train Pullman composé de deux rames de voitures-salons couleurs chocolat et crème est relayé en Angleterre par l'ancien Continental-Express. Le navire Canterbury est construit en 1929 pour les voyageurs de ce train exclusivement. La Flèche d'Or, tiré par une Pacific, est le train le plus rapide avec une moyenne de 110 km/h sur 280 km environ. Pour tenir son horaire, l'équipe de conduite "nourrit" sa machine continuellement, avalant plusieurs tonnes de charbon par trajet.

1936. Le Night Ferry

L'inauguration a lieu les 11 et 12 octobre 1936 : 3 voitures Pullman de Paris à Londres sans transbordement ! Jusqu'en mai 1940, le service est quotidien, comprenant 3 voitures et 2 fourgons de marchandises (primeurs) puis, devant le succès, jusqu'à 6 voitures. Les menaces d'un conflit qui se concrétisera en 1939 n'augurent malheureusement pas d'un avenir radieux... Trois ferries construits spécialement pour le Night Ferry assurent le transport du train à travers la Manche.
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .