Forums ■ [PbF] ■ Blogs ■ Toceur(euse)s  » Chat
TocCyclopédie ■ Époques
Les zouvertures poulpiques !

Le Malleus Monstrorum propose un tour d'horizon complet des créatures et divinités du Mythe, rassemblant dans un seul ouvrage les descriptions et les données techniques de centaines de nouvelles et de scénarios produits ses 70 dernières années. Le travail est colossal et l'impression globale est celle d'un écrasement sous la masse d'informations aujourd'hui disponibles aux Gardiens (l'ouvrage n'est d'aucune utilité aux joueurs). Quatre grands chapitres regroupent par thèmes ces informations : les créatures, les déités, les créatures légendaires et les animaux. A ces chapitres s'ajoutent une dizaine de pages d'annexes classiques sur ces horreurs innommables.

Fond
Dans l'ensemble de l'ouvrage, le fond est irréprochable : la compilation d'informations disséminées dans des scénarios, des nouvelles et des suppléments est exhaustive, précise et détaillée. Les informations chiffrées sont nombreuses et pertinentes et elles restent dans la trame classique des éditions précédentes. Coté présentation nous avons le droit à un classement alphabétique, pour chaque section. Les 300 pages du Malleus sont ici pleines à craquer d'informations utiles pour les Gardiens : vous pourrez trouver normalement tout sur tout, des créatures les plus fréquentes comme les Goules aux êtres les plus rares, en passant par tous les avatars connus de Nyarlathotep.

Rédaction
La présentation de la plus part des blasphèmes (presque 400 sont décris dans l'ouvrage) commence par une citation de l'œuvre dans laquelle la créature est apparue ou a été le mieux décrite. Lorsque l'on y regarde de plus prés, il est intéressant de noter que moins de 20% des entités sont attribuées à Lovecraft, ce qui signifie qu'énormément d'autres auteurs ont participé, à leur manière, à entretenir le mythe, le développer et l'enrichir. Ces références, qui nous sont données après le nom de chaque créature, sont donc autant de sources potentielles à aller explorer afin d'enrichir nos connaissances et notre manière d'aborder le mythe.
Prise séparément, chaque entrée de créature ou de divinité est succincte et suffisamment précise pour se suffire et être consultée agréablement. L'ensemble peut donner bien entendu le vertige.

Maquette
La maquette reste dans la droite ligne de Sans-Détour, avec une marge et deux colonnes. L'ensemble est aéré, malgré la masse cyclopéenne d'informations. On regrette peut-être que la marge ne soit pas autant utilisée que dans les autres publications.
En fin d'ouvrages vous avez l'Index des blasphèmes qui va vous permettre de retrouver la créature recherché rapidement. La répartition, dans l'ouvrage est en 4 sections : Créatures du Mythe , Déité du mythe , Creatures légendaires et folkloriques, Animaux.

Illustrations
La première partie de L'ouvrage est abondamment fourni en illustrations tout droit issues des plus obscurs ouvrages ésotériques pour le bonheur de tous. Les créatures et les déités ne sont pas elles-mêmes représentées, ce qui peut paraître être une faiblesse mais qui se comprend au regard des centaines d'entrées de l'ouvrage. De nombreuses illustrations sont néanmoins disponibles, dans un style dérangeant et semi-historique, ce qui convient tout à fait à l'ambiance générale du Malleus.

Annexes
L'ouvrage est parsemé d'extraits de journaux appartenant à Sir Hansen Poplan, professeur à l'université Miskatonic, qui sont autant de réflexions sur le mythe. Leur emplacement n'est pas réalisé de manière aléatoire mais fait écho au corps du texte situé sur la même page. Ces essais peuvent être informatifs, spéculatifs ou relativement obscures, mais apportent une touche intéressante au mythe, celle d'avoir le regard d'un érudit qui a été confronté à de nombreuses horreurs et qui en a fait son métier.

En fin d'ouvrage, on trouve un certain nombre d'annexes spécifiques à un thème particulier :

Prononciation : On retrouve l'éternelle mais sympathique page des prononciations.
Décrire l'indescriptible : section intéressante surtout pour le paragraphe concernant l'impact de la perte de santé mentale sur la perception des choses. Malheureusement, ce paragraphe aurait pu se trouver en premier dans cette annexe et non en dernier car après nous avoir expliqué comment décrire les créatures, on nous conseille de modifier la description en fonction de la perte en santé mentale, dommage.

Des mots pour le dire : Très certainement l'annexe la plus indigeste de tout le livre ! Nous avons l'impression de lire un chapitre d'un texte impie tellement les mots se mélangent dans notre tête, se chevauche et en deviennent illisible. De plus le texte n'a été qu'aligné à gauche et non justifié. La version anglaise avait eu la bonne idée de mettre cette annexe sur deux pages, ce qui permettait d'avoir une police de caractère plus grande et donc d'avoir une suite de termes plus lisible.

Mortalité/immortalité : Annexe très courte mais très intéressante sur la longévité des différentes entités du mythe.

Créer des monstres : Cette annexe est intéressante dans la mesure où l'on nous explique la manière de transposer des monstres de fictions dans l'appel de Cthulhu mais en nous basant sur des monstres déjà existant. On peut donc regretter que cette annexe ne s'attarde pas plus sur une proposition d'explication concernant la manière ou les paramètres à prendre en compte pour transposer directement nos monstres préférés sans passer par la case « créatures déjà décrite dans les règles ».
Les contrées du rêve : Très courtes, voire annexe inutile du fait que l'on dénature ce que sont les terre Oniriques et que l'on conseille aux gardiens d'aller voir dans un autre bouquin (non disponible chez SD).

La fiche de créature : Il est marrant d'avoir une fiche de créature comme celles des investigateurs. La chose très intéressante vient du fait que l'on a en haut de cette fiche la partie concernant la créature elle-même et que juste en dessous, on nous « rappelle » que de cette créature peut dépendre des serviteurs.

Règles
Les attaques spéciales et les spécificités des différentes créatures et divinités sont parfaitement décrites de manière précise et utilisable en l'état par le Gardien.




Critique de la VO

Malleus Monstrorum est LE compendium des monstres de référence de L'Appel, avec pas moins de 380 créatures décrites, tirées pour la plupart d'anciennes éditions ou de suppléments comme The Creature Companion, Les Contrées du Rêve revisitées ou Secrets of Japan. Mais il ne faut pas croire que ce n'est qu'une copie de ces précédentes éditions : les descriptions ont été revues, certaines statistiques réajustées et l'ouvrage contient un très grand nombre d'illustrations originales ou inédites et provenant de sources historiques parfois adaptées au Mythe. On trouve de plus de nouvelles créatures tirées de romans (les martiens de H.G. Wells) ou bien encore de concours Chaosium (Halloween contest).

Voici la liste des chapitres :
• Creatures of the Mythos
• Deities of the Mythos
• Creatures of Legend & Folklore
• Animals

Différents appendices couvrent des sujets variés, comme la prononciation des noms des créatures, la création de monstres ou les très nombreuses références bibliographiques.

Notes :
• Le Malleus Monstrorum est d'origine allemande, publié d'abord chez Pegasus Spiele puis repris par Chaosium. La version allemande est plus pauvre car elle ne compte que 150 créatures, et est elle-même issue d'une traduction de The Creature Companion de Chaosium.
• Une "Special hardback edition" a également été tirée fin 2006, aussitôt épuisée par les collectionneurs et non disponible depuis sur le site de Chaosium.
• Le nom Malleus Monstrorum fait bien évidemment référence au célèbre ouvrage médiéval intitulé Malleus Maleficarum
«
M'enfin !
Hachman 06/06/2014
Quelle déception...

Moi qui m'attendais à un vrai travail de création comme pour le "Nécronomicon et autres livres pas beaux à lire"... Je me retrouve avec des copier / coller de tous les boss de fin des scénarios paruts depuis... Pfff...

Comme je ne fais ni du Cthulhu boum boum, ni du Cthulhu où j'extermine les 3/4 du groupe à chaque séance, je dois dire que je n'ai que faire des 200 monstres et entités à 150 points de vie, avec une armure de 15, qui encaissent des dégâts réduits au minimum et en régénérant 1D6 par round, tout en faisant 1D10 attaques infligeant 10D6 de dégâts. Non mais franchement... Et il y en a des tartines de Grands Anciens qui roupillent un peu partout, y compris sur les autres planètes du système solaire.

Il avaient retiré les statistiques des entités les plus puissantes dans le livre des règles, ben ils auraient du continuer avec cette bonne idée.

Où sont les analyses des différents cultes ? Les détails sur la mise en oeuvre des sorts, les cérémonies et les sociétés secrètes ? Un tableau des entités vénérées par chaque race ? De vraies infos utiles plutôt que cette interminable galerie de monstres ?

Le seul petit point positif est l'abondance iconographie soigneusement retravaillée dans un esprit cthulhien. A éviter, sauf pour les MJ d'héroic fantasy grobill qui ont épuisé leur manuel des monstres.
Le Bestiaire de l'AdC - V6
Randolph Carter 12/10/2009
Du classique du très classique pour le monument qu’est l’appel de Cthulhu, mais au combien essentiel aux meneurs de jeu.
Pour les illustrations des « monstres », adeptes du monde de donjon passez votre chemin, ici point d’illustration en couleur pleine page, mais des « références » : une statuette, une gravure à l’eau forte, un crayonnage, un fusain, une vieille photo en noir et blanc, une affiche, un article de presse …

bref tous ce qu’il faut pour ajouter une ambiance « plus vrai ».Par contre, si l’idée vous prend de vouloir montrer une illustration à vos joueurs sans révéler des informations gênantes, bonne chance à vous ….
(Nda : Pour les illustrations « plus coloriées », il vaut mieux se reporter sur deux ouvrages (difficiles à trouver en attendant une quelconque réédition) que sont les monstres de Cthulhu et Creatures des contrées du rêve, (voir article de Toc sur le sujet)

Qu’on ce rassure Cthulhu reste Cthulhu, et ses caractéristiques sont identiques à l’édition française de 1984. Un plus pour les vieux ronchons et une preuve que la compatibilité est toujours de mise même avec l’édition de la V6.

En conclusion c’est du bestiaire, du gros, pas loin de 280 pages, ce qui offre un sacré panel de possibilités aux MJ en mal d’inspiration ou cherchant une méthode simple et efficace pour éliminer ses joyeux investigateurs. C’est presque un ouvrage indispensable….


Un bémol quand même, La page sur les contrées du rêve et soit un avant gout d’un futur supplément, soit un arrière gout de « jeulépa » et risque de frustrer pas mal de nouveaux gardiens qui voudraient utiliser au mieux les contrées du rêve et les monstres qui vont avec.

Alors un seul conseil à ceux qui ne possède pas l’ouvrage : allez donc chercher La Clef d'argent,, ou osez de nouveau descendre les 700 marches et replongez-vous dans Kadath …..
Le Bestiaire de l'AdC - V6
sempai 12/10/2009
On peut se demander la raison qui a poussé les éditions Sans-Détour a faire fi, UNIQUEMENT pour l’avant-propos, de leur présentation habituelle en deux colonnes. Le texte est présenté en un seul bloc au style extrêmement lourd et rébarbatif.

Quant à l’introduction, une fois de plus le style est très lourd, avec beaucoup de périphrases, de tentatives d’explication de toutes les subtilités qui rendent une nouvelle fois le texte absolument pas accrocheur mais très rébarbatif au contraire. Les explications sont peu claires et on a vite fait de confondre les Dieux Extérieurs avec les avatars et les supérieurs. De plus les explications sur la manière dont sont écrits les articles est vraiment peu passionnante et une nouvelle fois soit on nous donne des détails inutiles ou des phrases passe-partout qui ne servent à rien.

Concernant l’ensemble de l’ouvrage, on peut retenir les illustrations qui sont magnifiques, venant de différentes origines (peuples, époques) et qui sont véritablement un succès. Le petit plus par rapport à la version anglaise est l’apparition d’illustration « pleine page » entre les différentes sections, qui sont une nouvelle fois une réussite.

Alors que le début de l’ouvrage est remarquable par son style très lourd, à partir du moment où l’on entre dans le cœur du livre, les descriptions des différentes créatures, le style redevient plus fluide et plaisant. En plus de la citation, une description précise y est faite et la présence de nombreuses illustrations tout au long du livre apporte une touche d’autant plus agréable qu’elles sont particulièrement bien choisies.

La maison d’édition a fait le choix de classer les créatures selon 4 entrées (créatures du mythe, déités du mythe, créatures folkloriques et animaux). On peut regretter que cette classification ne s’adresse pas aux personnes saines d’esprit et de ce fait la navigation au travers de l’ouvrage ne peut pas de se faire de manière intuitive. En effet, il leur sera obligatoire de se référer à l’index à la fin du livre pour connaître le numéro de la page décrivant la créature qu’ils souhaitent utiliser. Une possibilité aurait été d’opter pour un simple classement par ordre alphabétique, peut être plus scolaire, mais plus efficace lors des recherches.

Je reprocherai les marges qui restent très souvent vides, sans aucune annotation, ce qui n’était pas le cas pour les précédentes parutions des éditions « Sans Détour ». De ce fait, le nombre de page de cette version est légèrement supérieur à la version américaine.

Je regrette la disparition d’un tableau donnant les correspondances entre les valeurs de « taille » et les poids, ce qui permet d’avoir une idée plus précise des dimensions d’une créature ayant 140 en taille.

On peut enfin regretter de ne pas trouver de tableau, ou organigramme, qui reprendrait tous les Grands Anciens, Dieux extérieurs etc… et qui mettrait en évidence tous leurs serviteurs, avatars…
Le Monstriaire de l'AdC - V6
MrSel 10/10/2009
Le Malleus apparaît comme un outil indispensable pour le Gardien qui souhaite créer ses propres aventures, de part le nombre et la qualité d’informations disponibles. Il paraît moins nécessaire pour un Gardien qui se contente de jouer les scénarios existants et les campagnes publiées. Pour le joueur, cet ouvrage est définitivement inutile : les sources d’inspirations sont en effet trop rares pour justifier l’achat à elles seules.

Les illustrations sont particulièrement agréables et donnent un ton scholastique intéressant à l’ouvrage et contrebalancent bien l’absence d’une illustration spécifique à chaque entrée.

En l’état, le Malleus s’adresse uniquement aux plus acharnés des Gardiens et des auteurs – il reste donc un objet privilégié pour un cercle restreint. Il apporte en effet très peu d’informations supplémentaires sur les races les plus communes (comme les Goules) et est particulièrement intéressant pour les créations les moins fréquentes. Comme indiqué sur le Nécronomicon : à ne pas mettre entre toutes les mains !
Tous les matériels trouvés sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation de ressource trouvée ici est régie par les Creative Commons. Logo & Déco intérieure par Goomi
Pour toute question quant à leur utilisation, contactez-nous: .